X

À La Une

L'étau judiciaire se resserre autour de Trump, ses options sont limitées

repère

Selon les experts, le président américain dispose de trois options stratégiques. Aucune n'est idéale. 


OLJ/AFP
24/08/2018

Donald Trump semble à court d'options face à l'étau judiciaire qui se resserre autour de ses proches et à une hypothétique procédure de destitution, publiquement évoquée jeudi matin par le président américain. Le locataire de la Maison Blanche a vécu un mardi noir avec deux de ses anciens proches sur les bancs de la justice, l'un reconnu coupable, l'autre plaidant coupable et impliquant directement le milliardaire républicain.

Ces deux affaires ne sont pas directement liées à la tentaculaire enquête russe menée par Robert Mueller sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Trump et Moscou, mais les attaques incessantes du président suggèrent au minimum que ce dernier est extrêmement inquiet. La question de l'impeachment, procédure de destitution du président par le Congrès, a par ailleurs été publiquement évoquée par M. Trump, interrogé par Fox News lors d'une interview jeudi matin. 

Selon les experts, le dirigeant dispose de trois options stratégiques. Aucune n'est idéale. 







Coopérer avec Mueller

Donald Trump ne cesse de répéter qu'aucun crime n'a été commis, dénonçant "une chasse aux sorcières". Mais il évite depuis des mois d'être interrogé par M. Mueller.  "Il devrait absolument adopter et embrasser une stratégie de transparence", suggère à l'inverse Eric Freedman, professeur de droit constitutionnel à l'université Hofstra dans l'Etat de New York.

Une telle option signifierait cesser les critiques récurrentes contre cette enquête et ne plus soutenir son ancien directeur de campagne Paul Manafort, reconnu coupable de fraude bancaire et fiscale. 

Pour Robert Bennett, avocat pénaliste ayant travaillé aux côtés de l'ancien président Bill Clinton dans les années 90, cette stratégie n'est cependant plus d'actualité.

Donald Trump et son entourage "ont décidé il y a longtemps d'attaquer le procureur spécial. Il serait difficile maintenant d'avoir un volte-face", confie ce juriste à l'AFP. "Selon moi, il ne pourrait pas coopérer honnêtement sans se compromettre lui-même", avance-t-il également. 

Coopérer pourrait aussi mettre le président dans une position difficile à tenir, si, comme beaucoup l'imaginent, son fils Donald Trump Jr. et d'autres membres de sa famille sont dans le viseur du procureur. 


(Lire aussi : Michael Cohen, possible témoin-clé contre Trump dans le dossier russe)



Attaquer et gagner du temps

L'autre option est donc de jeter toutes ses forces dans la bataille des élections législatives de novembre pour éviter que l'une des deux chambres du Congrès repassent aux mains des démocrates et s'épargner ainsi la menace de la procédure de destitution. Sa stratégie actuelle est de tenter de convaincre que l'enquête Mueller est en réalité une opération des démocrates.

La Maison Blanche exige par ailleurs que l'équipe Mueller respecte une politique du ministère de la Justice voulant que les procureurs n'entament aucune action pouvant être défavorable à tout candidat dans les 60 jours précédant une élection.  "Je ne vois personne dans les élections de novembre liée à ceux visés par l'enquête", tempère cependant Michael German, ancien agent du FBI et expert au Brennan Center for Justice. 

Pour M. Bennett, une stratégie possible est celle de la diversion.  "Mon boulot était de faire sortir cette affaire Jones de la couverture médiatique quotidienne", raconte cet ancien avocat de Bill Clinton à propos de Paula Jones qui poursuivait le président pour harcèlement sexuel.

Si Donald Trump, ou quelqu'un de sa famille fait face à des accusations, la stratégie de bloquer le dossier pour des questions constitutionnelles pourrait permettre au camp du président de gagner du temps, éventuellement jusqu'à la fin de son mandat.  "Peu importe le dénouement, ce serait probablement mieux pour lui", parie M. Bennett.


L'option radicale

Donald Trump pourrait aussi renvoyer M. Mueller et mettre fin à l'enquête. Il l'a répété à plusieurs reprises sans s'avancer concrètement vers une "option nucléaire" qui rappelle aux républicains de mauvais souvenirs. 

En octobre 1973, Richard Nixon avait ainsi fait renvoyer le procureur spécial en charge de l'affaire du Watergate. Le soutien au président s'est effrité par la suite et son remplaçant a poursuivi les investigations. Près d'un an plus tard, M. Nixon a démissionné devant la menace d'une probable destitution.    



Lire aussi

Nouvelle charge de Trump contre son ministre de la Justice qui se rebiffe

Lâché par son ex-avocat, Trump l'accuse de mentir    


Pour mémoire

Enregistré à son insu, Trump s'en prend à son ex-avocat

Trump bascule sa défense dans l'affaire Stormy Daniels

Mueller a 50 questions à poser à Trump sur la Russie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL A REMPLI SON ROLE ET SEME SES GAFFES...

FAKHOURI

il est entrain de mettre le bazar dans le monde entier
celui qui le remplacera aura beaucoup de mal à remettre les relations sur la bonne conduite des rapports état à état

AIGLEPERçANT

Ce clown a servi ses commanditaires par ses transfers d'ambassade et reconnaissante de capital, comme il pue trop "on" va le déloger en conservant " les acquis" .

As simple as that.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants