Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Analyse

Le Qatar pourrait profiter des retombées de l’affaire Kashoggi

L'émir du Qatar, Tamim al-Thani, et le prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane. Photos combo Reuters

Le Qatar pourrait profiter de l’indignation internationale suscitée par le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, dans la crise qui l’oppose à son grand voisin saoudien, estiment des analystes.

Critiqué pour ses versions divergentes sur la disparition du journaliste, tué dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul début octobre, Riyad pourrait être forcé de faire des concessions dans un autre différend diplomatique et d’assouplir les sanctions qu’il impose, avec ses alliés du Golfe, au Qatar depuis juin 2017.

Le meurtre de Jamal Khashoggi, critique du gouvernement saoudien et du blocus contre le Qatar, pourrait convaincre les sceptiques que Doha avait raison en dénonçant une « agression » saoudienne.

« Je ne serais pas surpris que les Qataris puissent bénéficier indirectement de ce qui se passe actuellement, déclare Andreas Krieg, professeur au King’s College de Londres et ex-conseiller de l’armée qatarie. Les Saoudiens doivent faire des concessions. »

L’Arabie saoudite, poids lourd régional et seul pays partageant une frontière terrestre avec le Qatar, est à la tête du mouvement visant à isoler ce petit émirat riche en gaz. En juin 2017, le royaume saoudien, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ont rompu les relations diplomatiques avec Doha, accusé de ne pas prendre assez de distance avec l’Iran, puissance régionale chiite rivale de l’Arabie sunnite, et de soutenir des groupes islamistes radicaux, dont les Frères musulmans.

Le Qatar nie soutenir des groupes extrémistes, accusant en retour ses voisins de vouloir provoquer un changement de régime à Doha.

Du jour au lendemain, le Qatar a vu ses échanges économiques avec ces pays gelés, sa frontière terrestre fermée, sa compagnie aérienne empêchée d’utiliser l’espace aérien de ses voisins et ses citoyens expulsés de ces États. L’Arabie, les Émirats et Bahreïn ont aussi interdit à leurs ressortissants de se rendre au Qatar.


(Lire aussi : Meurtre Khashoggi : Riyad évoque pour la première fois un acte "prémédité")


« Monnaie d’échange »

« Si le gouvernement américain veut mettre un terme à la crise du Qatar, il peut faire pression sur les Saoudiens », estime Kristian Ulrichsen, analyste à l’institut Baker de l’Université américaine Rice, évoquant l’attitude face à Doha comme une « monnaie d’échange dans l’affaire du meurtre de Khashoggi ».

Mercredi, de manière surprenante après des mois de rhétorique enflammée contre Doha, le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane a noté que les « Qataris ont une économie forte ».

D’autres analystes se montrent toutefois plus sceptiques sur d’éventuelles retombées positives de l’affaire Khashoggi sur le Qatar.

« L’affaire Khashoggi a mis à mal la réputation de l’Arabie saoudite, particulièrement sa rhétorique prétendument “antiterroriste” », assure Noha Aboueldehab, du Brookings Centre de Doha. « Mais, à ce stade, le duel entre le Qatar et l’Arabie se situe plutôt en bas de la liste des priorités » pour les grandes puissances.

Le Qatar a d’abord observé un silence prudent après la disparition du journaliste. Il n’a réagi qu’une fois que Riyad a reconnu la mort du journaliste, affirmant que le meurtre était « un signal d’alarme ».

Sur les réseaux sociaux, certains internautes en Arabie saoudite et aux Émirats ont accusé la chaîne qatarie al-Jazeera de trop couvrir l’affaire Khashoggi, y voyant une volonté d’infliger le plus de tort possible à Riyad.


(Lire aussi : Mohammad ben Salmane, un prince isolé mais puissant)


Rumeurs

Certaines rumeurs, non confirmées, laissent entendre que l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, se serait entretenu récemment avec le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir. « Je ne serais pas surpris si les gens parlaient en privé », note M. Krieg. Il s’agirait, si ce contact était avéré, de contact le plus important entre les deux pays depuis le dernier contact officiel connu, un appel entre Mohammad ben Salmane et l’émir qatari en septembre 2017.

Selon M. Krieg, un éventuel compromis pourrait concerner l’utilisation de l’espace aérien, le pèlerinage ou la réunification des familles.

Mais cela ne mettrait pas un terme à la crise et ne permettrait pas de rétablir les relations diplomatiques telles qu’elles existaient avant juin 2017, s’accordent les experts. Tout accord devrait aussi inclure les Émirats, dont l’inimitié avec Doha semble particulièrement profonde.


Lire aussi

« Il suffit vraiment d’un rien pour que les rapports de force changent en défaveur de MBS»

La chef de la CIA a écouté un enregistrement audio du meurtre de Khashoggi

"Envie de crier et vomir" : la poignée de main "forcée" entre MBS et le fils de Khashoggi suscite l’indignation

Rohani : Le "meurtre odieux" de Khashoggi est impensable "sans le soutien" des USA

L’affaire Khashoggi, un cadeau au Hezbollah ?

Cinq mystères autour de l'affaire Khashoggi

Qahtani, ce bras droit de MBS dont le nom apparaît dans les affaires Khashoggi, Ritz-Carlton et Hariri...


Le Qatar pourrait profiter de l’indignation internationale suscitée par le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, dans la crise qui l’oppose à son grand voisin saoudien, estiment des analystes.Critiqué pour ses versions divergentes sur la disparition du journaliste, tué dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul début octobre, Riyad pourrait être forcé de faire des...

commentaires (3)

LA GAFFE DU QATAR DOIT ETRE CORRIGEE DE TOUTE FACON !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

16 h 34, le 26 octobre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • LA GAFFE DU QATAR DOIT ETRE CORRIGEE DE TOUTE FACON !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 34, le 26 octobre 2018

  • Le Koweït aussi s'éloigne du pire . La compagnie d’État Kuwait National Petroleum Co. (KNPC) interdit toute coopération avec les sociétés en relation avec le régime d’Israël. La firme d’État Kuwait National Petroleum Co. a demandé à ses filiales de revoir la liste de leurs partenaires et de s’assurer qu’ils n’entretiennent aucun lien de coopération avec le régime d’Israël. Selon les médias koweïtiens cités par l’ISNA, le filtrage de cette liste sera compliqué vu l’intensité des collaborations entre les compagnies internationales dans des secteurs différents. Néanmoins, le Koweït est fermement décidé à rompre avec les compagnies qui coopèrent avec Israël. Kuwait National Petroleum Co. continue d’insister sur le fait qu’il existe au Koweït des sociétés internationales qui ont des filiales distinctes, mais que ces dernières n’ont aucun lien avec les principales sociétés du Koweït. Ces entreprises ont des technologies communes et il est difficile de les séparer les unes des autres. « Nous avons des cadres et des limites que nous devons respecter afin d’éviter tout engagement avec des sociétés opérant dans les territoires occupés. Les entreprises mondiales qui disposent de la technologie appropriée pour opérer au Koweït sont celles-là mêmes qui sont actives dans différents pays du golfe Persique et pays arabes », a affirmé la firme au journal koweïtien Al-Rai. Le Koweït aussi s'éloigne du pire .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 50, le 26 octobre 2018

  • On voit bien que, le Qatar avec la Turquie et récemment la Jordanie , ont pris leur distance avec ce royaume maudit des bensaouds , les faits leur donnent de plus en plus raison . Ces 3 pays sunnites ne veulent pas faire partie du club des loosers impliqués sans réfléchir dans les complots qui frappent la région , oui ce sont des alliés aux us/sio mais ils ne veulent pas faire comme les bensaouds cad se laisser entraîner aveuglément dans une situation de conflit permanente , pour les beaux yeux d'un pays voyou et usurpateur . On cherche encore à savoir dans quoi les bensaouds ont réussi dans leurs entreprises meurtrières , au Yémen , en Irak , au Liban ou en Syrie ou encore en Iran et au Qatar agressé ? LA SEULE ET UNIQUE RAISON DU MAINTIEN DU CHARCUTIER HERITIER AU POUVOIR BENSAOUD C'EST QUE SES ALLIES SPONSORS NE TROUVENT PAS PLUS CRUEL QUE LUI POUR CONTINUER A MASSACRER SES FRERES ARABES , MUSULMANS COMME CHRETIENS . SI PAR MALHEUR IL TOUCHAIT A UN DEMI CHEVEU A UN JUIF , IL FINIRAIT PIRE QUE SADDAM OU KHADDAFI . CAPPICI ? .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 54, le 26 octobre 2018

Retour en haut