X

À La Une

Pour Damas, un retrait de l'Iran, de la Russie et du Hezbollah n'est "pas à l'ordre du jour"

Syrie

"La Russie a exigé le retrait des forces qui sont ici sans accord : les Etats-Unis, la France, la Turquie et d'autres forces qui se trouvent ici de manière illégitime", a déclaré Fayçal Mokdad en réaction aux propos de Poutine qui avait évoqué un prochain retrait des "forces étrangères".

OLJ/AFP
23/05/2018

Un départ de l'armée iranienne de Syrie n'est "pas à l'ordre du jour" pour le régime de Damas, a indiqué mercredi le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mokdad après que Vladimir Poutine a évoqué un prochain retrait des "forces étrangères". "Ce sujet n'est même à l'ordre du jour", a-t-il déclaré lors d'un entretien avec l'agence de presse russe RIA Novosti.

Lors d'une rencontre avec son allié syrien Bachar el-Assad, le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi dernier que le début du processus politique en Syrie allait contribuer au retrait des "forces armées étrangères" du pays.
Les autorités russes ont explicité ces propos de manière contradictoire.
L'émissaire du Kremlin pour la Syrie Alexandre Lavrentiev a indiqué que ces propos concernaient "les Américains, les Turcs, le Hezbollah bien sûr et les Iraniens". Mais le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a précisé que la remarque de Vladimir Poutine concernait les troupes étrangères qui se trouvent en Syrie "de facto de manière illégitime du point de vue du droit international", semblant exclure l'Iran allié de Damas.


(Pour mémoire : Lieberman à Assad : Mettez les Iraniens dehors)


"Le gouvernement syrien a appelé des forces alliées et amicales pour la lutte contre le terrorisme. Parmi ces forces figurent les forces russes et iraniennes, des conseillers iraniens et nos frères du Hezbollah", a affirmé le vice-ministre syrien à RIA. "Ils ne portent pas atteinte à la souveraineté et au territoire de la Syrie (...) je ne pense pas que nos amis russes voulaient parler des forces qui sont entrées en Syrie avec l'accord du gouvernement syrien", a-t-il ajouté.
"La Russie a exigé le retrait des forces qui sont ici sans accord : les Etats-Unis, la France, la Turquie et d'autres forces qui se trouvent ici de manière illégitime", a continué Fayçal Mokdad.

Depuis septembre 2015, l'armée russe intervient en Syrie aux côtés de l'armée syrienne, l'aidant notamment à reprendre la grande majorité des territoires conquis par l'organisation jihadiste Etat islamique et d'affaiblir significativement les groupes rebelles. Le régime syrien a également multiplié les victoires grâce à l'aide de l'Iran et du Hezbollah libanais. Il contrôle désormais plus de 50% du territoire.

Le conflit en Syrie a fait plus de 350.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés depuis 2011.


Lire aussi
"Damas est sûre. La Syrie va bien"

Scènes d'apocalypse dans le camp de Yarmouk

Nasrallah annonce une "nouvelle étape" dans la lutte contre Israël

Israël annonce avoir employé pour la première fois ses F-35 furtifs


Pour mémoire
L’Iran pourrait riposter à la décision de Trump en employant ses cartes au Moyen-Orient 

Derrière la ligne dure de Trump, la tentation d'un changement de régime en Iran ?

Face à la présence iranienne en Syrie, Israël accentue la menace sur Assad  

Rohani : L’Iran ne veut pas de « nouvelles tensions » dans la région

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Taillé dans le marbre cet axe de la résistance que rien au monde ne pourra faire trembler .
A PART des voeux pieux à faire avaler des couloeuvres au hamburger et au hot dog .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES PREMIERS A PARTIR SERONT LES IRANIENS ET LEURS ACCESSOIRES RAMASSES D,UN PEU PARTOUT ET C,EST LA PREMIERE EXIGENCE DANS LES CONDITIONS DES SANCTIONS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué