Worldcup

COUPE DU MONDE DE LA FIFA 2018 RUSSIE

X

Sport

Coupe du monde : Les tops et flops de « L’OLJ » de la 1ère journée de la phase de groupes

Football / Mondial – 1er tour
OLJ
21/06/2018 | 00h00

Pendant une Coupe du monde, regarder un match n’est que la moitié du plaisir. L’autre, tout aussi indispensable, est ce moment où, autour de la machine à café ou dans un pub, on commente les matches, on annonce ses pronostics, on débat des performances des joueurs, on s’écharpe pour défendre un tel ou un tel. Après des débats houleux et passionnés, L’Orient-Le Jour a établi sa liste de tops et flops de la première journée des matchs du 1er tour au niveau des joueurs et des équipes.

Le joueur top : Cristiano Ronaldo (Portugal)
Papy fait de la résistance. À 33 ans et 4 mois, Cristiano Ronaldo, que plus personne n’ose appeler le « faux Ronaldo », est le plus vieux joueur à avoir inscrit un triplé en Coupe du monde. Et quel triplé ! L’attaquant portugais a porté son équipe à bout de bras contre le redoutable collectif espagnol pour ce qui reste, jusqu’à l’heure, le plus grand match de ce début de Mondial. Un penalty, une frappe de loin, un sublime coup franc, CR7 a rappelé à ceux qui pouvaient encore en douter qu’il savait absolument tout faire avec un ballon rond. Plus affûté qu’un coureur de 100 m, plus déterminé qu’un Nord-Coréen voulant passer la frontière, plus « lider » que Fidel à sa grande époque, Ronaldo veut inscrire son nom aux côtés des Pelé, Maradona et Zidane.
Un rêve de gosse que ses adversaires auront bien du mal à contrarier. Parlez-en donc aux Marocains qui auront subi, hier, la foudre du plus grand mono-obsessionnel du football moderne dès la 4e minute. Un 4e but qui rappelle déjà ses folles statistiques en Ligue des champions (117 buts au total) ces dernières années. Même Just Fontaine, recordman du nombre de buts marqués en une seule Coupe du monde (13), commence à trembler.


Le pétard mouillé : Nikola Kalinic (Croatie)
Certes, les bévues inhabituelles de David De Gea face au Portugal ou le loupé de Wojciech Szczęsny face au Sénégal ont fait le tour des réseaux sociaux. Certes, nombreuses sont les stars à avoir peiné à confirmer les attentes lors de ce 1er tour. Certes, ils sont déjà 5 joueurs à avoir marqué contre leur camp depuis le début du Mondial. Mais tous ont encore une opportunité de faire oublier leurs bévues.
Une opportunité que n’aura pas l’attaquant croate Nikola Kalinic, qui aura réussi l’exploit de se faire virer de sa sélection après une victoire de son équipe (2-0 contre le Nigeria) et sans même avoir joué une minute. Refusant son statut de remplaçant, il a été prié de rentrer chez lui par son sélectionneur Zlatko Dalic, avec un flegme qui suscite l’admiration de tous ceux qui se souviennent d’un certain bus à Knysna en 2010…


(Lire aussi : Issam al-Chaouali : En termes d’ambiance, le Mondial en Russie est un des plus beaux)



L’équipe en forme : le Sénégal
Entre la Russie, qui a puisé (dans la ferveur du public ? ) une énergie insoupçonnée pour ne faire qu’une bouchée de la modeste sélection saoudienne ; le Japon, auteur d’une victoire surprise contre une Colombie très vite réduite à 10 ; et le Sénégal, seule nation africaine à avoir jusque-là gagné une rencontre, qui mérite son statut de révélation de cette 1re journée ?
Si notre choix s’est finalement porté sur les Lions de la Teranga, ce n’est pas seulement pour leur premier retour en phases finales depuis 2002, mais parce qu’ils ont dominé physiquement et techniquement une équipe polonaise pourtant mieux armée sur le papier. C’est aussi parce que son sélectionneur, Aliou Cissé, capitaine lors de la chevauchée fantastique jusqu’aux quarts de finale du Mondial nippo-coréen, semble avoir trouvé la recette du succès en alliant la folie et l’insouciance d’alors à une certaine discipline tactique qui semble souvent manquer aux sélections africaines. Le Japon et la Colombie sont prévenus : c’est la fierté de tout un continent qu’ils vont devoir affronter pour espérer se qualifier.


 
L’équipe qui a fait « pschiit » : l’Allemagne
L’Abiceleste, les Auriverde, voire les Bleus avaient certes des arguments, mais, comme souvent, « à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent » la palme de la déception collective de ce 1er tour. Pour son match d’ouverture, la Mannschaft a délaissé ses habits d’équipe d’élite, sûre d’elle et dominatrice, et joué en pantoufles face à une Tri qui, elle, avait bien affûté ses crocs comme ses crampons. Résultat : une défaite d’entrée (1-0), ce qui ne lui était pas arrivé depuis 36 ans.
Au-delà des statistiques, c’est l’attitude qui a étonné, tant la partition proposée par un 11 qui semblait se découvrir détonne avec les quelques certitudes qu’elle pensait jusque-là offrir. Son collectif estampillé « Deutsche Qualität » a ainsi laissé place à une addition d’individualités peinant à remonter le ballon ou à combiner efficacement, à l’image du nouvel ami d’Erdogan, Mezut Özil, qui a semblé vouloir mettre un point d’honneur à alimenter la polémique sur son manque d’implication. Face à la Suède et la Corée du Sud, la Mannschaft devra donc montrer une tout autre attitude pour échapper à la malédiction qui frappe tous les tenants du titre depuis 1998 (à l’exception du Brésil en 2006) : l’élimination dès la phase de poules.


Lire aussi

Kane sauve l’Angleterre

Comment la VAR tire sa légitimité malgré les polémiques...

Arbitrage : l’heure de VARité !

Mondial-2018/Arbitrage: VAR, acte 1, scène 1, avec la France en tête d'affiche

La VAR, désastre programmé ou grand bond en avant ?


À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

CR7 va définitivement marquer ce mondial qui sera SON MONDIAL 2018 .
Le Portugal devra battre l'Iran qui a été une surprise en battant le Maroc qui avait dominé la partie , contre l'Espagne l'Iran a été courageuse, et sans le but malheureux qu'ils ont encaissé et le but qui leur a été refusé on aurait pu avoir un autre visage de ce mondial .

ON attend la France cet après midi notre équipe de coeur , mais on s'attend aussi à des déceptions, c'est dans les habitudes de la maison France.

L'Argentine devra montrer plus que ce qu'on a vu contre l'Islande qui leur a donné du fil à retordre.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants