X

À La Une

Téhéran dénonce "l'étranglement américain" de son économie

sanctions US

Washington se "défendra vigoureusement", a réagi le secrétaire d'Etat Mike Pompeo.


OLJ/AFP
27/08/2018

L'Iran a demandé lundi à la Cour internationale de Justice (CIJ) d'enjoindre aux Etats-Unis de suspendre leurs sanctions, dénonçant "l'étranglement" de son économie par les Américains.

Washington se "défendra vigoureusement" face à Téhéran, a peu après réagi le secrétaire d'Etat Mike Pompeo. Cette procédure engagée par l'Iran devant la CIJ, qui a son siège à La Haye, en vue de la levée des sanctions est "un dévoiement de la Cour", a-t-il estimé dans un communiqué, accusant ce pays de tenter d'"interférer avec les droits souverains des Etats-Unis à prendre des mesures légales, parmi lesquelles le rétablissement de sanctions, qui sont nécessaires à la protection de notre sécurité nationale". Selon les experts, Washington devrait plaider mardi l'incompétence de la Cour internationale de justice dans cette affaire.

En ouverture de la procédure, la délégation iranienne a réclamé un traitement avec une "urgence extrême" de ce dossier au vu des "conséquences dramatiques" sur l'économie nationale.

La CIJ devrait statuer sur la fin provisoire des sanctions exigée par l'Iran dans les deux mois suivant le début des audiences, mais parvenir à une décision finale pourrait prendre des années. Les sanctions comprennent des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale.


(Repère : Procès Iran - USA devant la CIJ : à quoi peut-on s'attendre?)


"Agression flagrante" 
"Les Etats-Unis propagent publiquement une politique visant à nuire le plus sévèrement possible à l'économie iranienne", a dénoncé Mohsen Mohebi, représentant de l'Iran et conseiller juridique, après que le rial iranien a perdu environ la moitié de sa valeur depuis avril.

Au cours des audiences, qui doivent durer quatre jours, la République islamique demandera à la Cour d'obtenir la suspension de l'application des sanctions, avant que les juges du principal organe judiciaire de l'ONU ne se prononcent, ultérieurement, sur le fond de l'affaire.

La réintroduction des sanctions annoncée par Donald Trump "n'est rien d'autre qu'une agression économique flagrante contre mon pays", a déclaré M. Mohebi, ajoutant que "l'Iran opposera la plus forte résistance à l'étranglement économique américain, par tous les moyens pacifiques".

"L'objet affirmé de l'action américaine est d'étouffer l'économie iranienne en quelques mois seulement en mettant en oeuvre une campagne déterminée", a insisté Jean-Marc Thouvenin, professeur à l'Université de Nanterre, près de Paris.

En mai, le président américain a retiré son pays de l'accord sur le nucléaire, signé par Téhéran et les grandes puissances en 2015. L'Iran s'y engage à ne jamais chercher à se doter de l'arme atomique. Ce retrait a marqué le rétablissement de sanctions américaines sévères envers la République islamique, jusque-là suspendues en vertu de l'accord international.

N'ayant "pas eu d'autre choix que de saisir la CIJ après avoir cherché en vain une solution diplomatique", Téhéran a engagé une procédure en juillet, souhaitant "mettre fin sans délai" à ces mesures, a poursuivi M. Mohebi.


(Lire aussi : Nouveau revers pour Rohani après le limogeage du ministre de l'Economie)


Traité d'amitié 
L'Iran affirme que les actions des Etats-Unis sont des "violations flagrantes" des dispositions du traité américano-iranien de 1955, qui prévoit des "relations amicales" entre les deux nations et encourage les échanges commerciaux. Pourtant, l'Iran et les Etats-Unis n'entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1980.

Les premières sanctions américaines, qui ont été prises début août, seront suivies en novembre d'autres mesures affectant le secteur pétrolier et gazier, qui joue un rôle capital dans l'économie iranienne. Plusieurs sociétés internationales, dont la Française Total et l'Allemande Daimler ainsi que les compagnies aériennes British Airways et Air France, ont déjà annoncé la fin de leurs activités en Iran.    



Lire aussi
Washington ne cherche pas un changement de régime mais de "comportement" en Iran

Critiqué, le président iranien Rohani appelle à l'unité

Khamenei bombe le torse face aux pressions américaines

« Il n’est pas sûr qu’au sein du système iranien, il y ait une solution pour répondre à l’escalade US »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le point

J'espère que la Cour donnera raison à l'Iran pour montrer que le droit international existe encore. ça serait rassurant pour le reste de la planète de savoir que les USA ne sont pas les seuls gendarmes du monde, et qu'un jugement de tribunal est potentiellement plus puissant qu'une arme à feu.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS N,ONT QU,A S,ASSEOIR AVEC LES AMERICAINS ET DISCUTER DE TOUS LES DOSSIERS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants