Liban

Aoun : La conférence de Rome précédera les discussions sur la stratégie de défense

Michel Aoun recevant la coordinatrice spéciale de l’ONU pour le Liban, Pernille Kardel, au palais de Baabda. Photo Dalati et Nohra

À trois jours de la tenue de la conférence de Rome destinée à apporter un soutien à l’armée libanaise et aux Forces de sécurité intérieure, le chef de l’État, Michel Aoun, a reçu hier la coordinatrice spéciale de l’ONU pour le Liban, Pernille Dahler Kardel, et l’ambassadeur d’Italie Massimo Marotti, dont le pays accueillera les membres du groupe international de soutien au Liban ainsi que plusieurs autres participants.
Devant ses hôtes, le président libanais a déclaré que la conférence de soutien au Liban à Rome allait renforcer les capacités des forces de sécurité libanaises, indiquant par ailleurs que le dossier de la stratégie nationale de défense sera réexaminé après les élections législatives prévues le 6 mai.
« Les décisions qui seront prises lors de la conférence de Rome vont renforcer les institutions sécuritaires », a déclaré M. Aoun au palais de Baabda. « Il n’y a pas de divergences entre les Libanais sur l’importance du rôle de l’armée et des institutions sécuritaires dans la préservation de la sécurité et de la stabilité du pays », a-t-il ajouté.
M. Aoun a insisté sur le fait que les décisions et recommandations qui seront prises dans le cadre de cette conférence serviront notamment « à renforcer les capacités de l’armée libanaise qui réclame des armes efficaces l’habilitant à s’acquitter de son rôle dans le cadre d’une stratégie de défense nationale qui fera l’objet d’une discussion entre les différents leaders politiques après les législatives ».
La question de la stratégie de défense du pays, et, plus particulièrement celle des armes du Hezbollah, est sur la table depuis plusieurs années et fait l’objet de profondes divergences entre les formations politiques.
Le président a estimé par ailleurs que la participation des « pays frères et amis démontre, une fois de plus, leur confiance dans le Liban ». « L’unanimité politique dont bénéficie l’armée en dépit des divergences entre les différentes formations politiques qui transparaissent de temps à autre a également contribué à renforcer la confiance de la communauté internationale », a ajouté M. Aoun.
Mme Kardel a pour sa part indiqué avoir eu « une réunion utile et constructive » avec le chef de l’État à la veille de la conférence de Rome, qu’elle a qualifiée de « très importante ». Elle a rappelé au passage qu’elle constitue la première d’une trilogie qui comprend la conférence Cèdre, qui se tiendra à Paris le 6 avril prochain et qui sera axée sur des projets économiques, et celle de Bruxelles prévue le 25 avril, portant sur l’aide aux réfugiés syriens.
« Il s’agit d’une opportunité pour le gouvernement libanais d’exprimer son souhait d’habiliter les institutions sécuritaires à étendre leur autorité sur l’ensemble du territoire, un vœu qui sera probablement très bien accueilli par la communauté internationale », a-t-elle dit.
Mme Kardel a affirmé avoir informé le président Aoun que la délégation de l’ONU à la conférence sera dirigée par le secrétaire général Antonio Guterres, et a mis l’accent sur les « préparatifs minutieux du gouvernement libanais » pour cette réunion, saluant pour l’occasion les efforts entrepris en vue de la finalisation du budget de 2018.
Pour sa part, l’ambassadeur d’Italie a informé le chef de l’État des préparatifs en amont du rendez-vous de Rome. Il a évoqué avec lui la participation des pays, notamment les membres du groupe international de soutien au Liban et un certain nombre de pays du Golfe.


À trois jours de la tenue de la conférence de Rome destinée à apporter un soutien à l’armée libanaise et aux Forces de sécurité intérieure, le chef de l’État, Michel Aoun, a reçu hier la coordinatrice spéciale de l’ONU pour le Liban, Pernille Dahler Kardel, et l’ambassadeur d’Italie Massimo Marotti, dont le pays accueillera les membres du groupe international de soutien...

commentaires (0)

Commentaires (0)