X

À La Une

Entre tension et sourires, la poignée de main Kim-Trump

Reportage

Figée, la poignée de main, moment tant redouté des hommes politiques rencontrant le président américain, a duré un peu plus de dix secondes.

OLJ/Sebastien BERGER/AFP
12/06/2018

Une terrasse de bâtiment colonial désert. Deux hommes s'approchent, pour une poignée de main historique, retransmise en direct dans le monde entier.

Les limousines des dirigeants américain et nord-coréen Donald Trump et Kim Jong Un ont emprunté le pont reliant Singapour à l'île de Sentosa, plus connue pour ses parcs d'attractions, des studios Universal aux baignades avec les dauphins.
Direction l'hôtel de luxe Capella, développé sur le site d'une ancienne base britannique, bouclé pour l'occasion.
Les deux hommes sont sortis sans un sourire de leurs véhicules, arrivant ensuite de façon totalement symétrique sur la terrasse choisie comme décor sobre de cette rencontre dont les chaînes d'information en continu parlent en boucle depuis des jours.

Figée, la poignée de main, moment tant redouté des hommes politiques rencontrant Donald Trump, a duré un peu plus de dix secondes.
Donald Trump a touché l'épaule de Kim Jong Un, plus petit que lui, mais sans autre signe ostensible de domination virile comme ceux que le président américain aime souvent à distiller. Les mines sont sérieuses.




La différence de taille importante entre les deux hommes avait suscité toutes les spéculations quant au fait que la partie nord-coréenne insisterait pour que la poignée de main se fasse assis.
En arrière-fond, une dizaine de drapeaux de la Corée du Nord et des Etats-Unis.
Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, c'est la première fois que les drapeaux des deux pays se retrouvent côte-à-côte depuis un concert de l'Orchestre philharmonique de New York à Pyongyang en 2008.


(Lire aussi : Après la poignée de main historique, Trump évoque de réels "progrès" avec Kim)


Moon devant la télévision

A Séoul, le président sud-coréen Moon Jae-in a regardé la scène à la télévision comme de nombreux téléspectateurs à travers le monde, avant d'entrer en conseil des ministres.
Fin avril, c'était lui qui participait à une poignée de main historique avec Kim Jong Un, lors d'un sommet dans la zone démilitarisée entre les deux Corées, toujours techniquement en guerre.
"Moi aussi, j'ai eu du mal à m'endormir hier soir", a dit le président sud-coréen à ses ministres, ajoutant espérer l'ouverture d'une "nouvelle ère entre les deux Corées et les Etats-Unis".

MM. Trump et Kim se sont ensuite vus en tête-à-tête pendant un peu plus de 45 minutes, avant une discussion bilatérale et un déjeuner mêlant mets occidentaux et asiatiques (cocktail de crevettes, porc croustillant sauce aigre-douce et tarte tropézienne), une des rares informations distillées à la presse.




(Repère : Les enjeux du sommet Kim-Trump)


Les sourires font enfin leur apparition sur le visage des deux hommes. La glace semble rompue.
"Nous allons avoir une relation formidable", a lancé M. Trump, assis au côté de l'homme fort de Pyongyang pour une courte séance ouverte à quelques caméras, se disant convaincu que la rencontre serait un "immense succès".
"Le chemin pour en arriver là n'a pas été facile", a de son côté déclaré le dirigeant nord-coréen. "Les vieux préjugés et les habitudes anciennes ont été autant d'obstacles, mais nous les avons tous surmontés pour nous retrouver ici aujourd'hui".
"C'était vraiment une rencontre fantastique" qui s'est déroulée "mieux que quiconque aurait pu imaginer", a lancé Donald Trump à la presse à l'issue du déjeuner, après une courte promenade dans le jardin de l'hôtel avec Kim. Il a évoqué la signature dans la foulée d'un document conjoint, sans plus de précision.

Malgré un accès au sommet des plus restreints, quelque 5.000 journalistes ont fait le déplacement à Singapour pour l'évènement, selon Washington. La plupart ont été cantonnés à suivre le sommet en direct à la télévision ou sur les comptes Twitter de Donald Trump ou de son secrétaire d'Etat, Mike Pompeo.






À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ON DIT QUOI ?

On oublie un acteur majeur, celui sans qui rien ne se fait et qu'il ne sera pas bon empiéter dans sa maison de porcelaine , LA CHINE.

Trump se fait avoir doublement , il devra satisfaire aux conditions Nord coréennes et aux exigences chinoises .
Faites entrer le clown doivent se dire les asiatiques .

C'est pas des arabes ou des Européens.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE MONDE, SOUFFLE COUPÉ, ATTEND LES NOUVELLES !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants