Nos Lecteurs ont la Parole

Pensées du jour

par Adib Y. TOHMÉ
OLJ
13/06/2018

Le ministre de l’Intérieur fait de l’ingénierie électorale puis manipule les résultats et fabrique la plus grande supercherie électorale. Le gouverneur de la Banque centrale fait de l’ingénierie financière pour accumuler des réserves virtuelles, mais détruit l’économie. Le ministre des Finances fait de l’ingénierie budgétaire et augmente la dette, puis augmente les impôts pour payer la dette augmentée. Le ministre de l’Environnement encourage les carrières et détruit les montagnes. Le ministre de la Culture détruit le patrimoine urbain et archéologique. Le ministre de l’Éducation détruit l’école. Le ministre du Travail fabrique des chômeurs nationaux. Le ministre de l’Économie n’existe pas, parce qu’il n’y a plus d’économie. Le ministre chargé de la corruption est au chômage parce qu’il n’y a pas de corruption. Le ministre des Affaires étrangères joue au Don Quichotte à l’intérieur et à l’extérieur, puis se calme. Le Premier ministre dénonce puis dément, accuse puis s’indigne, puis redément et s’apprête à composer un gouvernement en faisant du nouveau avec de l’ancien. Le président de la République demande au peuple de dénoncer les nouveaux naturalisés qui ne sont pas naturalisables et attend la fin des scandales pour voir son règne démarrer, en vrai. Le président de l’Assemblée nationale se réjouit qu’il n’y ait plus d’envie dans le pays, c’est une affaire d’héritage et la succession s’est déroulée en douceur. La « Lebanese connexion » veut se réformer pour récolter les milliards de la « CEDAR conference », puis s’accaparer les revenus des ressources naturelles, par la conversion des dettes après inventaire et liquidation du pays. Les peuples des tribus ont voté, chacun pour son dieu, les autres sont allés à la plage, ou ont monnayé leurs voix. Ce n’était pas qu’ils étaient tous dans le besoin, c’est une question de petitesses, de loyauté comme ils disent. Et tout ce beau monde recommence à se plaindre et à râler. On se dit la prochaine fois ce sera différent, mais il n’y aura pas de prochaine fois, tant qu’on continue à se mentir sur les vraies raisons de ce qui nous ronge.


À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Nadine Naccache

Unfortunately...

M.E

À quelque chose malheur est bon, mon bon monsieur. Avec ses prêts subventionnés d'accession à la propriété, le gouverneur de la banque centrale encourageait aussi les carrières et la destruction des montagnes. On peut préférer les réserves virtuelles.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Devoirs de l’homme

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aoun déterminé à renvoyer la balle gouvernementale dans le camp du Parlement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué