X

À La Une

Loi israélienne sur "l'Etat-nation juif" : vague d'indignation au Liban

polémique

Aoun dénonce "une nouvelle agression israélienne contre le peuple palestinien".

OLJ
20/07/2018

L'adoption jeudi d'une loi définissant Israël comme "l'Etat nation du peuple juif" a provoqué une vague d'indignation vendredi au Liban, de nombreux responsables et formations politiques condamnant cette nouvelle législation qu'ils estiment "dangereuse" pour le peuple palestinien.

"Le vote par la Knesset de la loi dite de l’État-nation est une nouvelle agression israélienne contre le peuple palestinien et son droit à l'autodétermination, à un État indépendant avec Jérusalem pour capitale, et au recouvrement de toutes ses terres", a affirmé le chef de l’État libanais, Michel Aoun, sur le compte Twitter de la présidence.
"Cette loi abolit le droit au retour des Palestiniens et ouvre grand les portes à l'accueil des juifs (de par le monde, ndlr) et constitue ainsi une violation claire des décisions des Nations unies qui consacrent le droit au retour des Palestiniens", a ajouté le président Aoun. Il a appelé "le peuple palestinien à la solidarité et à mettre de côté ses querelles afin de faire face à cette agression contre son existence".
"N'est-il pas temps de voir la solidarité arabe faire face aux agressions israéliennes contre les Palestiniens?", s'est interrogé le président libanais. "Le silence international face à l'escalade israélienne (...) rend la solidarité arabe encore plus urgente (...)", a insisté Michel Aoun.

La Knesset, le Parlement israélien, a adopté jeudi une loi définissant le pays comme "l'Etat-nation du peuple juif", un texte polémique qui suscite des accusations de "racisme" envers la minorité arabe. La loi fait de l'hébreu la seule langue officielle d'Israël, alors que l'arabe avait auparavant un statut identique. Elle déclare en outre que l'établissement de "localités juives (sur le territoire israélien) relève de l'intérêt national" et proclame que Jérusalem est la capitale d'Israël, y compris la partie orientale de la ville annexée et occupée.


"Déclaration de guerre"
Le président du Parlement, Nabih Berry, a lui aussi dénoncé cette loi, l'assimilant à "un assassinat flagrant" de la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948. "En mon nom, et au nom du Parlement libanais, nous condamnons cette décision hostile (...)', a écrit le chef du Législatif libanais dans un communiqué. Il a appelé la communauté internationale à "agir et assumer ses responsabilités".

Le mouvement Amal dirigé par le président du Parlement a, lui, dénoncé "la ségrégation raciale" consacrée par la loi approuvée par le Parlement israélien. Cette loi "douche les espoirs de la population palestinienne en un retour et en l'édification d'un Etat ayant pour capitale Jérusalem". Le parti chiite a estimé qu'il s'agissait de "l'une des lois les plus dangereuses" et l'a assimilée à "une déclaration de guerre contre la population palestinienne".

Le Hezbollah a de son côté estimé que cette loi qui a été adoptée "dans la foulée des politiques sionistes de judaïsation de la Palestine occupée" vise à empêcher les Palestiniens en exil de rentrer chez eux et "ouvre grand la porte aux juifs du monde entier et à leur implantation sur des terres qui ne sont pas à eux". Dans un communiqué, le parti de Dieu "condamne fermement cette décision raciste et toutes celles qui la suivront", et invite le monde entier à protester contre cette "nouvelle agression" israélienne envers les Palestiniens. Le Hezbollah regrette dans ce contexte "la faible prise de position arabe et islamique".

Le leader druze Walid Joumblatt a de son côté estimé que "les joueurs de poker à Helsinki ont décidé que la sécurité d'Israël était primordiale", en allusion aux présidents américain, Donald Trump, et russe, Vladimir Poutine, qui se sont rencontrés à Helsinki le 16 juillet.
"C'est comme si les peuples de la région s'étaient transformés en cartes à jouer dans un grand night club, où leur sort est sacrifié froidement (..) La sécurité d'Israël prime, c'est ainsi qu'ont décidé les joueurs de poker à Helsinki. Quant aux joueurs de roulette russe à la Knesset, ils ont misé sur la judaïté de l'Etat, et non sur la liberté du peuple palestinien (...)", a estimé M. Joumblatt sur Twitter.


Le Courant du Futur a également condamné la décision israélienne, qui vise à "torpiller tous les efforts de paix et les décisions internationales, et annihiler le droit du peuple palestinien à établir un État indépendant, ayant Jérusalem pour capitale". La formation politique dirigée par le Premier ministre désigné, Saad Hariri, a estimé que "cette décision dangereuse vient s'ajouter à la liste de décisions semblables prises par l'ennemi israélien afin de raviver le racisme, le repli sur soi et l'extrémisme". Le Courant du Futur a appelé "l'ONU a assumer ses responsabilités historiques envers la cause palestinienne et à empêcher Israël d'accomplir ses plans criminels, racistes et colonisateurs".


Le Liban accueille quelque 170.000 réfugiés palestiniens, établis dans le pays depuis 1948. Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948. Ils représentent 17,5% de la population israélienne très majoritairement juive et se disent victimes de discriminations.



Lire aussi
Un jour de deuil – de plus – pour les députés arabes de la Knesset

Énorme polémique en Israël autour d’une loi visant à exclure les non-juifs

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saad, Antoine

Cette nouvelle loi de Netanyahou n'est pas seulement dangereuse; elle est désastreuse pour les Palestiniens et pour la réputation des Juifs du monde entier.Ou bien Netanyahou a perdu la boussole ou bien il est devenu fou car il se sent fort à cause de Trump qui a malheureusement reconnu Jerusalem comme capitale d'Israel : erreur fatale et monumentale qui aura des répercussions
très néfastes.Trump et Netanyahou se sont eux mêmes disqualifiés.Ils représentent un danger permanent pour la paix dans le monde et plus particulièrement au Proche Orient.
Antoine Saad


Irene Said

Et si tous ces beaux Messieurs de toutes les couleurs politiques et religieuses s'inquiétaient autant de ce qui se passe chez nous au LIBAN ?

1) catastrophe économique

2) musellement progressif de la liberté de presse et d'expression

3) corruption de plus en plus généralisée

Irène Saïd

Ziad Gabriel Habib

CQFD

M.E

N'est-il pas temps plutôt de balayer devant notre porte?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué