X

À La Une

Un cheikh des Emirats se réfugie au Qatar et critique Abou Dhabi

Crise

Rached ben Hamad Al-Charqi accuse les dirigeants de l'émirat pétrolier de chantage et de blanchiment d'argent.

OLJ/AFP
16/07/2018

Un membre de l'une des familles princières des Emirats arabes unis, disant craindre pour sa vie à cause d'un différend avec les dirigeants d'Abou Dhabi, s'est réfugié au Qatar où il a demandé l'asile, a rapporté le New York Times.

Cheikh Rached ben Hamad Al-Charqi, 31 ans, est le deuxième fils de l'émir de Foujairah, l'un des sept membres qui composent la fédération des Émirats arabes unis. Il est arrivé à Doha le 16 mai, indique le journal dans son édition de dimanche. Le souverain d'Abou Dhabi, émirat pétrolier le plus riche de la fédération, détient également le poste de chef de l'Etat fédéral.

Cheikh Rached a accusé les dirigeants d'Abou Dhabi de chantage et de blanchiment d'argent, mais n'a pas fourni de preuves à l'appui de ses affirmations. Il a également parlé des tensions au sein des dirigeants des différentes composantes de la fédération au sujet de l'engagement des troupes des Émirats au Yémen. Cheikh Rached a affirmé que la fédération a perdu plus de soldats au Yémen que la centaine déclarée publiquement et qu'"il y a eu plus de morts originaires de Foujairah que partout ailleurs".

Un responsable émirati contacté par l'AFP a refusé de commenter cette information mais le ministre d'Etat aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, y a fait une référence voilée sur Twitter en évoquant une "conspiration contre telle ou telle famille régnante par ceux qui manquent de courage et recourent plutôt aux fuites et aux interviews".

Avec l'Arabie saoudite, l'Égypte et Bahreïn, les Émirats arabes unis ont rompu tout lien avec le Qatar en juin 2017, accusant Doha de soutenir des groupes islamistes "terroristes" et d'être trop proche de Téhéran, grand rival régional de Riyad. Le Qatar, premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, nie ces accusations.

Selon le New York Times, le fait qu'un membre d'une des sept familles princières critique publiquement d'autres dirigeants est une première dans l'histoire de la fédération née il y a 47 ans.


Lire aussi
Passe d’armes entre le Qatar et les Émirats arabes unis à la CIJ

Doha et Abou Dhabi face à face devant la Cour internationale

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban et les spéculations sur l’avenir des relations syro-iraniennes

Un peu plus de Médéa AZOURI

« Nous sommes heureux et honorés de vous recevoir »

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué