X

Liban

Gouvernement : En attendant Hariri, on joue les prolongations

Liban

Les députés sunnites du 8 Mars demandent deux ministres. Le Futur y oppose un veto catégorique et renvoie la balle dans le camp de Michel Aoun.

Yara ABI AKL | OLJ
20/06/2018

Rien ne porte à croire que le prochain cabinet soit en mesure de voir le jour prochainement. Bien au contraire. Les protagonistes campent toujours sur leurs positions respectives au sujet de leur représentation au sein de la future équipe ministérielle. 

Sauf que les demandes politiques ne sont pas le seul obstacle entravant encore la mise sur pied du nouveau gouvernement. Il y a aussi ce que les proches du chef du législatif, Nabih Berry, perçoivent comme « une lenteur inexpliquée » de la part de « ceux qui sont chargés de former l’équipe ministérielle », pour reprendre les termes d’un proche du président de la Chambre contacté par L’Orient-Le Jour. Une allusion à peine voilée à M. Hariri, dont le retour est prévu dans les prochaines heures. « Les élections législatives se sont tenues il y a plus d’un mois. Et nous nous attendions à une formation rapide du cabinet. Mais la lenteur que nous observons actuellement est inexplicable », déplore ce proche de M. Berry, mettant en garde contre les retombées négatives des atermoiements sur ce plan au vu des récents développements régionaux. 

La même crainte se fait sentir chez Ali Hassan Khalil, ministre sortant des Finances et conseiller politique de Nabih Berry. S’exprimant lors d’une cérémonie tenue hier au siège du ministère, il a déclaré : « Il est très important que les forces politiques comprennent que le temps ne joue pas en notre faveur. Nous avons besoin de former un gouvernement dans les plus brefs délais. » Le cabinet devrait être capable de s’acquitter de ses responsabilités, pour ce qui est de la relance économique du pays », a-t-il ajouté. 

Le ministre sortant des Finances a également critiqué implicitement Saad Hariri. « Je suis désolé de dire qu’aucune action sérieuse n’a eu lieu dans le cadre de la formation du nouveau cabinet », a-t-il souligné. M. Khalil emboîtait ainsi le pas à M. Berry qui, lundi déjà, avait ouvertement déclaré devant ses visiteurs que « le gouvernement va à reculons », tout en confiant ne pas comprendre les raisons de cet état de choses. 

Dans certains milieux politiques, on estimait hier que par ses propos, le président de la Chambre, qui compte partir en vacances à la fin de la semaine, renvoyait la balle d’abord dans le camp du Premier ministre désigné. Mais dans les milieux proches de Saad Hariri, on se veut un peu plus optimiste. On tient surtout à se monter réaliste. « Jamais un gouvernement ne s’est formé en moins de deux mois », rappelle via L’OLJ Moustapha Allouche, membre du bureau politique du courant du Futur. « Nous n’avons donc pas dépassé les délais habituels », indique-t-il, soulignant que « le gouvernement peut se former en 24 heures si tous les nœuds sont défaits. Mais cela n’est pas le cas ». 


(Lire aussi : La lutte contre la corruption, en tête des priorités du nouveau gouvernement, le décryptage de Scarlett HADDAD)



Les sunnites du 8 Mars
Parmi ces nœuds, il y a, surtout, l’obstacle lié à la représentation des députés sunnites ne gravitant pas dans l’orbite du 8 Mars. Six de ces dix députés se sont réunis hier au domicile de Abdel Rahim Mrad, député de la Békaa-Ouest. Il s’agit, outre M. Mrad, de Fayçal Karamé (Tripoli), Kassem Hachem (Hasbaya), Jihad Samad (Denniyé), Walid Succarié (Békaa) et Adnane Traboulsi (Beyrouth). À l’issue de la réunion, les députés ont ouvertement demandé deux portefeuilles ministériels, appelant au « respect de la juste représentation et de la participation de tous à l’action gouvernementale des forces politiques à la représentation significative ». 

Expliquant cette position qui pourrait être interprétée comme une condition rédhibitoire qui compliquerait davantage la mission de Saad Hariri, Abel Rahim Mrad est catégorique : « Nous ne faisons que préserver notre droit à la représentation gouvernementale à l’instar de tous les protagonistes », affirme-t-il à L’OLJ, rappelant par la même occasion que les députés en question ont accordé leurs voix à Saad Hariri lors des consultations contraignantes tenues à Baabda le 24 mai dernier, en guise de bonne intention. « Nous tenons à ce que nous soyons représentés par deux des six ministres sunnites », dit-il, avant de nuancer ses propos : « Nous sommes prêts à nous contenter d’un seul ministre si un siège sunnite est accordé au chef de l’État. » 

À son tour, l’ancien Premier ministre Nagib Mikati, qui n’a pas participé à la réunion d’hier, ne cache pas son désir de prendre part au prochain gouvernement en vertu du principe selon lequel tout bloc parlementaire composé de quatre députés peut être représenté par un ministre. C’est d’ailleurs à partir de ce constat qu’un proche de M. Mikati explique à L’OLJ son absence de la rencontre d’hier : « M. Mikati est parvenu à mener sa bataille électorale à Tripoli en solo et s’en est sorti avec un bloc de quatre députés. Il n’est donc pas concerné par cette rencontre. D’autant qu’elle ne représente pas tous les sunnites. » Dans les mêmes milieux, on note que le bloc de l’ex-Premier ministre est pluricommunautaire, ce qui devrait faciliter la tâche à M. Hariri. Mais tout le monde est conscient du fait que, dans la bataille que le CPL et les FL se livrent pour se partager les places qui reviennent aux chrétiens au sein du gouvernement, il ne restera pas grand-chose pour les autres. « Mais nous accepterons ce qui nous sera donné quand Saad Hariri relancera les négociations », ajoute le proche de M. Mikati. 

En face, le camp du chef du gouvernement désigné est toujours attaché à sa position : il n’est pas question d’intégrer une personnalité sunnite hostile au Futur à la prochaine équipe ministérielle. Moustapha Allouche déclare, à ce sujet, sans détour : « Qu’ils se débrouillent. M. Hariri ne formera pas un gouvernement dont il ne serait pas convaincu. » À une question portant sur M. Mikati, M. Allouche répond d’un ton tout aussi ferme : « Son problème n’est pas avec nous. S’il est tellement déterminé à entrer au cabinet, qu’il aille puiser sa part chez le président de la République. » Une logique qu’a contestée hier Fayçal Karamé dans une déclaration. « Nous ne sommes pas des cadeaux que s’échangent le chef de l’État et le Premier ministre désigné. Nous sommes des députés au poids populaire qui ne devrait pas être occulté lors de la formation du cabinet », a-t-il souligné. 

CPL-FL
Outre la représentation des sunnites du 8 Mars, Saad Hariri devrait défaire le nœud articulé autour des quotes-parts respectives du Courant patriotique libre et des Forces libanaises. Selon plusieurs médias, M. Hariri aurait rencontré le chef du CPL, Gebran Bassil, à Paris à cet effet. Des informations ont également circulé hier dans les médias selon lesquelles Gebran Bassil devrait s’entretenir avec le ministre sortant de l’Information, Melhem Riachi (FL), pour régler définitivement cette question épineuse. Des informations non confirmées par les partis concernés dans la mesure où cela relève des compétences du Premier ministre désigné. 

Mais en attendant la relance des négociations gouvernementales, les deux partis chrétiens majoritaires restent attachés à leurs demandes gouvernementales. Et à l’heure où Meerab entend, selon un cadre FL, respecter « une trêve médiatique » avec le CPL, Ibrahim Kanaan, député CPL du Metn, a implicitement attaqué les FL, les accusant d’entraver la mise sur pied du cabinet. « Celui qui cherche une quote-part ministérielle supérieure à son poids parlementaire est responsable du blocage gouvernemental », a-t-il tonné à l’issue de la réunion hebdomadaire du bloc dit « Le Liban fort » dirigé par le CPL. 

Interrogé par L’OLJ, Mario Aoun, député aouniste du Chouf, insiste sur le fait que sa formation tient à obtenir six ministres, dont le vice-président du Conseil. « Nous voulons des portefeuilles régaliens et consistants », dit-il, avant de rappeler que le chef de l’État devrait également avoir des ministres. « En principe, il devrait en avoir cinq », dit-il sans préciser de quel principe il s’agit. Il note par ailleurs que les contacts pour régler la crise concernant la participation du chef du Parti démocrate libanais, Talal Arslane – qui a reçu hier une délégation du Hezbollah – devraient être menés par Saad Hariri.




Lire aussi

Gouvernement : les nœuds s’accumulent... en attendant Hariri

Focus nécessaire sur la sécurité et la stratégie de défense avant la formation du cabinet

Les polémiques, entre manœuvres internes et souhaits régionaux, le décryptage de Scarlett HADDAD

Tout le monde attend « la prochaine étape » de Hariri

Gouvernement : Hariri surprendra-t-il ou cédera-t-il aux pressions ?

Le fossé n’en finit pas de se creuser entre Baabda et Moukhtara


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES PROLONGATIONS SONT DESTINEES A TROUVER COMME TOUJOURS DES COMPROMIS PARFOIS POSITIFS MAIS SOUVENT NEGATIFS !

gaby sioufi

dans tte cette foire aussi ridicule qu'insensee,
relevons une constante tres tres drole :
TOUS s'entredechirent , s'accusent de choses & d'autres, s'auto declarent ceci ou cela , TOUTES les confessions, partis, liban fort, republique forte, marada, future, mikati, arslane, les pro syrie, les pro palestine les anti , les pseudo independants les armeniens,syriaques, catholiques, othodoxes, sunnites ,druzes, alaouites,
DONC TOUT CE TRES BEAU MONDE ...
MAIS PAS LES 2 GROUPES CHIITES, JAMAIS ON N'AURA OSE INTERVENIR DANS LEUR CHOIX A EUX.... MEME LES CHIITES HORS LE BINOME N'OSE PAS DONNER UN AVIS..... ALORS QU'EUX 2 ADMETTENT INTERVENIR ET POSER LEURS CONDITIONS RELATIFS A DES RELIGIONS ET CONFESSIONS HORS CHIITE....

MOIS JE TROUVE HILARANT L'ANCIEN/ NOUVEAU LIBAN ,
LA DEMOCRATIE CONSENSUELLE,
LA REPRISE DE L'INITIATIVE CHRETIENNE ,
ET TOUT LE BLA BLA

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ANCIENNE HISTOIRE QUE CES PROLONGATIONS POUR CUISINER LES COMPROMIS ! SOUVENT COMPROMETTANTS !

Honneur et Patrie

Raretés sur les poids et les mesures :
Ibrahim Kanaan a employé le mot "hajm" e"ahjam" six fois dans une déclaration de 17 lignes sur la participation du bloc du Liban fort zu gouvernement. (An-Nahar du 20/6/2018).
Alain Aoun : "Nous voulons des portefeuilles régaliens et consistants". Pas moins que six, régaliens comme les Affaires étrangères, consistants comme Energie, bateaux turcs et hydrocarbures offshore... Il avait dit hier, notre bloc compte 29 députés, réellement 19 + 10 apparentés versatiles revendique 6 ministres pas moins.
Ainsi font font, les petites marionnettes...

Irene Said

Mais...pouruoi diable se presser ?
Nos "ministres et autres responsables sortants" mais toujours "dedans" ont tout le temps de continuer leur tambouille pour préparer le LIBAN NOUVEAU:
se réunir (ça rassure !) palabrer du matin au soir, exiger, refuser catégoriquement, proposer, bref tout ce dont ils sont depuis toujours champions.
Quant aux Nos 1 et 2 et 3
ils ont tout compris, la meilleure solution c'est les vacances, après tant de mois de dur labeur !
Irène Saïd

ON DIT QUOI ?

Le Liban attend Saad et Saad attend ses ordres de bensaoudie .

ET bensaoud attend le clown déséquilibré mental américain qui lui attend les israéliens qui eux attendent une hypothétique victoire en Syrie sur le héros Bashar.

En définitive "on" attend tous que BASHAR EL ASSAD s'en aille, mais l'Iran et la Russie ne veulent pas qu'il parte.
Alors attendons les amis .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants