X

À La Une

Erdogan en campagne en Bosnie demande aux Turcs de la diaspora de s'engager

Elections

Le vote des Turcs émigrés dans les pays européens, généralement en provenance de la campagne, est favorable à l'AKP

OLJ/AFP
20/05/2018

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé dimanche la diaspora turque à s'engager dans la politique de leur pays, lors d'un meeting électoral à Sarajevo, après que d'autres Etats européens lui ont refusé de faire campagne dans leurs pays.

"J'ai une demande à vous faire, prenez un rôle actif dans les partis politiques dans les pays où vous vivez", a-t-il dit à la foule, pendant un discours de près d'une heure pour mobiliser les plus de 3 millions d'électeurs turcs de la diaspora, dont 1,4 million en Allemagne, avant le scrutin présidentiel et parlementaire du 24 juin. "Vous devriez prendre place dans ces parlements".

"Allah Akbar!" et "Sultan Erdogan!", a clamé la foulé lorsque le président turc est arrivé avec Bakir Izetbegovic, le membre bosniaque musulman de la présidence tripartite bosnienne. M. Izetbegovic, qui ce pays multicommunautaire avec un Serbe et un Croate, a appelé le public à voter pour M. Erdogan "un homme que Dieu vous a envoyé".

Plusieurs milliers de Turcs, venus de toute l'Europe, notamment d'Allemagne, d'Autriche, de France ou du Danemark, se pressaient dans la salle Zetra, patinoire des jeux Olympiques d'Hiver de 1984 sous d'immenses portraits de Recep Tayyip Erdogan et d'Atatürk, le premier président turc.

Muhamed Yanik, un étudiant de 20 ans, avait voyagé 28 heures en bus de Dortmund (Allemagne) pour assister à ce meeting. "S'il nous disait de mourir pour lui, nous mourrions pour lui", assurait-il.

Les mesures de sécurité étaient importantes pour le seul meeting électoral prévu par le président turc hors de son pays. En avril, les autorités néerlandaises ont prévenu qu'elles ne voyaient pas d'un bon oeil la tenue d'une telle réunion politique. Le gouvernement autrichien les a interdites.
Plusieurs pays de l'Union européenne, notamment l'Allemagne, avaient déjà empêché la tenue de meetings pro-Erdogan avant le référendum d'avril 2017 sur le renforcement de ses pouvoirs.


(Lire aussi : Le vote kurde : l’inconnue des élections turques de 2018)


A Sarajevo, il n'y avait aucun risque de s'exposer à un tel rejet, étant donné les liens que le président turc entretient avec Bakir Izetbegovic, qu'il a invité au mariage de sa fille en 2016.  Sa formation politique, le SDA, affiche sa proximité avec le parti de la Justice et du développement (AKP) islamo-conservateur de M. Erdogan. Selon les médias bosniens, l'AKP compte d'ailleurs ouvrir prochainement une antenne en Bosnie.

Pourtant, dans ce pays des Balkans ravagé dans les années 90 par une guerre entre Serbes orthodoxes et Bosniaques musulmans, cette visite ne faisait pas l'unanimité. Beaucoup y voient l'expression d'un "néo-ottomanisme". Les Balkans, et notamment la Bosnie, ont été sous tutelle ottomane pendant plus de quatre siècles, jusqu'en 1878.

Le metteur en scène de Sarajevo Dino Mustafic a ironisé sur son compte Twitter, sur ce "rassemblement émouvant et romantique des temps coloniaux", où "le pauvre sujet local applaudira avec ferveur son sultan". "Pourquoi fait-il ce meeting en Bosnie et pas en Turquie", s'offusquait Spomenka Beus, une retraitée de 74 ans. Le chef des Serbes de Bosnie Milorad Dodik a accusé M. Erdogan "d'ingérence" dans les affaires bosniennes.

La moitié des 3,5 millions de Bosniens sont des Bosniaques musulmans, un tiers sont serbes orthodoxes, les Croates catholiques comptant pour environ 15% de la population. La Turquie a joué un rôle important dans la reconstruction de la Bosnie après la guerre et y mène une politique d'investissement dynamique comme dans tous les Balkans.

Le vote des Turcs émigrés dans les pays européens, généralement en provenance de la campagne, est favorable à l'AKP qui cherche à les mobiliser pour qu'ils participent fortement aux élections. S'il remporte ces élections présidentielle et législatives anticipées le 24 juin, soit un an et demi plus tôt que prévu, il exercera un nouveau mandat aux pouvoirs considérablement renforcés.



Lire aussi

Erdogan place sa campagne électorale sous le signe d’une Turquie conquérante

L’opposition va nouer une alliance face à Erdogan pour les élections

L’économie turque en surchauffe, un déclencheur des élections anticipées



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

J'approfondie la réflexion pour éviter tout malentendu.

L'Europe (l'occident de manière generale), n'est pas contre le vote des "diasporas" .. Dans les pays de leur residence, rappelons que ces citoyens sont souvent binationaux. Ce qui pose un problème dans le cas de la Turquie, est le régime largement reconnu comme totalitaire, fascisant envers ses propres citoyens democrates, ses voisins et même envers l'Europe, malgré les milliards reçus par celle-ci durant les vingt dernières années.

Erdogan est un dictateur qui n'a pas sa place en Europe!

C'est un président qui ne manque pas une seule occasion pour demander aux turcs d'Europe de refuser l'intégration.

Les libanais, les arméniens et autres sont parfaitement intégrés en Europe et contribuent largement au progrès de la société au même titre que la communauté française à New York ou à Los Angeles, qui vote aux élections francaises, dans perdre son âme et reste française et américaine à la fois.

Je peux encore argumenter .... Est-ce nécessaire ?

Stes David

Ce n'est que logique que nous européens refusent Erdogan de faire campagne ici en Europe mais plusieurs exceptions existent; malheureusement beaucoup de politiciens d'origine turque font campagne pour Erdogan chez nous. Cela c'est d'aillieurs aussi le cas pour les israéliens, arméniens, libanais et autres (iraquiens, syriens etc.) je suis de l'opinion que nous européens doivent empêcher la diaspora libanaise de voter pour les élections au Liban, de la même façon que les gens turques en Europe pour les élections en Turquie.

Sarkis Serge Tateossian

Un terrible danger pour l'Europe et le monde, se profile de jour en jour.
l'Islamo-fascisme dont Erdogan prône trouve des échos favorables parmi ses "sujets" turcophones, partout dans le monde.

Il y a un vrai danger au delà des frontières turques, car les capacités du sultan à téléguider les adeptes de l'obscurantisme (par millions) sont réelles.

Le cheval de Troie n'est pas une illusion ...
Un espoir toutefois, les dirigeants occidentaux en ont pris conscience tardivement... Mais effectivement.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

C’est tous les jours dimanche

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants