X

Liban

De São Paolo à Beyrouth : des juifs d'origine libanaise à la découverte du pays de leurs ancêtres

Diaspora

Comme tous les Libanais de l’étranger, des juifs du Liban rentrent au bercail pour découvrir leur pays d’origine.

17/05/2018

« Que je sois en France, aux États-Unis ou au Brésil, les gens me demandent si je suis libanais. Oui, je suis né au Brésil de parents libanais », raconte Jaky Diwan qui vient de découvrir son pays d’origine, avec son épouse Lina Dayan, sa belle-sœur Karina et l’époux de cette dernière André Kamkhanji. 

Ils sont tous les quatre juifs du Liban nés à l’étranger et vivent à São Paolo. La famille de Jaky Diwan est originaire de Saïda, celle d’André Kamkhanji est de Beyrouth alors que les parents des deux sœurs Dayan sont originaires d’Alep. Ils ont fui pour Beyrouth en 1948 quand des exactions ont visé les juifs de cette ville syrienne lors de la création de l’État d’Israël. 

Ils ont découvert pour la première fois, le mois dernier, leur pays d’origine juste pour vérifier si ce que leurs parents leur ont raconté du Liban est vrai. Leur surprise a été agréable et ils promettent de revenir avec leurs enfants et leurs parents. 

 André Kamkhanji a 43 ans. Il est père de quatre enfants. Il est né et a été élevé à Milan, avant de partir pour le Brésil. « Mes parents se sont rencontrés à Beyrouth et se sont établis en Italie quand ils se sont mariés en 1972. J’étais venu au Liban une fois quand j’étais tout petit, juste avant la guerre en 1975. Nous étions venus rendre visite à mes grands-parents. Tous les deux sont morts peu après le début des événements et ils sont enterrés au cimetière de Sodeco. J’ai visité leurs tombes lors de mon séjour », raconte-t-il. 

« Avant que je vienne au Liban, ma mère qui a grandi à Wadi Abou Jamil et qui habite toujours l’Italie m’a dit d’aller au café Chamat à Bhamdoun, qui n’existe plus et où les hommes se retrouvaient pour jouer au tric-trac, de me rendre à Jounieh, au Casino du Liban et à Harissa. J’ai passé mon temps à lui envoyer des photos. Je suis sûr que la prochaine fois elle viendra avec moi », dit-il. 


(Lire aussi : Les Libanais « insubmersibles » de Côte d’Ivoire, un bel exemple d’intégration)


L’usage de la langue française

Jaky, 58 ans, parle très bien l’arabe. Né au Brésil, il souligne que « de nombreux amis libanais d’autres confessions m’ont encouragé à venir au Liban ».  « Depuis que j’étais jeune, ma mère me disait en arabe qu’il faut que je me marie avec une personne de chez nous. C’est-à-dire une juive du Moyen-Orient, du Liban de préférence, et les parents de ma femme ont vécu à Beyrouth avant de s’établir au Brésil. Si nous parlons encore français, c’est parce que nos parents au Liban étaient francophones et nous avons baigné dans la langue française depuis notre enfance », explique-t-il. 

Jaky, qui est père de trois enfants, travaille «comme tout Juif dans le textile », dit-il, avec un brin d’humour. Sa mère, Mireille Saadia, était la fille du vice-président du Conseil de la communauté juive au Liban. Son père originaire de Saïda et né à Alep était membre du Conseil de la communauté juive au Liban.  « Mes parents ont quitté Beyrouth pour le Brésil en 1956. Pour les juifs du Liban, le facteur de la coexistence auquel ils ont été habitués au Liban est resté très important. C’est l’une des valeurs qui nous ont été inculquées. Et nous avons toujours des amis libano-brésiliens chrétiens et musulmans », dit-il. 


(Lire aussi : L’Australie, terre d’accueil des Libanais depuis 1880)


Les juifs du Liban ont commencé au début du siècle dernier à arriver au Brésil, où ils ont bâti une synagogue qui porte leur nom. 

Lors de leur séjour au Liban, André et Jaky et leurs épouses ont bien sûr visité Wadi Abou Jamil et sa synagogue, Aley et Bhamdoun, les cimetières de Sodeco et de Saïda où leurs proches sont enterrés. Comme tous les Libanais de la deuxième ou troisième génération d’émigrés, ils se sont aussi rendus à Jeïta, Baalbeck, Byblos et d’autres sites touristiques. Ils ont veillé dans les boîtes de nuit jusqu’à l’aube et ils ont bien mangé. « Au Brésil, la communauté libanaise est très importante et nous trouvons des plats libanais partout mais bien sûr ici les aliments ont un autre goût », dit Jaky. 

Ils reviendront certes avec leurs enfants au Liban. Et comme tous les Libanais de l’étranger, ils sont rentrés dans leur pays d’accueil avec un excédent de bagage en zaatar, bzourat et surtout baklawa, de chez Bohsali, l’une des plus vieilles enseignes de douceurs arabes beyrouthines, et que leur famille au Brésil, qui se souvient encore de Beyrouth, leur a vivement conseillé. 


NDLR : Nous remercions Nagi Georges Zeidan, chercheur dans la question des juifs du Liban, pour le contact.



Pour mémoire

S’adapter ou rester dans sa bulle : le questionnement d’adolescents d’origine libanaise

Sous un cèdre à Montevideo, les liens de parenté défient le temps

De Copacabana à Dhour Choueir, un conte de fées libano-brésilien

Cindy Zawady à la recherche de « l’essence de l’identité libanaise »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Très émouvant

stambouli robert

Merci a l'Orientlejour de passer des articles pareils
trop de gens encore confondent juifs et Israeliens
et Merci M Zeidan

Les juifs Libanais n'ont jamais eu de probleme avec l'Etat Libanais et ont toujours jouie d'une securite sans egal y compris d'un passeport continuellement renouveler sans aucun probleme a ce jour

Ils ont tous la nostalgie du Liban, ceux qui l'ont quitte depuis 1967 a 1975 ou apres et meme leurs enfants qui n'ont jamais connu le Liban mais qui en ont tant entendu parle de la part de leurs parents qi'ils ont aussi tres envie de connaitre ce pays ou la joie de vivreen toute securite etait reelle

je tiens aussi a signaler que ces Libanais sont encore inscrit sur la liste des votants au Liban meme si ils ne participant plus a ces elections comme l'a montre les statistiques des recentes elections
une des raisons multiples etant le passage de Minet el Hosn, ou sont enregistre la plus part des juifs de Beyrouth ( ils votaient avec les Kataeb dans la liste du depute des minorites alors que cette circonscription est passee a Beyrouth II dans les dernieres elections





c...

Il semble que l on devrait faire la différence entre être juif et être israélien..

Sarkis Serge Tateossian

Un pays natal, est égal, à ses racines....
Difficile d'en échapper!

Bienvenus chers compatriotes.

Antoine Sabbagha

On salue le courage de ces libanais juifs qui osent visiter le Liban malgré les interdits . Bravo .

Bery tus

BRAVO A CES GENS QUI ONT OSER SE RENDRE AU LIBAN ... ET LE LIBAN ENTIER LEUR EST OUVERT ... TOUT ENTIER DE L'EXTREME SUD A L'EXTREME NORD

Stes David

C'est un bon exemple cette article qu'avec tourisme on se fait connaître mieux et apprecier mieux. Je n'ai jamais visité Bhamdoun mais si j'ai bien compris c'est une belle ville qui avait un train et gare de chemin-de-fers Libanais dans le passé. J'éspère visiter encore une fois Bhamdoun "en train". Le tourisme c'est positif mais le point négatif au Liban c'est qu'il y a trop de voitures (les bouchons , problèmes de traffique etc.) ca serait une bonne idée d'avoir le train de nouveau, si dans le passé Bhamdoun était lié à Beyrouth pourquoi pas maintenant, pour un tourisme qui apporte infrastructure qui est avantageux pour tous.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES EMOUVANT ! ILS SONT DES LIBANAIS !

RE-MARK-ABLE

Saida est la limite sud de leur visite . Hahahahahah.. ....

NAUFAL SORAYA

Ce fait plaisir!!!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué