X

Économie

La réforme du secteur de l’électricité, en tête des priorités du patronat et du gouvernement libanais

Infrastructures

Cette réforme consistera en une suppression de la subvention du prix de l’électricité, qui se traduira par une hausse des tarifs.


18/09/2018

Le président du Rassemblement des dirigeants et chefs d’entreprise libanais dans le monde (RDCL World), Fouad Zmokhol, a appelé la classe politique à ne pas compromettre le processus CEDRE (la Conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises, tenue le 6 avril à Paris), en réitérant les erreurs ayant conduit à l’échec des précédentes conférences internationales de soutien économique au Liban (Paris I, II et III). M. Zmokhol préconise de se concentrer « sur une seule réforme », à savoir celle du secteur de l’électricité, « plutôt qu’une série de réformes difficiles à mettre en œuvre à court et moyen terme ».


Suppression de la subvention
Cette réforme consistera en une suppression de la subvention du prix de l’électricité, qui se traduira par une hausse des tarifs, ces derniers n’ayant pas été augmentés depuis 1994. Elle devrait intervenir parallèlement à la hausse de la production à travers la construction de nouvelles centrales électriques, comme l’avait affirmé en juillet l’ancienne ministre des Finances Raya el-Hassan du courant du Futur, le parti du Premier ministre Saad Hariri. Les transferts du Trésor à Électricité du Liban, destinés à combler chaque année le déficit de l’établissement dû notamment à la subvention des tarifs, constituent le troisième poste de dépenses budgétaires.

La communauté internationale s’était engagée lors de la conférence de Paris à mobiliser en faveur du Liban 10,2 milliards de dollars de prêts, dont 9,9 milliards à des taux bonifiés, et 860 millions de dollars de dons, destinés principalement à subventionner les intérêts de ces mêmes prêts. Ces fonds doivent exclusivement servir à financer la première phase (6 ans) du programme d’investissement (Capital Investment Program, CIP) visant à moderniser les infrastructures du pays. En contrepartie, le Liban s’était engagé à mettre en œuvre un agenda de réformes sectorielles et budgétaires, dont celle relative au secteur de l’électricité.

Près de 2,1 milliards de dollars d’investissements dans le secteur de l’électricité sont prévus dans le cadre de la première phase du CIP, principalement pour la construction de deux centrales à Selaata et Zahrani pour la production de 1 000 MW supplémentaires (dont le coût est estimé à 600 millions de dollars pour chacune des centrales). Ces investissements devraient en principe faire l’objet de partenariats public-privé (PPP).

C’est en tout cas ce qu’a semblé confirmer hier le ministre sortant des Finances Ali Hassan Khalil au directeur du département PPP au sein de la Société financière internationale (IFC, bras privé du Groupe de la Banque mondiale), Emmanuel Nyirinkindi. Une option privilégiée « afin de limiter les dépenses publiques dans la mise en œuvre des projets prioritaires, principalement dans l’électricité et les transports », a confié Ali Hassan Khalil.



Pour mémoire

Zahlé : Abi Khalil annonce qu’EDL fournira de l’électricité 24h/24, des députés de la ville s’insurgent

Prise de bec entre ministres CPL et FL au sujet de l’électricité

La barge Esra Sultan fonctionne normalement à Zouk, selon EDL

Tarifs d’EDZ : Michel Daher rebondit sur le rapport du ministère de l’Économie

« Marché douteux » des compteurs individuels : Me Khansa attend le retour du procureur


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ziad Gabriel Habib

CQFD. Il faut donner la priorité aux priorités. Cela va de soi mais encore fallait-il le répéter! Espérons que cet appel trouvera écho après 26 ans de galère et de pollution. D’ailleus ia photo de la centrale de zouk est un vrai trompe l’oeil. Avec des cheminées aussi propres, la centrale devait être à l’arret ce jour là !

TRAD Fouad N.

Bravo Fouad pour ce rappel aux politiques de faire un véritable focus sur l’électricité Au lieu de se et nous perdre en négociations des solutions coûteuses et momentanées. Un slogan doit animer tout gouvernement : stop moteurs et barges, on veut des usines !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON NOUS A GONFLE DE PAROLES VIDES ! OU SONT LES ACTES ET POUR QUAND ? ENTRETEMPS LE LOUAGE DES BARGES REMPLIT BIEN LES POCHES DES ABRUTIS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants