X

Moyen Orient et Monde

Domenico Lucano, l’anti-Salvini

I. F. | OLJ
22/10/2018

Mercredi 17 octobre, Domenico Lucano, surnommé Mimmo, a fermé derrière lui les portes de son appartement de Riace, petite commune calabraise coincée entre les montagnes et la mer. Maire de Riace depuis 2004, il a été arrêté le 2 octobre avec une assignation à résidence qui a ensuite été remplacée par une interdiction de séjour décidée par le Tribunal de réexamen de Reggio Calabria. Contre lui, des accusations de complicité dans l’immigration clandestine et d’adjudication frauduleuse de deux coopératives pour la collecte des déchets. À cela s’ajoute l’organisation présumée de mariages de convenance, comme celui entre une Nigérienne et un Italien dans le but de régulariser les documents de la femme. Souvent surnommé « Mimmo des Kurdes » ou « Lucano l’Afghan », ce maire est pourtant internationalement connu pour avoir mis en place un système d’accueil et d’intégration des réfugiés incomparable dans une région souvent immobile comme la Calabre, silencieusement ravagée par la Ndrangheta, la mafia calabraise, aujourd’hui la plus puissante au monde.

Tout commence un matin de juillet 1998, lorsqu’un bateau transportant environ 200 migrants kurdes provenant d’Irak, de Turquie et de Syrie atteint, presque par miracle, la plage de Riace. Cette arrivée inattendue marque un nouveau départ pour ce village fantasmagorique, lieu d’émigration massive des jeunes fuyant le sud de l’Italie. Ainsi, un an après, Mimmo Lucano décide de fonder une association appelée Riace-Città Futura sur le modèle de la ville utopique décrite par le philosophe Tommaso Campanella. Au sein de cette ville future, une multitude de projets vise à intégrer les réfugiés tout en faisant renaître l’économie locale et en peuplant à nouveau les maisons abandonnées. Grâce à cet « accueil intelligent », toute une série de métiers traditionnels, de la création d’objets artisanaux à la production d’aliments de tout genre, reprennent vie, et de nouvelles possibilités sont offertes à la population locale.


« Une autre Italie »

Ainsi en 2014, les étrangers constituaient 20,13 % de la population totale de Riace, l’intégration se faisant par l’insertion professionnelle, mais également par l’enseignement de l’italien grâce à la réouverture des écoles. En 2016, le maire pouvait se vanter « qu’une idée de coexistence différente est possible ». Parfois récompensé pour ses efforts et son courage à défier la Ndrangheta, cet ancien maître d’école de 60 ans est nommé en 2016 par le magazine Fortune parmi les 50 personnalités les plus influentes au monde. L’histoire de Riace a également été l’objet d’un film-documentaire, Un village de Calabre, sorti en 2016. Mettant en évidence toute l’exceptionnalité du « modèle Riace », ce film a par ailleurs été primé au Festival international du film de Jounieh l’an dernier.

Aboubakar Soumahoro, syndicaliste italien d’origine ivoirienne proche de Mimmo Lucano, explique à L’Orient-Le Jour que « le modèle Riace est avant tout basé sur le respect de l’être humain ». Malgré sa popularité, il est aujourd’hui au cœur d’une enquête judiciaire l’obligeant à quitter son village. Le ministre de l’intérieur, Matteo Salvini, matraque l’idée qu’il « n’est pas un héros » et qu’il doit payer pour ses irrégularités. « Mimmo nous a transmis à tous le sentiment que cette forme de solidarité ne va pas s’arrêter car elle est l’expression de la volonté de millions de personnes », confie Aboubakar Soumahoro. Il explique que l’Italie est faite aussi de tous ceux qui ont manifesté le 6 octobre à Riace sous la devise Riace ne s’arrête pas et qui seront le 27 octobre à Reggio de Calabre contre la criminalisation de la solidarité : « Mimmo a donné vie, espoir, il a montré qu’il existe une autre Calabre, une autre Italie faite de dignité humaine et de justice sociale. »


Pour mémoire

Séquestration de migrants: Salvini à moitié blanchi

Migrants refoulés par la France : Salvini envoie la police à la frontière

Migrants refoulés par la France: Salvini dénonce un "acte hostile"

De retour à Moscou, Salvini dénonce la "folie" des sanctions

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants