Rechercher
Rechercher

À La Une - crise

Une nouvelle vague de réfugiés syriens quitte le Liban

Selon la SG, 545 réfugiés, partis de plusieurs régions, sont rentrés chez eux dans le cadre de cette opération organisée en coopération avec le HCR.

Les bus verts assurés par le régime syrien qui doivent ramener les réfugiés syriens se trouvant à Abboudiyé, en Syrie, le 1er novembre 2018. Photo Ani.

Plus de 500 réfugiés syriens ont été rapatriés jeudi dans le cadre d'une opération de retour "volontaire" organisée par la Sûreté générale en coopération avec les autorités syriennes. Les réfugiés rentrent chez eux sur la base de listes nominatives communiquées par la SG aux autorités syriennes, qui approuvent certains noms et en rejettent d'autres.

Dans un communiqué publié en fin d'après-midi, la SG a précisé que 545 réfugiés, partis de plusieurs régions au Liban, sont rentrés chez eux dans le cadre de cette opération organisée en coopération avec le Haut Commissariat de l'ONU pour les Réfugiés (HCR).

Le matin, "un grand nombre de réfugiés syriens, hommes, femmes, jeunes et enfants s'étaient rassemblés à Abboudiyé" dans le Nord, où des bus affrétés les autorités syriennes les attendaient. Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), des délégués du HCR se trouvaient sur place.

A Ersal, dans la Békaa, un groupe de réfugiés syriens a quitté la localité sunnite frontalière pour se rendre dans le jurd du Qalamoun syrien en passant par le point de passage de Zamrani. L'Ani a indiqué également que 93 réfugiés syriens ont quitté la Békaa en direction de la Syrie en passant par Masnaa. Si certains retournent dans leur pays à bord de bus syriens d'autres sont rentrés avec leurs voitures. 


Le Liban accueille aujourd'hui 1,3 million de réfugiés syriens, selon le directeur général de la SG, le général Abbas Ibrahim le 10 octobre. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le pays héberge 976.000 réfugiés syriens recensés. Fin septembre, le général Abbas Ibrahim avait affirmé à l'agence Reuters que cinquante mille Syriens avaient pu regagner leur pays depuis le début de l’année, estimant qu'à ce rythme, le nombre de rapatriements pourrait atteindre 200.000 d’ici à un an.

Les succès de l'armée gouvernementale syrienne et le retour au calme dans de nombreuses régions incitent des réfugiés à regagner leur pays, au grand soulagement des autorités libanaises.

Le président Michel Aoun avait répété dans une interview télévisée mercredi soir que le Liban réclamait le retour des réfugiés syriens sans attendre une solution politique dans leur pays comme le préconise la communauté internationale. Interrogé sur le sort de l'initiative russe annoncée en juillet dernier pour le retour massif des réfugiés installés au Liban et en Jordanie, il a répondu: "son application est entravée pour des raisons financières".


Lire aussi
Assad décrète une amnistie pour les déserteurs de l’armée

Le Liban accueille aujourd'hui 1,3 million de réfugiés syriens, selon la SG

Assad décrète une amnistie pour les déserteurs de l’armée

Aoun appelle Ottawa à faciliter le retour des réfugiés syriens


Plus de 500 réfugiés syriens ont été rapatriés jeudi dans le cadre d'une opération de retour "volontaire" organisée par la Sûreté générale en coopération avec les autorités syriennes. Les réfugiés rentrent chez eux sur la base de listes nominatives communiquées par la SG aux autorités syriennes, qui approuvent certains noms et en rejettent d'autres.Dans un communiqué publié en...

commentaires (5)

Fier d' apprendre en tant que libanais sincère qu'un effort est fait dans le sens des rapatriements de refugiés syriens . Déçu que cela puisse déranger les libanais qui s'en moqueront par des ironies mal venues , qui dénoteront le caractère " éloigné " de leur préoccupation sur cette question .

FRIK-A-FRAK

12 h 28, le 01 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Fier d' apprendre en tant que libanais sincère qu'un effort est fait dans le sens des rapatriements de refugiés syriens . Déçu que cela puisse déranger les libanais qui s'en moqueront par des ironies mal venues , qui dénoteront le caractère " éloigné " de leur préoccupation sur cette question .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 28, le 01 novembre 2018

  • Pourquoi le mot "volontaire" est chaque fois mis entre guillements???? One ne leur met pas le revolver sur la tempe pour qu'ils s'en aillent, que je sache??? C'est de la mauvaise foi...

    NAUFAL SORAYA

    12 h 25, le 01 novembre 2018

  • Une nouvelle vague d'espoir pour eux et de soulagement pour nous ou vice-versa!

    Tina Chamoun

    12 h 16, le 01 novembre 2018

  • Difficile situation pour tous ces réfugiés. On leur espère un retour dans les meilleures conditions et que la paix soit au rendez-vous dans toute la région

    Sarkis Serge Tateossian

    12 h 13, le 01 novembre 2018

  • QUAND ON PARLE D,UNE VAGUE ON DEVRAIT PARLER DE MILLIERS ET NON DE DIZAINES OU DE CENTAINES. A CE RYTHME JE DOUTE QU,EN UN AN PLUS DE MAXIMUM 20.000.- REFUGIES SERAIENT RAPATRIES. MINCE NOMBRE. SANS UNE SOLUTION GLOBALE ET DES GARANTIES INTERNATIONALES NOUS RISQUONS D,AVOIR DE NOUVEAUX SABRA, BEDDAWI ET MIYE W MIYE ETC... A L,ATTENTION DES RESPONSABLES !

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    12 h 09, le 01 novembre 2018

Retour en haut