X

Économie

Première victoire des industriels libanais face au dumping commercial

Liban

Le Conseil des ministres a interdit l’importation de biscuits et de détergents, principalement en provenance de Turquie.

08/06/2018

Le gouvernement a fait un premier pas, le 16 mai dernier, en faveur des industriels libanais en approuvant des mesures provisoires antidumping. Le président de l’Association des industriels du Liban (AIL), Fady Gemayel, et le ministre sortant de l’Économie, Raëd Khoury, ont tenu hier une conférence de presse conjointe afin d’exposer ces mesures et d’en expliquer les motivations.
M. Khoury avait soumis au Conseil des ministres, sur proposition de l’AIL, une série de mesures urgentes et provisoires à prendre pour pallier les difficultés rencontrées par les différentes filières industrielles face à la concurrence déloyale exercée par les produits importés, principalement de Turquie. Étant donné que le Liban n’est pas lié à la Turquie par des accords commerciaux, le ministère de l’Économie a suggéré au Conseil des ministres d’interdire l’importation de trois types de produits. Il s’agit des biscuits et des gaufrettes, dont les importations en provenance de Turquie ont représenté plus de 51 % du total des importations en 2016 ; des détergents, dont les importations ont augmenté de 55 % entre 2015 et 2016 ; et du bourghoul, dont les quantités ont augmenté de 95 % entre 2013 et 2016, tandis que le prix d’importation à l’unité (une tonne) a baissé de 593 dollars à 386 dollars. Si le Conseil des ministres a approuvé l’interdiction d’importer les deux premiers produits, il a en revanche refusé d’approuver celle relative au bourghoul. M. Khoury a indiqué avoir échoué à convaincre ses collègues au gouvernement sur ce point, mais n’a pas exposé les raisons de ce refus.


(Pour mémoire : Le gouvernement va-t-il renoncer aux mesures antidumping ?)


Le Conseil des ministres a également répondu favorablement à la demande du ministre de l’Économie et de l’AIL de renforcer le contrôle aux douanes sur certains types de produits. Leurs équivalents libanais souffrent d’une concurrence déloyale résultant de fraudes aux douanes, puisque les importateurs de ces produits les font faussement passer sous d’autres catégories exemptées de taxes douanières ou leur font emprunter des points de passage illégaux. Ainsi, les cargaisons comportant des plateaux à œufs en carton, certains types de papiers (cannelure semi-chimique, testliner), ainsi que tous les types de prêt-à-porter devront désormais obligatoirement passer par la voie rouge, c’est-à-dire faire l’objet d’un contrôle renforcé aux douanes. Le Conseil des ministres a aussi interdit l’importation des vieux habits officiellement pour des raisons sanitaires, mais en réalité, « plusieurs importateurs fraudent en douane en faisant passer des vêtements neufs pour des vieux habits afin d’échapper à certaines taxes », explique Fady Gemayel à L’Orient-Le Jour.

Le président de l’AIL s’est dit satisfait de la prise de conscience au sein du gouvernement de l’urgence de soutenir l’industrie locale face au dumping commercial. « Nous sommes pour une économie libérale, mais nous refusons de souffrir d’une iniquité face à des pays qui subventionnent leurs industries. Le ministère de l’Économie a analysé les flux d’importation et a constaté leur augmentation inouïe lors des dernières années. Il a donc décidé, avec l’accord du gouvernement, de prendre en compte les problèmes encourus par les industriels locaux », indique Fady Gemayel. « Plus de 377 sociétés industrielles ont décidé de fermer entre 2011 et 2016. Alors que le secteur est crucial pour la relance de l’économie. Selon l’Onudi, un emploi créé dans l’industrie permet la création de 2,2 emplois dans d’autres secteurs », souligne-t-il.
Il appelle le gouvernement à aller plus loin. « Il s’agit de mesures transitoires, en attendant que le Parlement autorise le gouvernement à légiférer en matière de droits de douane. L’AIL et le ministère de l’Industrie ont communiqué au ministère de l’Économie une liste de 25 produits industriels exerçant une concurrence déloyale sur leurs équivalents libanais », confie M. Gemayel à L’Orient-Le Jour. Le comité chargé du dumping au sein du ministère de l’Économie procède actuellement au cas par cas et étudie tous les détails sur le type de produit concerné, ses caractéristiques et les évidences de dumping, avant de se prononcer.


Pour mémoire

Fady Gemayel demande un soutien concret du gouvernement à l’industrie

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué