Sur let net

Droits des femmes : Dima Sadek victime de commentaires haineux sur les réseaux sociaux

"Notre corps n'est pas tabou, nos cheveux ne sont pas source de honte, notre beauté ne provoque pas la discorde, et notre honneur ne tient pas à notre hymen", a écrit la journaliste ce matin sur sa page Facebook.

La journaliste libanaise Dima Sadek. Photo Facebook/DimaSadekOfficial

A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, la journaliste libanaise Dima Sadek a été victime d'une série de commentaires insultants, voire haineux, sur les réseaux sociaux, après avoir publié un message défendant la liberté de la femme à disposer de son corps.


"Notre corps n'est pas tabou, nos cheveux ne sont pas source de honte, notre beauté ne provoque pas la discorde, et notre honneur ne tient pas à notre hymen", a écrit la journaliste ce matin sur sa page Facebook.


"Pourquoi? Tu es une femme?"

En quelques heures, son message avait suscité des milliers de "réactions", des centaines de commentaires et avait été partagé plus des dizaines de fois. Si un grand nombre d'internautes ont salué le message de Dima Sadek et lui ont exprimé leur soutien, beaucoup lui ont répondu par des moqueries, mais aussi des messages carrément haineux ainsi que de viles insultes.

"Pourquoi? Tu es une femme?" écrit par exemple un internaute. "Nous, en tant que musulmans, tout comme les chrétiens et les juifs, considérons que l'adultère est interdit, et cela implique donc la virginité (avant le mariage), sinon, quelle différence y aurait-il entre la pureté et la prostitution?" se demande un autre homme. "Pourquoi parles-tu ainsi, Dima? Tu es journaliste, tu ne devrais pas parler ainsi", la sermonne encore un internaute, quand une autre la met en garde contre "une frappe divine".

A contrario, de nombreux internautes, femmes et hommes, ont pris la défense de Dima Sadek. "Des propos réalistes et profonds. Bonne journée des droits des femmes Dima", écrit l'un d'entre eux.

Dans un communiqué publié à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l'ONG Human Rights Watch souligne que le Liban est toujours à la traîne par rapport à d'autres pays de la région en ce qui concerne la protection des droits des femmes.


Pour mémoire
Droits des femmes : Le Liban sur la liste des pays ayant "fait des progrès"

Projet d’abrogation de l’article 522 : réactions mitigées de la société civile


Lire aussi

Stimuler encore et toujours les initiatives en faveur de l’égalité des sexes au Liban

Droits de la femme : des « exploits » incomplets et des initiatives à poursuivre


A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, la journaliste libanaise Dima Sadek a été victime d'une série de commentaires insultants, voire haineux, sur les réseaux sociaux, après avoir publié un message défendant la liberté de la femme à disposer de son corps.


commentaires (10)

t3alamo 3al chheddeh ... saba2ouhoun 3al boueb !! a mediter .. au liban tout est importer meme le social dommage ...

Bery tus

14 h 40, le 09 mars 2018

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • t3alamo 3al chheddeh ... saba2ouhoun 3al boueb !! a mediter .. au liban tout est importer meme le social dommage ...

    Bery tus

    14 h 40, le 09 mars 2018

  • votre message qui doit etre normal dans toute societe qui se respecte est "groundbreaking" dans une region ravagee par l'obscurantisme. je me permet de vous apporter tout mon support et vous invite a ne regarder que la part des commentaires positifs. les autres, ma foi, vivent dans un autre temps.

    Lebinlon

    10 h 57, le 09 mars 2018

  • Il faut oublier les mauvaises langue Me Dima...

    Soeur Yvette

    09 h 10, le 09 mars 2018

  • sommes nous au moyen age? pauvre liban.heureusement qu'on a des femmes comme Dima

    Vahe Atmadjian

    08 h 25, le 09 mars 2018

  • Dima, il faudra le répéter encore cent ans pour que les dixième générations d’obscurantistes commencent à se poser des questions

    Saleh Issal

    07 h 16, le 09 mars 2018

  • Et dire que nous devons vivre avec des cretins pareils!

    Jean Michael

    21 h 24, le 08 mars 2018

  • Cela nous renvoie à une réalité ....celle d'un Liban à deux vitesses. L'une ignorante, proie au fanatisme et l’obscurantisme et l'autre en phase avec son temps. Le plus triste c'est pour leur entourage ....

    Sarkis Serge Tateossian

    20 h 55, le 08 mars 2018

  • Qu'on le veuille ou non, il y a au Liban, indépendamment de toute croyance religieuse, deux mentalités : une qui s'est arrêtée au 19eme siècle et une autre qui vit pleinement au 21eme siècle. On peut ne pas partager l'avis de Madame Sadek mais, si on se considère civilisé et démocrate, on doit le respecter et la respecter. De mon côté je partage pleinement l'opinion de Madame Sadek et j'admire son courage de s'être exprimée ainsi publiquement.

    Liberté de Penser

    19 h 35, le 08 mars 2018

  • J'ai lu récemment dans le journal An-Nahar une personne déclarer : La bouche est une "aoura" tabou qu'elle devrait être cachée... Je m'abstiens de commenter une telle déclaration qui se passe de tous les commentaires dans toutes les langues du monde.

    Honneur et Patrie

    19 h 33, le 08 mars 2018

  • LE FANATISME DE L,OBSCURANTISME INNE COUPLE A LA BETE IGNORANCE L,INSULTENT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 23, le 08 mars 2018