X

Liban

Formation du gouvernement Hariri : après l’optimisme, un nouveau report sine die ?

Gouvernement
Yara ABI AKL | OLJ
25/06/2018

« Nous nous attendions à un gouvernement vendredi soir. Mais quelque chose manque encore, semble-t-il. La solution est entre les mains des présidents Michel Aoun et Saad Hariri. » C’est en ces termes que le président de la Chambre Nabih Berry a décrit le processus de formation du cabinet, un mois après les consultations contraignantes tenues à Baabda et qui ont abouti à charger M. Hariri de cette mission.

Ces propos de M. Berry à la LBCI revêtent de l’importance dans la mesure où ils sont intervenus au lendemain d’une visite qu’a effectuée le Premier ministre désigné à Baabda. L’occasion pour lui de présenter une nouvelle mouture de son futur cabinet. De sources bien informées, on apprend que cette formule inclurait – entre autres – trois ministres au président de la République, et quatre aux Forces libanaises (FL). Elle serait cependant dépourvue d’une quote-part aux sunnites ne gravitant pas dans l’orbite haririenne, mais aussi d’un siège accordé à Talal Arslane, chef du Parti démocrate libanais.
Si cela a fait dire à certains optimistes que le nouveau gouvernement allait voir le jour dans un bref délai, d’autres se veulent plus pragmatiques. Et pour cause : les nœuds qui empêchent la formation du troisième gouvernement dirigé par Saad Hariri semblent encore loin d’être défaits. À la faveur de cette logique, on estime que des contacts devraient être menés avant la mise sur pied de l’équipe ministérielle, à l’heure où M. Aoun tente de faciliter ce processus.


(Lire aussi : Gouvernement : Hariri passe « à la vitesse supérieure »)


« L’appétit gargantuesque »
Il s’agit surtout du différend opposant le chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt à son principal rival sur la scène druze, Talal Arslane. Et pour cause : le leader de Moukhtara tient à s’adjuger les trois sièges consacrés à sa communauté dans un gouvernement de trente. En face, M. Arslane, appuyé par le Courant patriotique libre (CPL) et son chef Gebran Bassil, insiste à prendre part au prochain cabinet, dans la mesure où il a mené la bataille électorale contre M. Joumblatt dans la circonscription de Chouf-Aley. Il en est même sorti vainqueur.

Certains milieux politiques indiquent dans ce cadre à L’Orient-Le Jour qu’il serait possible d’accorder deux portefeuilles au bloc joumblattiste (neuf députés). Le troisième relèverait de la quote-part accordée au chef de l’État. Une proposition que les joumblattistes refusent catégoriquement. Forts des résultats de la consultation populaire de mai dernier, ils campent sur leur position et dénoncent « la convoitise » de certains protagonistes. Interrogé par L’OLJ, Marwan Hamadé, ministre sortant de l’Éducation et député du Chouf, ne manque pas de stigmatiser ce qu’il appelle « l’appétit gargantuesque » de « certains qui cherchent à priver des communautés de leurs droits les plus élémentaires ». « Nous ne constituons aucunement un obstacle. Le problème réside chez ceux qui cherchent à s’accaparer le nouveau gouvernement et priver certains de leurs droits », affirme-t-il, avant d’ajouter sur un ton ferme : « Il appartient au président de la République et à son gendre (Gebran Bassil) de débloquer la situation actuelle. »


(Lire aussi : Vers un cabinet avant juillet ?)


« Tentative d’isoler » les sunnites
Tout comme Walid Joumblatt, les députés sunnites ne gravitant pas dans l’orbite haririenne semblent de plus en plus attachés à ce qu’ils appellent leur « droit à une représentation gouvernementale », même s’ils ne sont pas unis dans le cadre d’un même bloc parlementaire. À ce sujet, Fayçal Karamé, député de Tripoli, a estimé hier, dans une déclaration, que « les projets de cabinet n’incluant pas une personnalité sunnite qui n’appartient pas au courant du Futur anéantissent les résultats des élections législatives ». « Toutes les propositions du Premier ministre désigné s’articulent autour de son désir de continuer à monopoliser la représentation des sunnites avec quelques cadeaux qu’il s’échangerait avec le chef de l’État. Cela signifie qu’il écarte toute une réalité populaire sunnite qui a mené dix députés (sunnites) au Parlement », a-t-il affirmé.

Quant à l’ancien Premier ministre Nagib Mikati, réélu député de Tripoli, il semble soucieux de se démarquer des « parlementaires sunnites du 8 Mars ». Il n’a, d’ailleurs, pas participé à la réunion tenue par six des dix députés au domicile de Abdel Rahim Mrad (Békaa-Ouest), mardi dernier. Mais il tient quand même à faire partie du prochain gouvernement, dans la mesure où il dirige un bloc pluricommunautaire de quatre députés. Un proche de M. Mikati, contacté par L’OLJ, insiste toutefois sur l’importance de représenter le bloc par une personnalité sunnite. « Le bloc du Centre indépendant représente la moitié de l’opinion publique tripolitaine. Il a donc pleinement le droit de prendre part au cabinet », note-t-il, avant de déclarer : « Si le Premier ministre désigné ne nous accorde pas ce droit, il serait clairement en train de tenter de nous isoler et de nous écarter. » Le proche de M. Mikati a même été plus loin, jusqu’à menacer de ne pas accorder la confiance au cabinet, si le bloc n’en fait pas partie intégrante.

En face, le courant du Futur ne perçoit pas un nœud sunnite. Il préfère renvoyer la balle dans les camps druze et chrétien, dans une allusion à peine voilée à la querelle CPL-FL qui ne fait que s’amplifier. C’est ainsi qu’Ahmad Fatfat, ancien député de Denniyé, affirme qu’il n’est pas question, au moins actuellement, que Saad Hariri intègre un sunnite du 8 Mars dans son cabinet. « Cela affecterait la communauté sunnite, dans la mesure où c’est le Hezbollah qui désignerait ses ministres », dit-il à L’OLJ, stigmatisant le fait que le CPL se permette d’imposer aux druzes leurs ministres.


(Lire aussi : Gouvernement : après la pause du Fitr, les heures supplémentaires du week-end, le décryptage de Scarlett HADDAD)   


CPL-FL
Chez les partis chrétiens, les querelles entre les deux formations majoritaires, les FL et le CPL, vont crescendo jour après jour. Outre un échange à fleurets mouchetés entre le ministre sortant de la Justice Salim Jreissati (CPL), et Georges Okaïs, député FL de Zahlé, mais aussi Joseph Maalouf, ex-député FL de la région, une polémique a opposé le ministre sortant de l’Énergie, César Abi Khalil (CPL), à ses collègues de la Santé Ghassan Hasbani et des Affaires sociales, Pierre Bou Assi (FL).    
À cela, s’ajoute le désaccord entre les deux partis autour de leur représentation respective au sein du cabinet Hariri, d’autant que tous deux réclament la vice-présidence du Conseil, détenue aujourd’hui par les FL. Les aounistes soulignent que la coutume veut que ce poste soit attribué au chef de l’État, démentant toute volonté de se quereller avec leur partenaire chrétien, à l’heure où certains observateurs notent qu’il devrait appartenir au parti ayant la plus grande représentation parlementaire, en l’occurrence le CPL. Commentant cet état des lieux, Ziad Hawat, député de Jbeil proche des FL, se contente d’insister, via L’OLJ, sur la nécessité de représenter son parti conformément à son poids parlementaire, dénonçant par la même occasion « les deux poids, deux mesures » appliqués par le parti de Gebran Bassil sur ce plan.

Les Kataëb
En attendant la résolution de ce conflit, Élias Bou Saab, conseiller diplomatique de Michel Aoun et député du Metn, a rencontré le chef des Kataëb, Samy Gemayel (qui avait nommé Saad Hariri, pour « donner une chance à un nouveau style politique » ), à l’initiative du chef de l’État. Une réunion que certains placent dans le cadre des efforts menés par Baabda pour intégrer tous les protagonistes au cabinet. Sauf que Salim Sayegh, vice-président des Kataëb, met les points sur les i sur ce plan. Interrogé par L’OLJ, il fait valoir que « rien de sérieux » n’a été proposé à son parti. « La logique qui prévaut est toujours la même. C’est celle qui a mené le pays au bord de la faillite », déplore M. Sayegh avant de poursuivre : « Que personne ne croie que nous attendons notre tour pour intégrer le paradis du pouvoir, surtout lorsque celui-ci veut opter pour le raisonnement d’hier. Nous avons besoin d’œuvrer pour des réformes salutaires (qui devraient devraient être garanties), selon une nouvelle logique. Mais nous en sommes encore loin. »



Lire aussi
Hariri aspire à compenser le temps perdu dans la formation du cabinet

Formation du gouvernement : tendance à l’optimisme...

Gouvernement : En attendant Hariri, on joue les prolongations

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Pauvre pays . Chaque politicien veut devenir ministre pour un pays et le comble en faillite .

LA VERITE

nommez des technocrates non politiques et non affiliesa aucun parti
Que la Chambre fasse enfin son travail en approuvant ou desaprouvant leurs lois et le peuple saura qui est bon et qui est nul

mais comment voulez vous que nos politiciens votent pour ceci eux qui depuis des annees ne font pas grand chose au niveau de l'electricite des poubelles de l'ecologie et des lois votes pour les salaries qui sont restes letter morte et j'en passe

FAKHOURI

dédié à Hariri

" Commence par faire le nécessaire, puis fais ce qu'il est possible de faire, et tu réaliseras l'impossible sans t'en apercevoir. "

Saint François d'Assise

Tony BASSILA

30 ministres pour tenter de satisfaire les exigences politiciennes de tous les députés ou presque ! Même les grands pays d'Europe n'en ont pas autant. C'est honteux de la part de la classe politique alors que le pays a si grand besoin de réformes de toutes sortes y compris pour enrayer sinon au moins réduire le niveau de corruption qui sévit depuis des années voire des décennies.

Georges MELKI

Much ado about nothing...

Bibette

Et pourquoi pas un gouvernement de sauvetage composé de technocrates compétents et crédibles pour en finir avec les palabres pretentieuses et tergiversations insensées irréalistes qui nous mènent droit dans le gouffre!

yves kerlidou

Ce n'est plus une salade niçoise c'est de la ratatouille

Irene Said

Une salle pleine d'incapables...30...!
payés pour ne rien faire.
Dans quel autre pays trouve-t-on autant de ministres ?
Pour une population d'un peu plus de 4 millions d'habitants, vivant dans 10'452 km carrés de surface ?
Et on parle d'augmenter le nombre de ces ministres inutiles, pour satisfaire tel petit zaïm qui ne se prend pas pour la queue de la poire et exige ceci ou cela ?

Vive le LIBAN NOUVEAU et FORT fabriqué avec du vieux !
Irène Saïd

FAKHOURI

quelle mascarade et perte de temps

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MA STAWYET EL TABKHA ESSA ! TERGIVERSATIONS ET REPORTS DANS LE DNA LIBANAIS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants