X

À La Une

Meurtre d'une Philippine à Koweït : peine de mort pour un Libanais et son épouse syrienne

Main-d’œuvre migrante

Le couple libano-syrien a été arrêté en février à Damas à la suite d'une notice d'Interpol. Les autorités syriennes ont remis le mari, Nader Essam Assaf, aux autorités libanaises, tandis que sa femme est restée en détention à Damas.

OLJ/AFP
02/04/2018

Un tribunal koweïtien a condamné dimanche à mort par contumace un Libanais et son épouse syrienne pour le meurtre d'une Philippine qui a tendu les relations entre Koweït et Manille, selon une source judiciaire.

La sentence a été prononcée à l'ouverture du procès du meurtre de Joanna Demafelis, une employée de maison qui a disparu à 29 ans et dont le corps a été retrouvé dans un congélateur à Koweït plus tôt cette année. Le couple peut faire appel de ce jugement s'il revient à Koweït, a déclaré, sous couvert de l'anonymat, la source judiciaire à l'AFP.

L'assassinat a ravivé une crise entre le Koweït et les Philippines, amenant Manille à interdire à ses ressortissants d'accepter des emplois d’employées de maison dans ce pays du Golfe.

Le couple libano-syrien a été arrêté en février à Damas à la suite d'une notice d'Interpol.
Les autorités syriennes ont remis le mari, Nader Essam Assaf, aux autorités libanaises, tandis que sa femme est restée en détention à Damas.


(Lire aussi : Lensa, jeune Éthiopienne victime d’employeurs abusifs et d’un système inique)



Interrogé par l'AFP, l'ambassadeur des Philippines à Koweït Renato Pedro Ovila a évité de commenter la décision de justice mais indiqué que son pays attendait les résultats des démarches des autorités koweïtiennes pour obtenir l'extradition du couple libano-syrien.
Il a indiqué avoir négocié avec succès le retour de 4.000 Philippins qui étaient retenus pour diverses raisons à Koweït.

Les tractations continuent avec les autorités koweïtiennes pour le rapatriement de 6.000 autres Philippins qui ne disposent plus de permis de séjour dans l'émirat.
Ces tractations se déroulent avec la participation d'une délégation du ministère des Affaires étrangères des Philippines spécialisée dans les affaires des résidents philippins à l'étranger qui séjourne actuellement à Koweït.

Les groupes de défense des droits de l'Homme n'ont cessé de tirer la sonnette d'alarme en ce qui concerne la situation des migrants dans le Golfe, dont les Philippins, soumis à un système connu sous le nom de "kafala". La kafala, ou parrainage, lie les migrants à leurs employeurs et leur interdit de quitter le pays ou de changer d'emploi sans consentement de ces derniers.

Plus de deux millions de Philippins sont employés à travers le Golfe et leurs virements constituent une manne significative pour l'économie philippine. Au Koweït, leur nombre est estimé à 252.000.
Le président philippin Rodrigo Duterte a toutefois fermement interdit aux Philippins d'aller travailler au Koweït après la découverte du corps, portant des traces de torture, de Joanne Demafelis.


Lire aussi
Les travailleurs philippins au Koweït face à un dilemme

Les abus ou le chômage, un choix impossible pour les domestiques philippines

L’Onu appelle le Koweït à abolir la « kafala »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bustros Mitri

Triste. Très triste. Pauvres filles. Abandonnant enfants, maris, famille, en quete d' un gagne-pain à l' étranger, partout ou ells pensent le trouver, dans des pays ou leurs droits ne sont pas respectés, leur dignité bafouée. C'est le drame de beaucoup d' employées de maison, traitées comme des esclaves. Quand elles ne paient pas de leur vie.
Justice sera-t-elle faite, ou bien, ne valent-elle pas si cher ?

AIGLEPERçANT

Sale affaire pour ce couple qui doit impérativement répondre de son acte odieux .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUT BIEN QUE LE LIBAN ET LA SYRIE EXTRADIENT LE COUPLE CRIMINEL VERS LE KUWEIT LIEU DE LEUR CRIME ABJECT !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une semaine décisive pour le gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants