Liban

Bla-bla-bla...

Citoyen(ne) grognon
09/03/2018

Beaucoup de bla-bla ! Des conférences à la pelle ponctuées de beaux discours. Des messages de félicitations. Des milliers de fleurs aussi. Mais pas la moindre action au Liban, en cette Journée internationale des droits des femmes, jeudi 8 mars. Pas la moindre revendication féministe ni de mobilisation. Tout juste un timide appel à manifester, dimanche 11 mars, « parce que c’est jour de congé », lancé par quelques associations féministes, sous le signe… « de la colère ».
Dans le monde entier, les femmes ont pourtant envahi les espaces publics, en cette journée ordinaire de travail, pour réclamer davantage de droits à différents niveaux ou même l’égalité des genres en matière de droits et de devoirs dans les démocraties les plus évoluées. Elles ont tout abandonné pour revendiquer, pour se faire entendre haut et fort, soucieuses d’améliorer leurs conditions.

La femme indienne a réclamé le droit au célibat et une mobilisation plus efficace contre les violences sexuelles. La femme espagnole, en grève générale, s’est non seulement abstenue de travailler, mais elle a interrompu ses tâches domestiques, jusqu’à ses obligations maternelles et familiales. Fidèle à ses engagements, la femme française a exigé davantage de structures pour ses consœurs victimes de violences conjugales. Et vient d’obtenir un engagement de son gouvernement de se saisir de l’égalité salariale entre les sexes. À Séoul, des milliers d’hommes et de femmes ont squatté les places publiques, réclamant une meilleure représentation de la femme dans les postes de décision et une mobilisation contre le harcèlement sexuel. Même en Iran, où les progrès sont lents, un musée a été inauguré, dédié à une artiste iranienne mondialement reconnue.

La femme libanaise, elle, est restée sagement chez elle derrière ses fourneaux, à ses loisirs ou à son bureau, pour y vaquer à ses occupations quotidiennes. Indifférente à sa condition de citoyenne de second rang, qui subit la discrimination au quotidien, au sein de sa famille, de son travail, de la vie politique, de la société libanaise. Peu touchée par les huit féminicides commis au Liban en l’espace de six semaines, entre la mi-décembre et fin janvier. Non concernée par les violences faites aux femmes qui se poursuivent, à l’ombre d’une loi imparfaite. Inconsciente de la précarité de sa situation au sein de son mariage, en tant qu’épouse et mère ; des difficultés que traverse chaque Libanaise épouse d’un étranger, dans l’incapacité de transmettre sa nationalité libanaise à son époux et ses enfants ; du drame qu’elle risque de vivre, en cas de divorce, la garde des enfants (même en bas âge) étant encore accordée au père, dans la grande majorité des cas.

Le mariage précoce, réalité de milliers d’adolescentes vivant en zone rurale, ne figure pas au menu de ses préoccupations. Pas plus que le trafic humain dont sont victimes, au pays du Cèdre, de jeunes Syriennes, des travailleuses d’Europe de l’Est et nombre d’employées de maison migrantes en situation de grande précarité…

Pense-t-elle vraiment être prise au sérieux, la femme libanaise, si elle-même ne se prend pas au sérieux ? Si elle ne prend pas son destin en main, si elle ne brise pas tabous et codes établis, pour déranger, revendiquer et se faire entendre, même un jour de semaine ? Surtout un jour de semaine !

À l’apathie des femmes du Liban, société civile y compris, les autorités n’ont qu’une réponse : l’inaction. 111 battantes l’ont bien compris, pour avoir présenté envers et contre tous leur candidature aux législatives. Mais cela demeure insuffisant.



Lire aussi

Ces 8 femmes auxquelles le Liban doit (presque) tout

Droits des femmes : Dima Sadek victime de commentaires haineux sur les réseaux sociaux

Les progrès pour les femmes signifient des progrès pour tous, par Antonio Guterres

Droits de la femme au Liban : HRW appelle les candidats aux législatives à mener 5 grandes réformes

111 Libanaises candidates aux législatives : un record, mais le plus dur reste à venir


Pour mémoire

Droits des femmes : Le Liban sur la liste des pays ayant "fait des progrès"

Stimuler encore et toujours les initiatives en faveur de l’égalité des sexes au Liban

Droits de la femme : des « exploits » incomplets et des initiatives à poursuivre



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Soeur Yvette

le chien aboie et la caravane passe...notre realite au Liban...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE M,ENFOUTISME A TOUTES LES ECHELLES DANS L,ATOLL DIT LIBAN !

Saliba Nouhad

En effet, tous les problèmes du pays sont traités avec du bla- bla- bla...
De la condition féminine, aux déchets, à l’électricité, à la condition sociale, à la faillite de l’ état, aux élections et j’en passe...
Qui s’en fout, lorsque ça fait l’affaire d’une minorité corrompue, sclérosée, inconsciente, irresponsable, qui se perpétue par lignées génétiques, avec une population soumise, naïve et menée par le bout du nez...
Blablatez autant que vous voulez...Le lendemain, c’est du « business as usual »...
Le chien aboie et la caravane passe,

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué