X

À La Une

Après les propos polémiques de MBS, le roi Salmane d'Arabie réaffirme son soutien aux Palestiniens

diplomatie

Le roi dit avoir insisté, au cours d'un entretien téléphonique avec le président américain Donald Trump, sur la nécessité d'une relance du processus de paix après les événements à Gaza.

OLJ/Reuters
03/04/2018

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a réaffirmé mardi l'attachement de son pays à la création d'un Etat palestinien après la polémique suscitée par les propos de son fils, le prince héritier Mohammad ben Salmane, qui a déclaré à un magazine américain qu'Israël avait le droit de vivre en paix sur son territoire.

L'interview accordée par Mohammad ben Salmane à The Atlantic a été perçue comme un signe supplémentaire d'un rapprochement entre l'Arabie saoudite et Israël face à leur ennemi commun iranien.
"Je pense que les Palestiniens et les Israéliens ont droit à leur propre terre. Mais nous devons obtenir un accord de paix pour garantir la stabilité de chacun et entretenir des relations normales", a déclaré MBS.
Ces propos inhabituels de la part d'un dirigeant arabe ont fait grincer quelques dents au moment où Israël fait l'objet de vives critiques pour avoir abattu 18 manifestants vendredi dans la bande de Gaza.

Dans son communiqué relayé par l'agence de presse saoudienne SPA, le roi Salmane ne fait pas allusion à l'interview accordée par son fils mais réaffirme "la position constante du royaume à l'égard de la question palestinienne et des droits légitimes du peuple palestinien à avoir un Etat indépendant avec Jérusalem comme capitale".
Le roi dit aussi avoir insisté lundi soir, au cours d'un entretien téléphonique avec le président américain Donald Trump, sur la nécessité d'une relance du processus de paix après les événements à Gaza.


Front commun face à l'Iran
L'Arabie saoudite, qui abrite les principaux lieux saints de l'islam, ne reconnaît pas Israël. Sa ligne diplomatique est depuis de nombreuses années de demander le retrait d'Israël des territoires occupés depuis la Guerre des six-jours en 1967 que les Palestiniens revendiquent pour leur Etat.
"Nous avons des inquiétudes religieuses concernant la mosquée sacrée à Jérusalem et concernant le droit des Palestiniens. Nous n'avons d'objection contre aucun autre peuple", a dit MBS à The Atlantic.

Les propos du prince héritier saoudien ne contredisent pas l’initiative de paix arabe, lancée en 2002 lors du sommet arabe de Beyrouth par l’Arabie saoudite et jusqu’à présent refusée par Israël. Cette initiative, confirmée lors du sommet arabe de Riyad en 2007, propose une normalisation entre les arabes et Israël en échange du retrait total des territoires occupés et d’une solution viable pour les réfugiés palestiniens.

Les tensions croissantes entre Riyad et Téhéran ont alimenté les spéculations sur un possible rapprochement entre l'Arabie saoudite et Israël, qui considèrent tous deux les Iraniens comme une menace immédiate.
"Il y a beaucoup d'intérêts que nous partageons avec Israël et, s'il y a la paix, il y aura beaucoup d'intérêts entre Israël et les pays du Conseil de coopération du Golfe", a insisté le prince héritier.

Le mois dernier, l'Arabie saoudite avait ouvert pour la première fois son espace commercial aérien à des vols israéliens, une décision qui a demandé deux années de négociations. Et en novembre, un membre du gouvernement israélien a révélé qu'il y avait des contrats secrets avec l'Arabie saoudite. La reconnaissance de cette rumeur ancienne est un fait rare. Riyad, de son côté, continue à démentir.


Pour mémoire
New Delhi-Tel Aviv, premier vol à atterrir en Israël après le survol de l'Arabie

Tel Aviv a adressé une invitation au prince héritier saoudien, affirme un ministre israélien

Israël a "des liens secrets avec plusieurs pays arabes"

Israël poursuit son forcing pour se rapprocher de l’Arabie saoudite contre l’Iran

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

C'est juste pour couvrir son fils, mais ces sunnites ont abandonné la cause palestinien comme l'ont fait les chrétiens loccident avec leurs frères de Palestine.

Dieu merci les chiites n'ont pas eu ce genre de rapport avec ces lâches.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES ARABES ONT HIER EXPLOITE AU MAXIMUM L,AFFAIRE PALESTINIENNE... AUJOURD,HUI C,EST L,IRAN QUI EN PROFITE !

Sarkis Serge Tateossian

C'est exactement ce qu'il cherche à faire MBS ... Incontestablement.

Ceux qui mentent depuis des décennies et poussent les palestiniens contre le feu, la violence et les luttes inconsidérées, dénouées de toutes stratégie, ceux-là sont des charlatans, qui pratiquent la politique politicienne,
Qui ne sert que lueur propre intérêt et non des palestiniens.

Comment pouvez-vous négocier, ou engager un processus de paix et de partage d'une terre si vous ne commencez pas par reconnaitre l'adversaire ?

Sans oublier toutefois qu'Israël doit impérativement faire d'énormes efforts pour donner confiance au peuple palestinien, qui souffre le martyre depuis trop longtemps.

Israël peut et doit considérer les palestiniens comme ses frères et envisager le vivre ensemble, cote à côte (au minima) en bon voisinage.

Si non elle donnera raison à la partie la plus radicale.
A quand la PAIX ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué