X

Moyen Orient et Monde

Les enjeux du sommet Kim-Trump

Repère

La question de la dénucléarisation est le cœur du problème.

OLJ
12/06/2018

C’est le cœur du problème, et les diplomates s’escriment à combler le gouffre qui sépare encore les deux parties à la veille de la rencontre.
Washington exige une « dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible (DCVI) » de la Corée du Nord. Selon les mots de M. Trump : « Ils doivent dénucléariser. S’ils ne dénucléarisent pas, cela ne sera pas acceptable. » Pyongyang n’a de cesse de parler de son engagement derrière l’objectif de « dénucléarisation de la péninsule coréenne ». La formule est cependant sujette à interprétation et on ignore quelles concessions la Corée du Nord serait prête à mettre sur la table.
D’après les estimations de Séoul, le Nord dispose de 50 kilogrammes de plutonium, soit selon la presse assez pour confectionner une dizaine de bombes, et possède une capacité « considérable » à produire des armes avec de l’uranium.
De précédents accords ont volé en éclats et les spécialistes ne parieraient pas sur la volonté du dirigeant nord-coréen à renoncer à « son épée chérie », sa force de dissuasion nucléaire. D’après les experts, il faudra plusieurs années pour démanteler un arsenal nucléaire construit en secret pendant des décennies, un processus extrêmement difficile à surveiller.
Siegfried Hecker, spécialiste américain de renom, a déclaré qu’une dénucléarisation totale et immédiate était « inimaginable » et « reviendrait au scénario d’une reddition de la Corée du Nord ».

Mettre fin à la guerre de Corée ?
Nord et Sud sont toujours techniquement en guerre, le conflit de 1950-53 s’étant achevé sur un armistice que le dirigeant sud-coréen de l’époque s’était refusé à signer. Il créait la zone démilitarisée (DMZ) qui consacrait la division de la péninsule. Lors du sommet intercoréen d’avril, M. Kim et le président sud-coréen Moon Jae-in étaient convenus de rechercher un traité de paix.
Séoul a annoncé la semaine dernière que des discussions tripartites avec Pyongyang et Washington avaient cours pour une déclaration liminaire sur le sujet. Celle-ci précéderait un traité en bonne et due forme, qui traiterait de problèmes complexes nécessitant des négociations laborieuses. Il faudrait impliquer la Chine, signataire de l’armistice et soutien du Nord pendant la guerre. « On pourrait tout à fait signer un accord et c’est ce qu’on regarde, a cependant déclaré M. Trump. Ça a l’air un peu étrange, mais c’est probablement le plus facile. »

Normalisation
Le président américain a agité la carotte d’une normalisation des relations diplomatiques entre anciens ennemis, voire une invitation à la Maison-Blanche pour le numéro un nord-coréen. « Peut-être qu’on pourrait commencer par la Maison-Blanche, qu’est-ce que vous pensez ? » a-t-il dit, comme on lui demandait si M. Kim serait invité à Washington ou dans sa propriété de Mar-a-Lago en Floride. L’autre facteur incitatif serait la levée des sanctions de l’ONU contre Pyongyang.
Mais là aussi, il y a un fossé, Washington faisant valoir qu’elles ne pourraient disparaître que si la dénucléarisation est complète. Pyongyang veut un allègement par « étapes », à mesure des progrès vers cet objectif.

Droits de l’homme
Les défenseurs des droits disent que les violations sont généralisées en Corée du Nord, où jusqu’à 120 000 détenus croupissent dans des camps, et certains se demandent si M. Trump va évoquer la question. Le Japon, allié proche de Washington, demande au président américain de parler de ses ressortissants enlevés dans les années 1970 et 1980 pour former les espions nord-coréens à la langue et aux coutumes japonaises. Pour Brad Adams, directeur pour l’Asie de Human Rights Watch, ce sujet est impératif. « Le renforcement du dialogue entre la Corée du Nord et les autres pays est positif, mais avant de trop s’emballer, il faut se souvenir que Kim Jong-un règne sur le système peut-être le plus répressif au monde. »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

et si d Trump reussissait ce coup ?
lui reservera t on un nobel de la paix malgre tout ce qu'on lui reproche - ce que les medias surtout lui reprochent ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants