X

À La Une

Dans une lettre "ferme", Mogherini accuse un ministre israélien de désinformation

Dans la presse
OLJ
17/07/2018

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a adressé une lettre "personnelle et ferme" au ministre israélien des Affaires stratégiques et de la Sécurité publique, Gilad Erdan, lui demandant de fournir des "preuves" des allégations "vagues et sans fondements" de son ministère qui accuse l'UE de financer des activités de boycott et de terrorisme contre Israël, rapporte le Haaretz.

Le quotidien israélien a obtenu une copie du courrier en question, qui constitue une réponse à un appel lancé en mai par Israël qui demandait à l'UE de suspendre le financement de plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) européennes et palestiniennes qui feraient la promotion de "boycotts anti-israéliens". Dans un rapport de 40 pages, le ministère des Affaires stratégiques chiffre le montant de ces aides à cinq millions d'euros pour l'année 2016, selon les derniers chiffres à sa disposition. Le rapport cite le cas de l'ONG Norwegian People's Aid, une organisation humanitaire qui a reçu 1,76 million d'euros de l'UE en 2016 et qui a formé, selon lui, des représentants du Hamas, reconnu comme des organisations terroristes par l'UE, les Etats-Unis et Israël.

"Dans sa lettre qui accompagne le rapport envoyé à Mme Mogherini, M. Erdan avait écrit : +une étude approfondie menée par mon ministère a révélé qu'en 2016, l'UE a financé 14 ONG européennes et palestiniennes qui promeuvent clairement et ouvertement le mouvement Boycott, Désinvestissement et sanctions (BDS)", rappelle le Haaretz. "Il a aussi affirmé que plusieurs ONG pro-BDS qui reçoivent des financements directs et indirects de l'UE sont liées à des organisations classées terroristes par l'Union européenne", ajoute le quotidien. Le ministre israélien avait également affirmé que "ce genre de financement mine les relations israélo-européennes et les chances d'obtenir la paix" dans le conflit israélo-palestinien.

Dans sa lettre envoyée à M. Erdan le 5 juillet, Mme Mogherini répond, selon le Haaretz, que "les allégations selon lesquelles l'UE soutient l'incitation au terrorisme sont infondées et inacceptables. Le titre du rapport est en lui-même inopportun et trompeur : il mélange le terme +terrorisme+ avec la question de boycott et crée une confusion inacceptable aux yeux du public concernant ces deux phénomènes distincts". Le rapport israélien avait pour titre: "Les millions accordés par des institutions de l'UE à des ONG liées au terrorisme et au boycott contre Israël".

Federica Mogherini fait également savoir, dans son courrier, que "l'UE s'oppose fermement à toute insinuation selon laquelle l'Union européenne soutient la terreur ou le terrorisme" et que "des accusations vagues et sans fondements ne font que servir les campagnes de désinformation".


"Présenter des preuves"
La cheffe de la diplomatie européenne affirme également que le rapport israélien contient des erreurs, précise le Haaretz. "A titre d'exemple, sur les 13 organisations énumérées, six ne reçoivent pas de financement européen pour des activités en Palestine et aucune d'elles ne reçoit des fonds pour des activités liées au BDS", écrit M. Mogherini. "L'UE n'a pas changé sa position concernant le mouvement dit BDS", insiste la cheffe de la diplomatie européenne, qui rappelle que l'UE ne soutient pas les appels au boycott d'Israël. Dans sa lettre, Mme. Mogherini invite enfin M. Erdan à se rendre à Bruxelles afin de présenter des preuves de ses allégations, rapporte le Haaretz.

Les autorités israéliennes dénoncent depuis longtemps des mouvements pro-palestiniens tels que Boycott, Désinvestissement et sanctions (BDS), qui réclament notamment la fin de l'occupation israélienne dans les colonies de Cisjordanie.

La lettre de Mme Mogherini est le dernier épisode en date illustrant les relations tendues entre le pouvoir israélien et la chef de la diplomatie européenne. En juin dernier, la diplomatie européenne, qui devait prononcer un discours à Jérusalem dans le cadre du forum global du Comité juif américain, avait finalement annulé son déplacement, après que le Premier ministre Benjamain Netanyahu n'eut pas trouvé de temps à lui consacrer pour un entretien, selon le Jerusalem Post.


Pour mémoire

Le boycott d’Israël, une bataille qui gagne du terrain

Israël à l'UE: l'étiquetage des produits compliquerait encore la paix

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Les sionistes font ce qu'ils veulent et si quelqu'un ose dire quelque chose il est antissimite, ils sont forts , non.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES DIVAGATIONS ISRAELIENNES !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué