X

À La Une

Le mandat Aoun "va détruire le Liban" : un enregistrement vocal de Yassine Jaber fuite

Politique

"Durant les deux dernières semaines, des diplomates, l'ONU et d'autres organisations m'ont dit : +comment vous accueillez Mme Merkel de la sorte? Comment vous refusez une offre (de la compagnie allemande) Siemens comme ça? Vous êtes fous au Liban?+", s'insurge le député Amal dans cet enregistrement.

OLJ
23/09/2018

Le député libanais Yassine Jaber, originaire de Nabatiyé et affilié au Mouvement Amal du président du Parlement Nabih Berry, a violemment critiqué le mandat du président de la République, Michel Aoun, dans un enregistrement vocal qui a été rendu public.

Dans un message vocal destiné à un ami, selon la chaîne LBCI, Yassine Jaber commente un article du quotidien libanais Ad-Diyar daté du 17 septembre, dans lequel le journal, citant le Der Spiegel allemand, évoque "la colère de la chancelière allemande Angela Merkel contre le Liban" en raison, notamment, de l'accueil qui lui a été réservé à l'aéroport de Beyrouth et de l'attitude négative des autorités libanaises concernant les projets d'investissements allemands au Liban. 

La LBCI explique que Yassine Jaber a commenté dans un message vocal destiné à son ami les informations du journal libanais, laissant éclater sa colère contre le mandat Aoun et le ministre sortant de l'Energie, César Abi-Khalil, qui est affilié au Courant patriotique libre (CPL) fondé par le président Aoun. L'ami en question, qui n'a pas été identifié, a alors partagé ce message vocal non daté du député, selon la LBCI.

"(...) Malheureusement, ils (le CPL) ont fait rater au Liban une grande opportunité. Durant les deux dernières semaines, des diplomates, l'ONU et d'autres organisations m'ont dit : +comment vous accueillez Mme Merkel de la sorte? Comment vous refusez une offre (de la compagnie allemande) Siemens comme ça? Vous êtes fous au Liban?+. Malheureusement, ce mandat va détruire le Liban d'une manière inacceptable", peut-on entendre dire M. Jaber.

"Lors de la séance (plénière du Parlement) lundi, le président de la République et le ministre de l'Energie feront pression, afin d'assurer quelques heures de courant en plus durant les trois prochains mois de la fin 2018, et pour cela ils réclament 500 millions de dollars supplémentaires, en plus du montant de 1,5 milliard de dollars obtenu dans le budget de 2018. Malheureusement, le pays est mené vers l'abysse", a conclu le député. 

La réponse de M. Abi-Khalil n'a pas tardé : "Si seulement +les voix patriotiques+ avaient recours à des faits et aux comptes-rendus au lieu de se baser sur des rumeurs et des dires, car nous ne savons plus ce que vous voulez : voulez-vous que l'on respecte les usages ou plutôt le gré-à-gré, comme vous avez l'habitude de faire... Et Siemens n'a pris part à aucun appel d'offres", a écrit dimanche le ministre sortant sur son compte Twitter.


(Lire aussi :  Électricité : le privilège injustifiable de Beyrouth)


Réagissant également à cet enregistrement, le leader druze Walid Joumblatt, qui lui aussi entretient des relations tendues avec le CPL depuis des semaines, a exprimé son soutien à Yassine Jaber. "Si seulement les responsables concernés pouvaient écouter les propos de Yassine Jaber. Sa voix résonnante s'ajoute à celle des personnes qui tiennent à sauvegarder l'intérêt public (...)", a écrit le chef du Parti socialiste progressiste sur son compte Twitter.

"Je ne veux pas que ces conseils soit mal interprétés sur le plan politique. Nous poursuivrons nos efforts pour ramener le calme et le dialogue, avec ou sans électricité, à la lumière de la bougie, avec une lampe à gaz ou à la lumière de la lune", a ajouté M. Joumblatt plus tard dans la journée.

Le 7 septembre, le ministre sortant de l’Éducation, Marwan Hamadé (PSP), avait démis de son poste de directrice du département des examens officiels une haute fonctionnaire proche des aounistes. Ces derniers avaient, en guise de représailles, limogé deux responsables proches du PSP : le président de la réserve naturelle du Chouf, Nizar Hani, et un fonctionnaire d'Électricité du Liban Raja el-Ali, dépendants respectivement des ministères de l'Environnement et de l’Énergie, contrôlés par des ministres aounistes. Lundi, le leader druze et le chef du CPL Gebran Bassil ont appelé les responsables de leurs partis ainsi que leurs partisans au calme sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Le CPL et Amal entretiennent des relations houleuses depuis des mois, principalement en raison de divergences politiques entre les deux formations au sujet des principaux dossiers, comme celui de la production du courant électrique.


(Lire aussi :  Karadeniz défend son bilan et ses navires-centrales)


La chancelière allemande, lors de sa visite au Liban le 22 juin dernier, avait annoncé que l’Allemagne siégera au comité de suivi du processus CEDRE (la Conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises, tenue le 6 avril à Paris). Elle avait souligné que l’objectif de sa visite était de renforcer la coopération économique entre les deux pays. La chancelière allemande était accompagnée, entre autres, d’une délégation économique composée notamment des représentants du géant industriel Siemens.

Lors du dernier Conseil des ministres qui s’était tenu avant les législatives du 6 mai, le ministre de l’Énergie avait réussi à faire avaliser, à l’arraché et sous certaines conditions, le projet visant à faire venir une troisième barge, fournie par Karpowership, filiale de l’opérateur turc Karadeniz. Ce troisième navire-centrale devait déployer plus de 200 mégawatts (MW) supplémentaires – soit deux heures de courant en plus – sur le réseau d’Électricité du Liban (EDL) jusqu’au 16 octobre maximum, pour combler une demande de consommation supplémentaire en été, sans frais additionnels, en dehors du carburant. Son arrivée avait été négociée dans le cadre d’un accord plus large portant sur la prolongation pour trois ans supplémentaires de la location des deux navires mis en service en 2013 par le même opérateur : le Fatmagül Sultan à Zouk et l’Orhan Bey à Jiyé, pour un total de 370 MW. Le déploiement de ces barges était à l’origine une solution temporaire pour pallier le déficit de production d’EDL, mais qui a fini par s’inscrire dans la durée.

Le Liban souffre d'une crise chronique qui frappe le secteur de l’Électricité depuis la fin de la guerre civile en 1990. Les Libanais sur tout le territoire sont privés pendant plusieurs heures d'alimentation en courant et se retrouvent forcés de souscrire à des abonnements de générateurs privés.


Lire aussi

La réforme du secteur de l’électricité, en tête des priorités du patronat et du gouvernement libanais

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

DAMMOUS Hanna

BOUTADE: Peut être ils sont persuadés que les nouvelles centrales seront bientôt bombarder. Donc ils restent dans le provisoire en attendant une solution finale "paix?-occupation?, colonisation?, annexion?, cantonalisation?".

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE CORRIGE : IRREMEDIABLEMENT L,IGNORANCE, L,INCOMPETENCE ET L,IRRESPONSABILITE GENDRISSIMO- BEAUPERIENNES CONDUISENT LE PAYS A SA PERTE !

Bibette

Que savons-nous des conditions et des grandes lignes de l’offre de Siemens ? Ont-elles été rendues publiques ? Quoi qu’il en soit, entre se laisser - éventuellement - corrompre par les champions de la corruption allemande en Grèce i.e. Siemens et consort, en vue d'un projet de construction de centrales électriques qui assurent la production électrique suffisante, permanente à moyen terme 18 mois, propre et définitive, et par ailleurs, la corruption continue par la location des navires producteurs d'électricité polluante, insuffisante et temporaire et ruineuse, le choix est claire, j'opte pour Siemens en exigeant une transparence absolue de la transaction.

Sam

Personne n’y comprend plus rien et pourtant les discussions vont bon train, souvent du théâtre avec les mêmes acteurs... Il nous manque des centrales depuis 1990...est ce que l.OLJ pourrait faire un état des lieux chronologique , avec qui empêche quoi exactement ?
Un grand merci d’avance !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN ISRAEL UN PRESIDENT ET UN PREMIER MINISTRE FURENT CONDAMNES POUR DE LA MENUE CORRUPTION ET EMPRISONNES ... COMME AILLEURS DANS LE MONDE !
POURQUOI A-T-ON PROLONGE LE CONTRAT DE LA LATTA CRIANTE DES BARGES TURQUES FERRAILLES DE TROIS ANS AU LIEU D,UN ? DU 3ABBIL JAYBÉ !!!

Sarkis Serge Tateossian

En effet il s'agit d'une grosse erreur (voir grotesque) d'accueillir fraîchement la chancelière allemande.

Est-ce les navires poubelles (qui à "prix modérés" poncent les milliards des libanais) sont plus importants que les projets proposés par Siemens ?
Des projets qui consistent à la mise en place des infrastructures pérennes pour notre pays ?

Je pense que les contours et les réels termes de ce fameux contrat des barges turques cachent les secrets du plus grand deal jamais réalisé auparavant entre un état et une société fantoche et dputeuse.

Dans d'autres pays ce contrat aurait fait l'objet d'une enquête parlementaire pour connaitre et dévoiler les vraies raisons de son existante.

Comment peut on payer des milliards pour 3 ou 4 ans d'électricité produites par des malheureux navires (produisant quelques cents megawatts) alors que pour deux milliards vous pouvez construire une centrale électrique pour les 50 ou 60 prochaines années pour un pays comme le Liban d'une puissance d'au moins 5000 mégawatts.

C'est un contrat qui sent très mauvais.

Bustros Mitri

Mais vous ne vous rendez pas compte des milliards qu’elle leur retire de l’assiette?? Et les générateurs, et les navires-centrales, et les branchements illégaux, tout ce fonds de commerce, va partir comme ça ?? Nein!!

Remy Martin

... si c'est pas déjà chose faite.

Stes David

Il faudrait clarifier ce que c'est l'offre (de la compagnie allemande) Siemens . C'est pourtant une affaire un peu etrange CEDRE car il s'agit de prets au Liban pour recuperer l'argent ensuite par des compagnies telles que Siemens donc ce n'est pas forcement dans votre interet libanais. Il faudrait aller consulter vos voisins grecques et voir ce qu'ils pensent des allemands.

Irene Said

Les accuser de folie...c'est encore trop clément !

Dans d'autres pays...ils seraient coupables de haute trahison...et depuis bien longtemps derrière les barreaux.

Mais demain ils iront parader à New York, tout en pleurnichant et en rejetant la faute sur les réfugiés syriens, qu'ils utilisent par ailleurs sans vergogne...car on les paye moins cher, n'est-ce pas, Messieurs ???
Irène Saïd

Le Faucon Pèlerin

Cher compatriote Yassine Jaber,
Il n'y a personne pour vous entendre, ils sont à New York, beau-père, belle-mère et beau-fils. Revenez plus tard.

carlos achkar

Il a entièrement raison et tout le monde pense comme lui.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE PERSONNE NE PARLE DE LA COMBINE DU SIECLE OU LA LATTA AKALET EL BATTA...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IRREMEDIABLEMENT L,IGNORANCE ET L,IRRESPONSABILITE GENDRISSIMO-BEAUPERIENNES CONDUISENT LE PAYS A SA PERTE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué