X

Moyen Orient et Monde

Assad-Kim : La rencontre des bannis aura-t-elle lieu ?

Syrie-Corée du Nord

L’agence de presse nord-coréenne a rapporté hier que Bachar el-Assad comptait effectuer une visite diplomatique à Pyongyang pour un sommet avec Kim.

04/06/2018

Cela ressemble à un énorme coup de bluff. Imaginer une rencontre entre Bachar el-Assad et Kim Jong-un – deux dirigeants parmi les plus honnis de la planète – a quelque chose de surréaliste dans le contexte actuel. Dix jours avant la rencontre historique entre le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump, l’agence de presse nord-coréenne KCNA a pourtant rapporté hier que le chef de l’État syrien compterait se rendre à Pyongyang pour y rencontrer son homologue nord-coréen, sans toutefois préciser la date de cette possible entrevue. « Je vais visiter la RPDC (République populaire démocratique de Corée, nom officiel de la Corée du Nord) et rencontrer Son Excellence Kim Jong-un », a déclaré Bachar el-Assad le 30 mai, selon la KCNA. Le président syrien aurait tenu ces propos en recevant l’ambassadeur de Corée du Nord à Damas, Mun Jong-nam. « Le monde salue les événements remarquables survenus récemment sur la péninsule coréenne grâce à l’envergure politique et au sage leadership de Kim Jong-un », a poursuivi Bachar el-Assad. « Je suis sûr qu’il (Kim Jong-un) parviendra à la victoire finale et réalisera la réunification de la Corée », a-t-il ajouté selon KCNA. 

Si l’information devait se confirmer, Bachar el-Assad serait le premier chef d’État dans le monde à effectuer une visite diplomatique en Corée du Nord sous le règne de Kim Jong-un. Cela ne serait pas totalement dénué de logique, compte tenu des bonnes relations qu’entretiennent Pyongyang et Damas depuis des décennies, tous les deux mis au ban de la communauté internationale. La Corée du Nord a été soupçonnée d’avoir aidé la Syrie à construire une installation nucléaire, détruite par Israël en 2007, et des soupçons de commerce d’armes chimiques entre les deux pays ont été évoqués par l’ONU et la Corée du Sud. Un rapport de l’organisation internationale réalisé en 2017 atteste que Pyongyang a contourné l’embargo sur les armes qui pèse sur la Syrie pour envoyer à Damas des composants d’armes chimiques et balistiques. « La Syrie est le deuxième cas de république, après la Corée du Nord, où il y a un système de succession de père en fils à la tête d’un pays ; un culte de la personnalité du président en place (…). Ce sont deux pays qui ont été fermés et sans connexion avec l’extérieur et qui entretiennent une grande coopération au niveau militaire », résume pour L’Orient-Le Jour Ziad Majed, politologue spécialiste de la Syrie. 


(Lire aussi : Assad réclame le départ des Américains)


Double intérêt
Les médias syriens n’ont pas confirmé l’information rapportée par l’agence de presse nord-coréenne. Celle-ci apparaît peu crédible dans les circonstances actuelles, mais est sujette à interrogation concernant son timing. Quel est en effet l’intérêt de Pyongyang à vouloir rappeler son amitié avec un régime blacklisté à un moment où il cherche au contraire à prouver sa bonne foi au reste de la communauté internationale ? 

Côté syrien, puisque selon l’agence nord-coréenne c’est Bachar el-Assad qui aurait annoncé vouloir faire le déplacement, il pourrait y avoir un double intérêt. Démontrer que le régime n’est pas si isolé qu’on le prétend, qu’il a encore des alliés, et qu’il a même un rôle à jouer dans le règlement d’une crise internationale que le monde entier observe avec attention. « Je doute qu’il (M. Assad) ait envie d’aller en Corée du Nord. C’est très loin de la Syrie, et quand on est un président comme lui, on évite au maximum de quitter son pays parce qu’on ne sait jamais ce qui peut se passer quand on n’est pas là », nuance à L’OLJ Fabrice Balanche, géographe français spécialiste de la Syrie. « Le seul pays où il est allé jusqu’à présent, c’est la Russie, et à chaque fois, c’était par transport russe et la nouvelle était rapportée lorsqu’il était rentré », affirme-t-il. « C’est la première fois qu’on annonce qu’une visite va avoir lieu. Avant, le régime se contentait d’annoncer une visite que lorsqu’elle avait eu lieu », confirme Ziad Majed. 

Les deux pays comptent peut-être exploiter leurs relations respectives pour négocier avec les États-Unis. « Il se peut qu’il y ait une volonté de la part d’Assad d’impliquer les Nord-Coréens dans un envoi de message au président américain », analyse Ziad Majed. « Si Washington souhaite que le dirigeant nord-coréen abandonne la bombe atomique, ce dernier peut répondre qu’il est sollicité par de nombreux pays pour ses technologies nucléaires et balistiques, donc cela ouvrira d’autres négociations possibles », poursuit Fabrice Balanche. « Cela pourrait être un message qu’Assad envoie aux États-Unis en rappelant les liens qui unissent la Syrie et la Corée du Nord et que la meilleure manière de se protéger contre une nouvelle agression occidentale est de se fournir en armes sophistiquées », conclut-il.


Lire aussi

Syrie : Israël 1, Iran 0

Accord USA-Turquie sur un retrait des Kurdes de Manbij

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Rossignol

"Le Bal des vampires"

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RENCONTRE DES BANNIS... ET DES HONNIS... S.V.P. !

FAKHOURI

Honte au monde occidental !
Ce criminel pavoise avec celui qui l'alimente en arme
Le petit Hitler s'imagine avoir gagné la guerre en Syrie. Aucun syrien, même ses partisans, ne sont prêt a oublier ses crimes et ses tortures
on est loin d'une paix sur tout le territoire et d'une union nationale
Il viendra bien un jour ou il paiera ses crimes

AIGLEPERçANT

Étant donné que le clown a ouvert la voie à des rencontres avec le jeune courageux Kim Jong UN, pour des raisons de déculottage américains , les alliés de l'axe de la résistance s'engouffre dans la brèche.

Poutine , le héros syrien BASHAR EL Assad et bientôt Rohani en profiteront au grand désespoir des ennemis de la paix .

Tabet Karim

2 états voyous....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA COREE DU NORD EST LE POURVOYEUR DE TECHNOLOGIE MILITAIRE NUCLEAIRE ET BALISTIQUE DE TOUT GENRE NON SEULEMENT A LA SYRIE MAIS SURTOUT A L,IRAN !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants