X

Liban

Siniora stigmatise « l’intensification de la répression » contre la liberté d’expression

OLJ
26/07/2018

L’ancien Premier ministre Fouad Siniora a stigmatisé hier l’intensification de la « répression visant à faire taire les activistes », proclamant son soutien à la manifestation organisée mardi soir par la société civile pour dénoncer les atteintes à la liberté d’expression au Liban.
« La Constitution libanaise protège les libertés publiques et la liberté d’expression des citoyens dans le cadre de la loi. Cette liberté est une des spécificités du Liban dans la région et dans le monde », a souligné M. Siniora dans un communiqué. Il s’est, dans ce contexte, « étonné de l’augmentation des pratiques de répression visant à faire taire les citoyens et les activistes et à limiter l’expression de leurs opinions ».
Affichant son soutien aux activistes de la société civile qui ont organisé une manifestation pacifique place Samir Kassir, mardi soir, il a dénoncé « les opérations menées par le bureau de lutte contre la cybercriminalité contre les activistes et les blogueurs et leurs condamnations ».Dans un communiqué publié à l’issue de sa réunion rue Clémenceau sous la présidence du député Teymour Joumblatt, le Rassemblement démocratique a lui aussi stigmatisé « les atteintes aux libertés publiques et les tentatives de les museler, à commencer par la liberté d’expression et d’opinion, qui est considérée comme l’une des particularités fondamentales de la vie politique et sociale au Liban ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

Dans un pays démocratique, si quelqu'un, citoyen lambda, député, ministre ou président de la République s'estime lésé par des propos quelconques, il entame un procès pour diffamation et la justice tranche. Et c'est tout!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants