Rechercher
Rechercher

Liban

A Erevan, Aoun se dit "en accord" avec Macron

"La formation du gouvernement est une affaire libanaise", affirme le président libanais. 

Rencontre entre le président libanais Michel Aoun (g) et son homologue français Emmanuel Macron, vendredi 12 octobre 2018, en marge du XVIIe sommet de la Francophonie à Erevan. AFP / Ludovic MARIN

Le président libanais, Michel Aoun, a affirmé vendredi qu'il était "en accord" avec le président français, Emmanuel Macron, qui "soutient le Liban". Il s'exprimait après un entretien de vingt minutes avec son homologue français, à Erevan, en Arménie, en marge du dix-septième sommet de la francophonie. Le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et le conseiller diplomatique de M. Macron, Philippe Étienne, se sont joints par la suite à la réunion entre les deux chefs d'Etat.

"Nous coopérons tout le temps ensemble en tant qu'amis", a déclaré M. Aoun à la presse à l'issue de l'entretien. Interrogé au sujet de la formation du gouvernement, il a répondu : "La formation du gouvernement est une affaire libanaise, mais M. Macron souhaite bien sûr qu'il y ait un gouvernement au Liban notamment après la tenue des élections législatives". "Nos positions sont en accord avec celles du président Macron, qui soutient le Liban, a-t-il ajouté. Je ne suis pas venu en Arménie pour discuter de la question du gouvernement".

Sur l'éventualité d'une prochaine rencontre avec le Premier ministre désigné, Saad Hariri, à son retour à Beyrouth, M. Aoun a affirmé que "M. Hariri est le bienvenu quand il le souhaite". 

Lorsqu'un journaliste a demandé à M. Aoun si M. Macron lui avait dit que la Conférence dite CEDRE était en danger, M. Aoun a répondu : "Lorsque M. Macron fera une déclaration à ce sujet, vous le saurez". Lors de cette conférence, tenue en avril dernier à Paris, la communauté internationale a promis une enveloppe de quelque 11 milliards de dollars pour soutenir l'économie libanaise, moyennant des réformes urgentes que le nouveau gouvernement devrait mettre en œuvre.

Depuis qu'il a été chargé le 24 mai par Michel Aoun de former le gouvernement, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, se heurte aux revendications concernant le nombre de portefeuilles et leur répartition entre les différentes formations politiques.

Selon des sources proches des délégations, les présidents Macron et Aoun ont aussi discuté des menaces israéliennes et étaient d'accord sur la "nécessité d’œuvrer pour préserver une situation stable au Liban-Sud". La question des réfugiés syriens a également été abordée.

M. Aoun s'est ensuite entretenu avec le président tunisien, Beji Caid Essebsi. Ce dernier a salué les positions de M. Aoun et "son rôle dans le soutien de la cause arabe". Il a également invité le chef de l'Etat libanais en Tunisie. 



Lire aussi

Voyance rance, le billet de Gaby NASR

Le Liban souhaite accueillir l’« Académie de rencontre et de dialogue entre les hommes »

Bassil : Je ne bloque pas la formation du gouvernement

Geagea compte proposer des « mesures concrètes » pour enrayer la situation économique « critique »



Le président libanais, Michel Aoun, a affirmé vendredi qu'il était "en accord" avec le président français, Emmanuel Macron, qui "soutient le Liban". Il s'exprimait après un entretien de vingt minutes avec son homologue français, à Erevan, en Arménie, en marge du dix-septième sommet de la francophonie. Le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et le...

commentaires (6)

EN QUOI SE SONT-ILS ACCORDES ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

20 h 55, le 12 octobre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • EN QUOI SE SONT-ILS ACCORDES ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 55, le 12 octobre 2018

  • en accord sur quoi?

    carlos achkar

    17 h 54, le 12 octobre 2018

  • C'est vrai, la formation du gouvernement libanais est une affaire libanaise qui se déroule sur le territoire libanais, sous le haut parrainage de non-Libanais délégués par des Etats étrangers qui sont l'Iran, la Syrie et l'Arabie saoudite et peut-être d'autres Etats en sous tables. La partie libanaise est en grande partie formée de laquais à la solde des autres.

    Honneur et Patrie

    13 h 19, le 12 octobre 2018

  • "...la formation du gouvernement est une affaire libanaise..." Alors, Monsieur Michel Aoun, Président du Liban, qu'attendez-vous pour faire le nécessaire ? On en a plus qu'assez de vos déclarations, chaque jour à Beyrouth et maintenant à Erevan...qui ne mènent à rien depuis...5 mois. Et votre vice-présidence du sommet de la francophonie...ne nous amène strictement rien en cette période si importante pour le Liban! Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 45, le 12 octobre 2018

  • HIHI

    Gebran Eid

    12 h 15, le 12 octobre 2018

  • Ça fait plaisir de voir un président fort dans son langage nouveau, on avait jamais entendu parler comme ça un président libanais au président français ou à tout autre politicien de 1er ordre . Le Liban est en confiance avec cette équipe forme de Basil et des résistants libanais . Fier de vous COMMANDANTE KHENERAL PHARE AOUN.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 12, le 12 octobre 2018