X

À La Une

Les soldats israéliens cibles d'une cyberattaque du Hamas

Proche-Orient

Le groupe palestinien est parvenu à collecter des informations sur des bases militaires israéliennes et les véhicules blindés qui s'y trouvent, selon le Haaretz. 

OLJ/AFP
03/07/2018

Des hackers du mouvement islamiste palestinien Hamas ont tenté d'appâter des soldats israéliens avec plusieurs applications mobiles, une sur la Coupe du monde de football, l'autre pour des rencontres amoureuses, afin de leur faire télécharger des logiciels espions, ont affirmé mardi des officiers du service de renseignement militaire israélien.

"Aucun dégât n'a pu être commis car nous avons stoppé à temps" cette tentative d'infiltration, a déclaré à des journalistes un des officiers. Le quotidien israélien Haaretz souligne toutefois que "même si le problème a été révélé assez rapidement, c'est à dire quelques semaines seulement après que les combattants ont eu accès aux téléphones des soldats, le Hamas est quand même parvenu à collecter des informations sur des bases militaires israéliennes et les véhicules blindés qui s'y trouvent".

En janvier 2017, une source militaire avait affirmé que des dizaines de smartphones de soldats israéliens avaient été piratés par des membres du Hamas qui avaient réussi cette opération grâce à de faux profils de jeunes femmes sur les réseaux sociaux. Après avoir gagné la confiance des soldats, ces militants islamistes avaient réussi à leur faire télécharger des applications qui étaient en réalité des virus pouvant contrôler leurs smartphones, selon cette même source.


(Lire aussi : Twitter bloque et ferme des comptes du Hezbollah en Israël)


Cette fois, des hommes et femmes devaient être attirés avec la Coupe du monde de football via une application offrant résumés et mises à jour en direct et avec une application de rencontres amoureuses.
Les hackers ont utilisé de fausses identités pour créer de faux profils Facebook rédigés en hébreu et utilisant l'argot des soldats, selon un officier du renseignement. "Cette tentative d'attaque démontre que le Hamas a une excellente connaissance des habitudes de nos jeunes et de leur état d'esprit", a affirmé un autre officier. Les hackers ont rendu leurs applications crédibles en les téléchargeant par Google Store puis ils ont utilisé Facebook et Whatsapp pour inciter les soldats israéliens à télécharger ces applications sur leurs smartphones. Une fois téléchargées, ces applications peuvent prendre des photos, enregistrer des conversations, copier des fichiers et les envoyer, selon les mêmes sources.

Dans la majorité des cas, les soldats n'ont pas téléchargé ces applications et ont informé leurs supérieurs de leurs soupçons, a ajouté un officier. "Grâce à la vigilance des soldats, cette attaque a pu être déjouée avant qu'elle ne cause de réels dégâts", a indiqué l'armée dans un communiqué.

En mars 2016, un hacker palestinien de la bande de Gaza et membre du mouvement Jihad islamique avait été inculpé par un tribunal israélien pour le piratage des systèmes informatiques utilisés par les drones militaires israéliens.

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres entre 2008 et 2014 et observent depuis un cessez-le-feu précaire.


Pour mémoire
Facebook ferme la page du "média de guerre" du Hezbollah

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A COMPRENDRE IRANIENNE !

Antoine Sabbagha

La guerre virtuelle bat son plein donc , heureusement pas de victimes .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué