X

À La Une

Le plan "révolutionnaire" d'un ancien chef du Mossad pour vaincre le Hezbollah...

Dans la presse

"Si Trump annonce des sanctions contre le Liban, l'économie libanaise ne pourra pas tenir plus de trois ou quatre mois", estime l'ex numéro 1 des services de renseignements israéliens. 

OLJ
17/08/2018

Il n'est plus possible de vaincre militairement le Hezbollah... Ce qu'il faut faire, c'est imposer des sanctions au Liban, comme les États-Unis le font avec l’Iran. C'est ce qu'affirme un ancien chef du Mossad, Tamir Pardo, dans une rare interview publiée par le quotidien israélien "The Jerusalem Post" ce vendredi.

Pour cet ancien haut gradé du renseignement israélien, qui était en poste de 2011 à 2016, "il serait dix fois plus facile de limiter la menace que représente le Hezbollah en appliquant des sanctions, que cela ne l'est avec l'Iran. Et si le président Trump (imposait de telles sanctions) maintenant, l'impact serait plus important qu'il ne l'est actuellement sur la question du nucléaire iranien". 

"Le Liban est le seul État du monde qui dispose d'une entité terroriste ayant plus de pouvoir que l'armée nationale. Le Hezbollah est le Liban : il siège au gouvernement et au Parlement, il a un pouvoir de décision sur tous les dossiers politiques", affirme Tamir Pardo, qui souligne que le parti de Dieu "a énormément d'expérience en matière de combat, ce qui ne doit pas être pris à la légère". Il ajoute que le Hezbollah, selon un modèle qui n'a pas d'équivalent ailleurs dans le monde, "fait inextricablement partie de l'Iran". 

Ayant planté le décor, M. Pardo estime que la stratégie consistant à "attaquer le Hezbollah sans attaquer tout le Liban, comme lors de la guerre de juillet-août 2006 (12 juillet - 14 août, NDLR) est un concept obsolète". "Israël peut toujours faire la guerre au parti chiite... Théoriquement, nous pouvons résoudre ce problème avec une guerre. Mais pour vaincre définitivement le Hezbollah, il faudrait envahir le Liban du Sud jusqu'au Nord, à cause de leurs missiles à longue portée", ajoute l'ancien numéro 1 du Mossad. Selon ses estimations, l'envoi de troupes jusqu'à l'extrême nord du pays du Cèdre "augmenterait considérablement les pertes, qu'il s'agisse de civils libanais ou de soldats de l'armée israélienne". Le Hezbollah répliquerait, en outre, en frappant le territoire israélien avec toute sa puissance de feu "qui s'élève à près de 130 000 missiles". 

Dans ce contexte, l'ancien maître espion souligne que le "problème libanais" pourrait être résolu d'une manière "différente et plus appropriée". Un plan qualifié de "révolutionnaire" par le Jerusalem Post.


(Lire aussi : Nasrallah : La résistance libanaise est aujourd'hui plus forte que jamais)


"Que l'Iran retire entièrement ses tentacules"
"Si Trump annonce des sanctions contre le Liban, comme il l'a fait contre l'Iran, l'économie libanaise ne pourra pas tenir plus de trois ou quatre mois. Le Liban n'est pas l'Iran, c'est un pays minuscule qui dépend de l'Occident et des pays sunnites modérés", affirme-t-il. "Même s'il n'impose au Liban que certains aspects des sanctions imposées à l'Iran, cela reste un moyen beaucoup plus efficace que la guerre" pour vaincre le Hezbollah, ajoute Tamir Pardo. Il précise que, pour une efficacité optimale, les Occidentaux devront clairement indiquer que ces sanctions seront levées à deux conditions : "Si le Hezbollah abandonne ses armes ou est entièrement incorporé à l'armée libanaise et si l'Iran retire entièrement ses tentacules du Liban".  

"Si cette stratégie combine les capacités de Donald Trump, de la France et des États modérés du Golfe, elle pourra réellement changer la donner", insiste M. Pardo, qui relève "les intérêts similaires qu'ont ces pays à neutraliser le Hezbollah qui leur donne du fil à retordre notamment au Yémen". 

"Évidemment, admet l'ancien agent du Mossad, à court terme ces sanctions nuiront aux communautés sunnite et chrétienne du Liban. Mais les dommages qu'elles subiront seront minimes en comparaison à ceux engendrés par une guerre générale entre Israël et le Hezbollah".

Dans un discours prononcé mardi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait déclaré que "l'axe de la résistance est plus fort qu'il ne l'a jamais été" et que lors de la guerre de juillet 2006, le Hezbollah était "plus puissant que l'armée israélienne".  Il avait souligné que "l'Etat hébreu se reconstruit à la lumière des revers qu'il a subis en 2006. Il prépare des plans concernant ses centrales électriques et ses extractions de gaz parce qu'il sait que nous pouvons les atteindre". 

Fin juillet, le quotidien israélien Haaretz avait annoncé que l'armée israélienne avait évoqué avec le gouvernement une éventuelle nouvelle guerre avec le Hezbollah et présenté trois scénarios possibles. Selon le quotidien, l'armée israélienne prévoit qu'en cas de guerre, des centaines de milliers de roquettes pourraient être tirées du Liban-Sud et un bon nombre d'entre elles risqueraient de ne pas pouvoir être interceptées par le système de défense aérien israélien.


Lire aussi
Israël a mené des manœuvres pour se préparer à une éventuelle guerre contre le Hezbollah

L'armée israélienne se prépare à différents scénarios de guerre avec le Hezbollah    

Le Hezbollah assure avoir décuplé sa force depuis 2006

L'ONU condamne l'attaque contre une patrouille de la Finul au Liban-Sud

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Fredy Hakim

Y’a t’il un plan pour obliger les colons israéliens à se retirer de la Cisjordanie? Du Golan? Y’a t’il des dirigeants arabes qui sont prêts à faire face aux délires de l’administration Trump? Y’a t’il des libanais qui se souviennent encore de l’armée du Liban sud? De la guerre du Chouf? Du soutien des États Unis à Hafez El Assad contre le général Michel Aoun? Y’a t’il encore des libanais qui se souviennent de ce qui s’est passé dans leur pays? Et du soutien des pays du Golf à l’OLP d’Arafat? Et de la sympathie de ces mêmes pays pour l’armée israélienne en 2006? Y’a t’il encore une conscience libanaise qui forte de toutes ces expériences et trahisons se posent la question de savoir à quoi l’argent saoudien a-t-il servi depuis 40 ans!

DAMMOUS Hanna

Il faut une condamnation pour activité contraire aux droits édictés par les grandes puissances pour appliquer des sanctions contre un pays souverain qui appartient au concert des nations. Pardon monsieur Pardo, le Liban est loin de ce scénario des hors la loi imposé par les grands, mais il n'est pas interdit de rêver.

Irene Said

Ouauuuuh...
une photo illustrant le culte de la personnalité dans toute sa splendeur !

Pauvres jeunes-filles/femmes innocentes et soumises, peut'être qu'il les sauvera en cas de catastrophe provoquée par le divin Hezbollah ?
Irène Saïd

Chady

La seule chose que vous réussirez à faire sera d’apprendre au Liban en tant qu’Etat et que Peuple à ne plus dépendre des autres.
Il y a la Russie, la Chine, l’Inde, la Turquie et plein d’autres pays avec qui nous pouvons échanger biens et services. Ça fera mal, ça prendra du temps, mais on en sortira plus fort.
D’un point de vue militaire, vous avez le toupet d’évoquer une invasion du Liban Sud jusqu’au Nord! C’est drole la dernière fois l’objectif c’etait le fleuve Litanie et vous n’avez même pas pu prendre Bint Jbeil ?
Bon ça c’est pour l’anecdote mais on peut aussi vous rappelez que le Hezbollah, comme vous semblez l’oublier, défendra le territoire Libanais de ses bases certes, mais aussi à partir de la Syrie, simple détail.

Le pont

M. Pardo sollicite une alliance des USA, de notre tendre maternelle la France et des pays amis du Golfe pour affamer le Liban et vaincre le Hezb !

Il n'est possible qu'il avait trop bu avant cette déclaration. Il serait plutôt conscient que depuis la sortie de l'URSS d’Afghanistan, aucune armée n'a réussi à se maintenir dans un pays qu'elle avait envahi. Les volontés des peuples ne font que de se renforcer au fil du temps. les USA ont dépensé, selon le Président Trump, 2 mille milliards de dollars dans la guerre en Irak et Afghanistan. Ils ne peuvent toujours pas assurer la sécurité d'un soldat américain qui marche dans la rue dans ces pays, sans faire appel à une protection blindée. Les évangélistes n'entreront jamais dans des combines contre le Liban. Que ce Monsieur soit rassuré et inquiété à la fois.

Sarkis Serge Tateossian

On est tenté d'en rire à premier vu, sauf qu'il s'agit du Liban, c'est de nous qu'il parle, le Pardo!.

On est sur un terrain (un terrain troubke, sur lequel les renseignements evoluent) où tout est manipulation, diversion et tentative de porter un coup à son adversaire.

Sauf que nous citoyens libanais avons assez souffert des manipulations et des coups portés des uns et des autres..
Assez de souffrances, de misere, de guerres et de leurs conséquences interminables .....

Ceux qui veulent "se servir" d'un président américain arrivé un peu par "accident" sur la scène mondiale, qu'ils le fassent loin de chez nous!

Talaat Dominique

et des sanctions contre israel , qui ne respect aucunes des résolutions de l'ONU ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,HEBETUDE NE VEUT PAS COMPRENDRE QUE SEULES LES SANCTIONS DRASTIQUES CONTRE L,IRAN PEUVENT VENIR A BOUT DU HESZOLLAH ET NON LES SANCTIONS CONTRE LE LIBAN. LE LIBAN MEME SI SANCTIONNE NE PEUT RIEN FAIRE CONTRE LE HEZBOLLAH QUI S,EN FOUT SI LE PAYS EST DETRUIT ET CONTINUERA A EXISTER TANT QUE L,IRAN EST DEBOUT !

Eleni Caridopoulou

Que Dieu ne plaise..

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué