X

Liban

Ne l’appelez plus « nœud chrétien », c’est le « nœud Bassil », soulignent les FL

Gouvernement

L’ambassadeur d’Arabie dément les accusations d’ingérence dans le processus de formation du cabinet lancées par le Hezbollah.

Yara ABI AKL | OLJ
14/08/2018

En attendant les contacts que le Premier ministre désigné Saad Hariri devrait entamer prochainement avec les Forces libanaises, le Parti socialiste progressiste et les Marada de Sleiman Frangié, le processus de formation du gouvernement continue à buter sur plusieurs obstacles. Il s’agit surtout du différend opposant le Courant patriotique libre aux FL autour de leurs quotes-parts gouvernementales respectives. À cela s’ajoute la querelle entre le chef du PSP Walid Joumblatt et son principal rival sur la scène druze, Talal Arslane, le CPL insistant à intégrer ce dernier à la future équipe ministérielle, contrairement à la volonté du leader de Moukhtara qui veut nommer tous les ministres appartenant à sa communauté au sein du cabinet Hariri.

Pour ce qui est du nœud chrétien, il devient de plus en plus compliqué. Même si Meerab affirme s’être conformé à la « coutume » accordant au président de la République la vice-présidence du Conseil. Mais il n’en reste pas moins que le parti de Samir Geagea tient toujours à une représentation gouvernementale conforme à son nouveau poids parlementaire issu des élections législatives du 6 mai dernier. Interrogé par L’Orient-Le Jour, un cadre FL indique que son parti tient à quatre portefeuilles, dont un régalien, deux ministères de services dits importants et un ministère d’État.
Le proche de Samir Geagea exprimait ainsi le refus de sa formation à une mouture que le Premier ministre désigné et le chef du CPL auraient évoquée lors de leur toute dernière rencontre tenue jeudi à la Maison du centre. Selon certains médias locaux, le chef du CPL aurait accepté que quatre ministères soient attribués au parti de M. Geagea, sans pour autant obtenir un portefeuille régalien. « Nous lui renvoyons cette proposition avec tous nos remerciements », lance le cadre FL, avant de déclarer sans détour : « Le nœud n’est pas chrétien. Il existe chez Gebran Bassil. Et c’est lui le responsable du blocage des tractations. » Selon lui, « la rencontre Hariri-Geagea pourrait avoir lieu à n’importe quel moment ».


(Lire aussi : Gouvernement : le bras de fer se poursuit autour des portefeuilles)


Wehbé Katicha, député FL du Akkar, a été encore plus clair : « Le nœud n’est ni chez les FL ni chez le PSP, ni même le courant du Futur. Il existe chez celui qui tente d’instaurer un régime de parti unique au Liban, comme c’est le cas en Syrie », a tonné M. Katicha, dans une interview accordée à Radio-Orient, dans ce qui a sonné comme une critique implicite de Gebran Bassil.
En face, les aounistes continuent à assurer que le chef du CPL ne négocie qu’au nom de son parti. D’autant que le partage des ministères relève de la compétence du Premier ministre exclusivement. De source proche du CPL, on assure à L’OLJ que la question de la représentation gouvernementale des FL n’a pas été évoquée lors du dernier entretien Hariri-Bassil.
Dans les mêmes milieux, on souligne que les tentatives de faire porter à Gebran Bassil la responsabilité du surplace actuel sont infondées. Le CPL fait partie intégrante du mandat Aoun et tient à son succès avec la collaboration de toutes les formations politiques, y compris les FL et le PSP, dit-on de même source, insistant sur la nécessité pour le Premier ministre de respecter un critère unifié, en l’occurrence les résultats du scrutin du mai, lors de la formation du gouvernement. Une façon pour le CPL de justifier son insistance à intégrer Talal Arslane au futur cabinet Hariri. Même si cela est à même de retarder la mise sur pied du gouvernement tant attendu.
À son tour, le Hezbollah exhorte Saad Hariri à adopter un critère unifié pour la formation de son équipe. S’exprimant lors d’une cérémonie à la Békaa-Ouest, Mohammad Raad, chef du groupe parlementaire du parti chiite, a estimé que « le processus de mise sur pied du cabinet a pris du temps parce que le Premier ministre n’a pas respecté un critère unifié et a adopté une formule discrétionnaire pour la représentation de tous les blocs ». Et d’ajouter : « Nous avons facilité sa tâche au maximum. Mais face à notre modestie, certains ont amplifié leur poids et leurs demandes gouvernementales, d’où le surplace. »


(Lire aussi : Les nœuds chrétien et druze n’en finissent pas de se compliquer)


Hamadé: « Le seul nœud, c’est la Syrie »
Le PSP, quant à lui, campe toujours sur ses positions : il tient à ce qu’il appelle son « droit » de nommer les ministres druzes. À ce sujet, le ministre sortant de l’Éducation au sein du cabinet d’expédition des affaires courantes Marwan Hamadé (joumblattiste) a déclaré hier à la Voix du Liban 93,3 que « le PSP n’acceptera pas qu’un ministre druze soit remplacé par une personne appartenant à une autre communauté ». M. Hamadé aurait ainsi laissé entendre que son parti s’oppose à la solution qui a circulé récemment dans les médias selon laquelle une personnalité sunnite ou chrétienne pourrait faire partie du bloc ministériel du PSP. « Le seul nœud est la Syrie qui exerce des pressions sur certains protagonistes afin d’intégrer Talal Arslane au cabinet (contrairement à la volonté de Walid Joumblatt) », a encore dit M. Hamadé, qui a ajouté : « Le cabinet pourra être formé prochainement si l’on accorde au PSP le monopole de la représentation druze et si l’on attribue un portefeuille régalien aux FL. »
Bilal Abdallah, député joumblattiste du Chouf, a quant à lui indiqué à l’agence locale al-Markaziya que la rencontre entre Saad Hariri et Walid Joumblatt pourrait se tenir « à tout moment ». Il a toutefois précisé qu’aucun rendez-vous prochain n’est fixé à cette fin. « Rien n’empêche la tenue d’un tel entretien. Il aura lieu si besoin », a précisé M. Abdallah, faisant valoir que la question de l’éventuelle nomination d’un ministre druze par M. Hariri en collaboration avec le président de la République et le chef du législatif « n’a pas été évoquée jusqu’à présent par le parti ».

Boukhari répond au Hezbollah
Outre les obstacles strictement liés aux tractations de politique politicienne, certains nœuds extérieurs entravent encore la mise sur pied du cabinet. C’est ce point de vue que plusieurs cadres et responsables du Hezbollah ont exprimé récemment en pointant un doigt accusateur en direction de l’Arabie saoudite.
Répondant à ces accusations, Walid Boukhari, ambassadeur d’Arabie, a assuré que Riyad « tient à la sécurité du Liban et à sa stabilité, et appelle à la formation d’un gouvernement dans les plus brefs délais ». « L’Arabie était le seul pays qui a veillé, tant dans ses paroles que par ses actes, au respect de la souveraineté du Liban. Preuve en est, la présence et la participation de l’Arabie aux conférences de soutien au Liban », a souligné M. Boukhari lors d’une cérémonie tenue hier au siège de l’ambassade à Beyrouth.


Lire aussi

Hamadé à « L’OLJ » : La dictature de Gebran Bassil ne passera pas

Gouvernement : Entre Berry et Bassil, Hariri cherche une fenêtre d’espoir

Gouvernement : le pari d’un CPL angoissé

Gouvernement : Hariri met tous les protagonistes au pied du mur

Pour les FL, un portefeuille régalien est désormais acquis

La cause de l’impasse : le spectre du tiers de blocage et de la stratégie de défense

Gouvernement : vers une crise de système ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le pont

La politique régionale du Liban se fait dans les coulisses des palais et elle est tenue entre des mains puissantes de quelques personnalités. Le rôle du Conseil des ministres est d'assurer la bonne marche des affaires de l'Etat. Selon cette logique le blocage n'est pas ordonné par des capitales étrangères. Par ailleurs, il est écrit nulle part dans la constitution ni dans la coutume que chaque 4 députés ont le droit à un ministre.

stambouli robert

UN MINISTERE DE TECHNOCRATES SANS PARTI POLITIQUE POUR SAUVER LE LIBAN
VOILA CE QUE NOUS AVONS BESOIN QUELQUE SOIT LES RESULTATS DE CES ELECTIONS QUI ONT VU DES ALLIANCES TELLEMENT CONTRE NATURE QUE NOUS EN VOMISSONS

Le Faucon Pèlerin

Les signes d'une dictature hégémonique sur la communauté chrétienne est en cours de réalisation avec le concours de qui vous savez. Les origines remontent aux années 2005 et 2009 suite à deux défaites électorales cuisantes. Le désir de vengeance est l'une des principales raisons de la dictature... Les citoyens n'en peuvent plus, ils sont ulcérés, la coupe est pleine. Il est encore temps de stopper la tentative hitlérienne avant qu'il ne soit trop tard.

aliosha

Alors que dire du noeud qui se fait passer pour medecin ?

Irene Said

C'est facile de nouer des noeuds avec tous les cordons possibles, et ensuite d'accuser les autres !
Un beau-papa qui laisse faire, bien tranquille dans son palais...un gendre qui ne connait pas la honte et en profite au maximum...
et le Liban qu'ils sont censés servir (élus et payés pour cela !) qui s'enfonce dans le chaos !
Irène Saïd

Marionet

Lamentable: même Marwan Hamadé, qui personnifiait l'intelligence même, tient des propos d'un communautarisme abject. À croire que cette classe politique creuse elle-même sa tombe. On touche le fond quand?

Joseph KHOURY

M. Bassil et le CPL détiennent la palme des blocages depuis plus de 10 ans, pour leurs propres intérêts qui divergent souvent des vrais intérêts du Liban! Bravo...

Tabet Karim

Un cirque, une farce, une insulte à notre intelligence.....Tous logés à la même enseigne..... Ce qu'il faudrait ??? Un grand coup de balai et les voir tous disparaitre sans exception.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST UNE HONTE QUE LE MENSONGE DE L,INGERENCE DE L,ARABIE DANS LA NON FORMATION DU GOUVERNEMENT. BOYCOTTAGE GENDRISSIMO-BEAUPERIEN !

FAKHOURI

Le FL découvre le fil à couper le beurre
Geagea n'est pas naïf à ce point
si c'est le cas, c'est à désespérer de faire confiance aux hommes politiques libanais
Entre son beau père et HN, Bassil est l'excellent bidouilleur

Saliba Nouhad

Langue de bois, cacophonie, paroles mielleuses, hypocrisie au summum: on ne trouve plus de mots pour décrire ce cirque infernal!
Il est clair que Le gendrissime veut avoir un pouvoir absolu à partager avec ses alliés, dans une sorte de dictature où il prépare même sa future présidence...
Et, après moi le déluge...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué