X

Liban

Bassil ou la normalisation des rapports libano-syriens

Réfugiés Saad Hariri « laisse faire » le chef de la diplomatie, tant que ce dialogue n’engage pas la présidence du Conseil, estime un cadre du courant du Futur à « L’OLJ ».
05/06/2018

« La coordination (officielle entre le Liban et la Syrie) est établie et promet de s’intensifier dans l’intérêt des deux pays pour faire face au dilemme des déplacés (syriens et de leur retour) et d’autres. » C’est en ces termes que l’ambassadeur de Syrie, Ali Abdel Karim Ali, a conclu sa visite hier au palais Bustros, faisant ainsi l’annonce inédite d’une normalisation des rapports officiels entre Damas et Beyrouth à l’échelle des ministères des Affaires étrangères. Ce qui a catalysé cette normalisation, souhaitée ouvertement par le chef de l’État et son équipe politique – mais refusée par le Premier ministre –, est une lettre adressée par le chef de la diplomatie Gebran Bassil à son homologue syrien, Walid Moallem, demandant des précisions sur la loi numéro dix promulguée par le régime syrien et entrée en vigueur en avril dernier.

Cette loi permet au gouvernement syrien de saisir certaines propriétés privées pour les besoins de projets immobiliers, en échange d’actions dans ces projets bénéficiant aux propriétaires avérés. Les personnes délogées courraient toutefois le risque de ne bénéficier d’aucune contrepartie si elles étaient dans l’incapacité de prouver leur droit de propriété dans les 30 jours suivant le lancement officiel du projet urbain. Dans sa lettre, M. Bassil avait exprimé « la crainte que les conditions fixées par la loi empêchent le retour d’un nombre non négligeable de déplacés ».

C’est une réponse « rassurante » qu’il a obtenue de M. Moallem sous forme de missive que lui a transmise hier l’ambassadeur de Syrie, dans la suite d’une conférence donnée samedi dernier par le chef de la diplomatie syrienne : il avait annoncé que le délai pour prouver la détention d’un bien, initialement de trente jours, avait été amendé et fixé à un an, et avait indiqué qu’il enverrait une lettre à M. Bassil pour dissiper ses craintes.

L’engagement d’une coopération bilatérale pose toutefois plus d’une question. Cette coopération a-t-elle pour objectif réel d’assurer le retour des déplacés, ou « la crise » des déplacés n’est-elle qu’un prétexte afin de rétablir un dialogue bilatéral ?


(Lire aussi : La « fuite » du Hezbollah vers l’intérieur)


Pas de plan de retour officiel
D’abord, la réalité des craintes exprimées par M. Bassil et la validité des réassurances de M. Moallem. L’équipe du chef de l’État, dont fait partie M. Bassil, n’a jamais critiqué les actes de violence du régime contre son peuple, et a été même jusqu’à endosser la rhétorique de Bachar el-Assad, qui est aussi celle du Hezbollah, concernant l’impératif de préserver le régime syrien pour faire face au fondamentalisme sunnite, auquel se résumerait l’opposition syrienne, selon la propagande du régime.

Sachant que le décret est soupçonné par certains experts de paver la voie à une récupération par le régime des terrains appartenant à des opposants majoritairement sunnites, les « craintes » de M. Bassil restent superficielles tant que le problème de fond n’est pas traité : comment garantir le retour des déplacés alors que le mécanisme prévu par le décret impose à ceux qui souhaitent transmettre leur titre de propriété de le faire en passant par les services de sécurité syriens compétents, que la plupart des déplacés avaient cherché à fuir ? De même, en quoi l’extension du délai est-elle susceptible de rassurer les déplacés sur leur retour et de lever les entraves à ce retour ? L’une et l’autre missive des ministres des AE libanais et syrien contournent le fond du problème, à savoir que les déplacés sont à majorité sunnite antirégime et visés par une vaste entreprise démographique d’épuration ethnique – c’est-à-dire de garantir les conditions d’un retour sûr.

Or, ce retour ne semble pas être l’enjeu de la normalisation des rapports à l’échelle des chefs de la diplomatie. D’abord, parce qu’il existe déjà une « coordination à caractère technique entre Damas et Beyrouth portant strictement sur le retour des déplacés : elle se fait par le biais du directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim », souligne à L’Orient-Le Jour l’expert en politiques publiques et réfugiés Ziad Sayegh. Le général Ibrahim l’a officialisé dans un entretien en mai dernier à la revue mensuelle de la SG. Son travail serait même soutenu par le Premier ministre Saad Hariri, comme l’indique Moustapha Allouche à L’Orient-Le Jour, selon une logique de « laisser-faire », tant que le dialogue avec le régime syrien n’est pas rétabli à l’échelle de la présidence du Conseil et du gouvernement dans son ensemble. Un « laisser-faire » justifié par le fait que « la diabolisation des déplacés par le régime est devenue telle qu’il n’est plus possible de défendre, auprès de l’opinion publique libanaise, un plan d’action à long terme qui passerait par les canaux onusiens », comme l’indique M. Sayegh. Or ni le dialogue officiel Bassil-Moallem ni la médiation du général Ibrahim ne sont en réalité des solutions à la crise des déplacés. Le premier n’a pas abouti à l’élaboration d’un plan de retour : l’ambassadeur syrien a éludé hier une question sur la teneur de ce plan.


(Pour mémoire : Aoun dédouane le Hezbollah, même sur la Syrie...)


Le canal Abbas Ibrahim
L’action du général Ibrahim, elle, cible des régions libanaises précises, liées directement aux intérêts du Hezbollah. L’une de ses médiations avaient porté il y a quelques mois sur un retour de trois mille déplacés de Ersal, en coordination avec le président du conseil municipal de cette ville du nord-est de la Békaa à majorité sunnite, mais désormais infiltrée par les Brigades de la résistance (branche pluriconfessionnelle du Hezbollah) de plus en plus influentes. Ce retour a échoué, à défaut de garanties sécuritaires suffisantes pour les déplacés. Il fait l’objet d’une nouvelle tentative en cours de M. Ibrahim, qui s’emploie en parallèle à assurer le retour en Syrie de plusieurs milliers de déplacés présents dans des régions du Liban-Sud (Marjeyoun, Arqoub, Hasbaya, Nabatiyé), selon l’agence d’information al-Markaziya.

Or ces tentatives ne permettront, au meilleur des cas, qu’un retour ponctuel et en nombre limité de déplacés, et dans le seul objectif de servir les intérêts géostratégiques du Hezbollah, en coordination avec Damas. « Tant que le décompte et l’identification des déplacés par région sur le territoire libanais ne sont pas faits par l’État, ce qui ne demande pas plus de trois mois, ni une demande officielle formulée à l’ONU pour identifier les zones sûres en Syrie, la plupart des déplacés resteront au Liban », précise Ziad Sayegh.

Après s’être chargé de diaboliser l’ONU (dont il aurait menacé d’expulser la représentante au Liban), Gebran Bassil a fait en sorte que le seul superviseur du retour des déplacés soit le Hezbollah, par le biais des services sécuritaires. Son dialogue avec son homologue syrien est une couverture politique à ces services qui, in fine, consacre l’hégémonie irano-syrienne au Liban.



Au lendemain de l'annonce du décès des militaires, la presse s'interroge sur les relations libano-syriennes

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Dans ces temps troubles que traverse le Liban à cause de son invasion par 2 millions d'étrangers suivis ces temps-ci secrètement par des centaines d'autres aisés et fortunés, je m'incline devant le souvenir de nos compatriotes assassinés par l'ennemi-frère. Tous sont morts au Champ d'Honneur de la Patrie reconnaissante. Les massacrés de 1915-16 ont un monument à la Place des Canons. Je serais heureux de collaborer à une souscription nationale afin d'édifier un monument au sommet du Mont Sannine pour perpétuer leurs souvenirs jusqu'à la fin des temps. Si nous, les Libanais authentiques, nous ne le ferons pas, personne ne le fera à notre place. Le temps des "bises sur les barbes" est terminé.

Bery tus

c'est dommage VRAIMENT DOMMAGE POUR LES MARTYRS TOMBES SOUS LES BOMBES DE LA SOEUR SYRIE

DOMMAGE POUR :

LES LIEUTNANTS AOUNISTE TOMBES EN 1990
PIERRE GEMAYEL
GEBRAN TUENI
WALID EIDO
SAMIR KASSIR
ANTOINE GHANEM
WISSAM EL HASSAN
WISSAM EID
MOHAMMED CHATTAH
GEORGES HAOUI
RAFIC HARIRI
FRANCOIS EL HAJJ
ET TOUS LES AUTRES CONNUS OU INCONNU


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NORMALISER UN PEU LES RELATIONS BILATERALES AVEC LA SYRIE ASSADIQUE MAIS AVEC BEAUCOUP DE PRECAUTION POUR NE PAS S,ATTIRER L,IRE INTERNATIONALE ET NE PAS SE LAISSER PRENDRE DANS LES ENGRENAGES DES CONFLITS OU DES TOURS DE MATCH LOCAUX ET INTERNATIONAUX QUI VONT SANS AUCUN DOUTE ENFLAMMER LA REGION !

Irene Said

De re-nouer des relations normales d'Etat à Etat entre le Liban et la Syrie serait acceptable en soi.
Mais nous, Libanais indépendants nous souvenons trop bien de ce qui s'est passé dans notre pays depuis 1975.
Nous connaissons aussi les intentions, jamais changées des dirigeants syriens, à commencer par Hafez el Assad, de contrôler le Liban par tous les moyens possibles.
Et ce n'est certainement pas son digne fils Bachar el Assad qui va changer de comportement !
Il a trouvé chez nous un ministre libanais des affaires étrangères inexpérimenté et docile, et surtout conditionné par ses alliés le Hezbollah et consorts et leurs projets irano-syriens de mainmise sur le Liban.
Quant au problème du retour des "réfugiés syriens" dans leur pays...on peut toujours rêver...en noir et blanc !
Irène Saïd

gaby sioufi

mouallem n'avait pas besoin de faire parvenir ses eclaircissements afin de tranquiliser GB ( mais non pas Les Libanais )
il en avait assez fait lors d'une entrevue tres franche ( comme a leur habitude a nos freres).
IL N'EN MANQUAIT POURTANT QU'UNE NOTE ESSENTIELLE :

le plan de rapatriement des citoyens syriens SI IMPORTANTS aux yeux du pouvoir !
meme pas une esquisse, meme pas une entree en matiere, a BLUE PRINT d'aucune sorte !
mais bon puisque GB et Co sont tranquilles , qui sommes nous pour les contester !

FAKHOURI

Hariri ne peut rien dire ou faire
Depuis que Bassil est nommé aux affaires Etrangères, il fait ce qu'il veut ou ce qu'on lui ordonne de faire
Cet homme dangereux et il n;'a jamais servi le Liban. Si le Liban veut la paix, il faut que notre pays vive loin de la Syrie.
Il ne faut pas se leurrer : le boucher de Damas n'a pas gagné. Il a actuellement une belle façade et il fait crire que toute la Syrie est soumise à sa folie

Marionet

La fermeture (provisoire?) du marché iranien au nez des entreprises européennes suite au retrait américain de l'accord nucléaire rend le futur marché syrien très convoité. Il appartient au Liban de soutenir ses entreprises, y compris diplomatiquement, pour prendre une part de ce marché. La CEDRE et autres accords internationaux ont aussi pour but d'aider à l'implantation d'entreprises internationales au Liban pour leur permettre d'être à pied d'œuvre en Syrie.

Marionet

Je pense qu'un dialogue libano-syrien est indispensable, maintenant qu'Assad a "gagné", pour établir un minimum de coordination en prélude au retour des réfugiés syriens chez eux et en prévision des gros chantiers de reconstruction de la Syrie. Notez que certains pays d'Europe ont flairé les marchés de reconstruction et ont déjà modifié leurs discours, officiellement au nom de la real Politik. La loi syrienne N 10 vise d'ailleurs notamment à allécher les États étrangers soumis au lobbying de leurs grandes entreprises avides de marchés internationaux. Ce serait bien dommage que le Liban soit exclu de ce deal alors qu'il subit toutes les retombées de cette guerre à ses frontières. La Syrie proche, trop proche pour être ignorée. Reste qu'il faudra du doigté aux dirigeants (et ce n'est pas la qualité première de M. Bassil) pour obtenir une aide du régime syrien au retour sécurisé des réfugiés. Et le Hezbollah pourrait lui être très utile dans la mesure où le parti chiite n'a pas été intérêt à laisser s'implanter sur "ses" terres des milliers de réfugiés en majorité sunnites.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ALLER UN PEU TROP VITE AVANT QUE LA SITUATION DU CONFLIT SYRIEN ET DES SANCTIONS CONTRE L,IRAN ET SA PRESENCE EN SYRIE AVEC SES ACCESSOIRES SE CLARIFIE EST UNE ERREUR IMPARDONNABLE ET LOUCHE BIEN SUR !

Yves Prevost

Toute normalisation des relations Liban-Syrie doit passer par la libération des libanais des geôles syriennes et leur rapatriement, qu'ils soient morts ou vifs.
Ceci est le minimum. Il serait juste également que la Syrie verse des indemnités pour toutes les destructions commises par les forces d'occupation, mais cela restera sans doute du domaine du rêve.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué