X

À La Une

Israël bloque l'entrée de la romancière palestino-américaine Susan Abulhawa

proche-orient

Selon la porte-parole de l'Autorité de l'immigration israélienne, Mme Abulhawa a été bloquée en raison d'un incident survenu en 2015, lorsqu'elle avait refusé de répondre à des questions de sécurité en tentant de rentrer en Israël via un point de passage terrestre à la frontière avec la Jordanie.

OLJ/AFP
02/11/2018

La romancière palestino-américaine Susan Abulhawa a été retenue à l'aéroport de Tel-Aviv, à son arrivée en Israël, et va probablement être expulsée, ont indiqué vendredi des responsables palestiniens et israéliens.

Susan Abulhawa s'est vue refuser l'entrée sur le territoire israélien à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv jeudi soir, a rapporté un porte-parole du Festival de littérature palestinienne "Kalimat" auquel elle devait assister. Son recours devant un tribunal israélien vendredi matin a été rejeté, ce qui signifie qu'elle sera probablement expulsée dans les heures à venir, a ajouté cette même source.

Selon la porte-parole de l'Autorité de l'immigration israélienne, Sabine Haddad, Mme Abulhawa a été bloquée en raison d'un incident survenu en 2015, lorsqu'elle avait refusé de répondre à des questions de sécurité en tentant de rentrer en Israël via un point de passage terrestre à la frontière avec la Jordanie. "Son entrée lui a alors été refusée et on lui a dit qu'elle devait s'organiser en avance la prochaine fois", a affirmé M. Haddad, ajoutant qu'elle avait toutefois atterri "sans prévoir son arrivée en amont".

Selon la porte-parole, cette situation n'est pas liée à un soutien au mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) qui appelle au boycott économique, culturel ou scientifique d'Israël pour protester contre l'occupation des Territoires palestiniens depuis plus de 50 ans.
En mars 2017, le Parlement israélien a adopté une loi controversée permettant d'interdire l'entrée aux partisans du mouvement BDS, inspiré de la campagne internationale contre l'Afrique du Sud avant la fin de l'apartheid.

Mme Abulhawa, auteure des "Matins de Jénine", devait participer à des rencontres à Jérusalem et à Ramallah, en Cisjordanie occupée, à l'occasion du festival de littérature co-sponsorisé par le British Council.

Le mois dernier, une étudiante américaine avait passé deux semaines dans le centre de rétention de l'aéroport de Tel-Aviv, refusant de rentrer aux Etats-Unis, afin de contester en justice le refus des autorités israéliennes de la laisser entrer dans le pays, justifié par son soutien supposé au mouvement pro-palestinien de boycott d'Israël. Lara Alqasem, qui venait étudier à l'Université hébraïque de Jérusalem et qui disposait d'un visa à cette fin, avait finalement pu entrer sur le territoire après que la Cour suprême a annulé l'interdiction.


Lire aussi

Énorme polémique en Israël autour d’une loi visant à exclure les non-juifs

Pour mémoire

En Israël, Natalie Portman enflamme le débat sur l’existence d’un « juste boycott »

Israël interdit d'entrée une vingtaine d'organisations prônant son boycott

Israël refuse l'entrée en Cisjordanie occupée d'un employé d'Amnesty


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué