X

Liban

Ces 8 femmes auxquelles le Liban doit (presque) tout

Hommage
08/03/2018

Pour cette cuvée 2018 de la Journée de la femme, « L’Orient-Le Jour » a choisi de ramener au bon souvenir des Libanais(e)s huit femmes d’exception, toutes aujourd’hui disparues. Chacune dans son domaine, elles auront modelé, avec patience et pugnacité, notre Liban, le vôtre, lecteurs et lectrices, et celui de « L’Orient-Le Jour » : un Liban libre, heureux, apaisé, prodigieux, amoureux de sa jeunesse ; un Liban modèle, pont entre tant de rives. Les voici, par ordre alphabétique, souriantes, mais inquiètes pour nous, toutes les huit, de là-haut.

Zalfa Chamoun (1910-1971)


Photo D.R.

La femme de tous les mondes : la jeunesse à Beyrouth, la vieille adolescence aux Beaux-Arts du Caire, jeune adulte à Londres avec son mari, alors ministre plénipotentiaire, et puis Kantari, pour les six ans d’or d’un Liban qui ne connaîtra plus pareille époque, pareil rayonnement, pareille réputation. La femme de toutes les beautés, celles de dedans et celles du dehors : elle adorait peindre et dessiner, et créer ses propres vêtements, et encourager, comme personne, les jeunes artistes, musiciens notamment. La femme de tout ce qui est bon : elle a convaincu le président Chamoun de la nécessité de donner aux femmes le droit de vote et elle a fondé l’école laïque pour malvoyants et malentendants. Son visage et son cœur resteront ceux d’un Liban que la majorité des Libanais rêve de retrouver – Grace Kelly avec la Méditerranée dans l’âme.


Nazira Joumblatt (1890-1951)


Photo d’archives/L’OLJ

Sitt Nazira. La gardienne du temple – druze, bien sûr, mais libanais aussi, avec les patriarches Hoayek et Arida. Ce que l’histoire, les romanciers, les cinéastes ou les on-dit retiennent d’elle importent peu. Ce qui reste(ra), éternellement, de la mère de Kamal Joumblatt, c’est une intelligence, un charme, une libanitude et un parcours politique himalayens que l’immense majorité des leaders masculins de ce pays, toutes générations confondues, peut lui envier. Héritière et chef après l’assassinat de son mari Fouad en 1921 (le sang a toujours été dans l’ADN du Liban…), elle aura rythmé, jour après jour, deux décennies de praxis politique. Et il y a un peu (beaucoup) de Nazira Joumblatt dans son arrière-petite-fille, Dalia Joumblatt. Bon sang ment très rarement…


Laure Moghaïzel (1929-1997)


Photo d’archives/L’OLJ

Contemporaine de l’immense Simone Veil, fille putative de Simone de Beauvoir, Laure Moghaïzel n’a pas eu besoin de vivre dans sa chair les atrocités d’un fascisme monstre, ou les fantasmes d’un philosophe tourmenté, pour défendre comme presque personne la laïcité, les hommes et, surtout, les femmes dans ce Liban de tous les machismes, de toutes les dérives. Son jusqu’au-boutisme en agaçait beaucoup (de machos…), mais elle s’en moquait : ses petits poings constamment serrés, sa pugnacité en bandoulière, son homme adoré, Joseph Moghaïzel, au bras, elle en a accouché, des réformes législatives en tout genre en faveur des droits des femmes. Faites-vous plaisir : écoutez l’histoire de cette changeuse de mentalités, racontée par le délicieux André Dussolier :

.

Sabah (1927-2014)


Photo d’archives/L’OLJ

« Je suis fière d’être une villageoise, mais j’ai eu beaucoup d’ambition(s)… » Elle a eu beaucoup de tout, Sabah : beaucoup de talent, de grâce, de maris (sept !), de chansons (3 500), de films (98), de records (elle a été la première femme arabe à chanter à l’Olympia, au Carnegie Hall, au Royal Albert Hall…), de bonheurs, d’avanies, d’humour et d’autodérision (« Mais pourquoi m’enterrent-ils aussi souvent ? Est-ce que je les dérange à ce point en restant vivante ? »), de générosité, de naïveté, de miel, d’empathie. Beaucoup. S’il fallait donner un nom à la bonté, ce serait le sien : Jeannette Féghali, alias Sabah, comme une héroïne avant l’heure d’un Lars von Trier soudainement apaisé, rassuré, emballé par le sourire de cette femme. Parce qu’elle était fondamentalement cela, Sabah : une sécheuse de larmes.


Alia el-Solh (1932-2007)


Photo d’archives/L’OLJ

La dernière (l’ultime ?) personnalité libanaise que chrétiens, sunnites, chiites et druzes ont pleurée ensemble s’appelle Alia el-Solh. La fille de l’indépendance était surtout la tsarine de toutes les souverainetés. Les Premiers ministres israéliens successifs, Yasser Arafat et les Assad père et fils s’en souviendront pour toujours. Les colonnes de L’Orient-Le Jour, aussi, avec cet éditorial tonitruant et somptueux le 12 septembre 2006. L’héritière de Riad el-Solh n’était pas seulement la conscience des Libanais, leur mémoire, leur modèle : divaesque jusqu’au bout des ongles, flanquée d’une culture encyclopédique et sexy, elle se sera certes battue jusqu’au bout pour un Liban libre et glorieux, mais surtout pour sa jeunesse. Inénarrable et irremplaçable.



Nouhad Souhaid (1932-2016)


Photo d’archives/L’OLJ

Héroïne brechtienne comme peu de femmes l’ont été, veuve à 32 ans et à la tête d’une famille de six enfants encore très jeunes, grevée de dettes, avec un hôpital à gérer, Nouhad Souhaid se battra en politique, dans le sens le plus républicain du terme, vaillante et brave, contre un roc, un cap, une péninsule : Raymond Eddé. Mais elle sera surtout une mère-courage, pour les siens, certes, mais pour tous les habitants des cazas de Jbeil et du Kesrouan, et pour tous les Libanais, panseuse de plaies, avec Kamal Joumblatt, Rafic Hariri, son fils Farès Souhaid et… Carlos Eddé. « Une pionnière en politique, dans son quotidien et dans ses croyances ; le symbole de la force, coiffée d’un chignon parfait », résume l’une de ses petites-filles, la productrice et musicologue Jana Saleh.


Yvette Sursock (1914-1993)


Photo D.R.

« Le plaisir est le commencement et la fin de la vie heureuse. » Elle aurait pu, en toute légitimité, graver cette phrase d’Épicure en épitaphe. La jumelle presque astrale de Jacqueline Maillan aurait pu, aussi, avoir une carrière mirifique. Elle s’est contentée de ce Liban qu’elle adorait, qu’elle adorait croquer, dont elle adorait croquer les travers, qu’elle adorait faire rire, avec du fond, avec du sens, diablement moliéresque. Oui, Yvette Sursock adorait : les plaisirs de chaque instant, bien manger, bien boire, bien recevoir, apprendre, transmettre, la beauté, les planches, la télévision, la vie... Pratiquement morte sur scène, truculente, flamboyante, d’une élégance fondamentale, son rose et son smart glitter manquent cruellement dans ce Liban cuvée 2018 particulièrement sinistre et antiglam.


Nadia Tuéni (1935-1983)


Photo d’archives/L’OLJ

Il y a(vait) ses yeux. Insensés, tellement ils abritaient d’univers, d’émotions et de vagues. Il y avait ses maux. Et bien sûr ses mots : « Tu as sali la mer par tendresse, étranger, mais tu ne savais pas qu’elle est (…) tout ce qui reste du chemin nécessaire (…) au pacte entre nous et nous, à la mort fertile et qui devient jardin de sommeil et d’eau…» Nadia Tuéni était à elle seule un pont entre tant de rives : le Liban et la France ; le verbe et la chair ; la vie et la mort, certes, mais essentiellement entre les Libanais eux-mêmes. Et comment, à chaque fois qu’on vacille ou chavire, ne pas s’agripper à ses textes blonds, Bible, Coran et Torah à la fois, remède et langages infiniment universels, accouchés par celle qui écrivait dans les colonnes du Le Jour, dans les années 60, de petites pépites d’or.


Lire aussi

En Turquie, les femmes refusent de se soumettre

Les progrès pour les femmes signifient des progrès pour tous, par Antonio Guterres 

111 Libanaises candidates aux législatives : un record, mais le plus dur reste à venir

Stimuler encore et toujours les initiatives en faveur de l’égalité des sexes au Liban

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

Le lien de Laure Moghaizel c'est : https://vimeo.com/179310242 Pour une raison ou autre la version sur la page OLJ ne marche pas pour moi mais le lien https://vimeo.com/179310242 si.

L'Orient-Le Jour

Cher M. Sioufi,
Nous avons choisi, dans cet article, de ramener au bon souvenir des Libanais(e)s huit femmes d’exception, toutes aujourd’hui disparues. Feyrouz n’entrait donc pas dans cette catégorie.

gaby sioufi

WOWO WOW ??????????????
et FEYROUZ Alors ?????????
UN OUBLI , OU UNE OMISSION CONSCIENTE ?

Irene Said

Nous sommes fières d'elles !
Puissent les nouvelles cadidates aux élections du 6 mai 2018 nous rendre cette fiérté pour notre Liban.
Irène Saïd

RAISINS SECS

Le tableau est incomplet.

Tabet Ama

Bel article, mais le Liban doit enormement a chaque femme qui non seulement a fait parler d'elle... mais a toutes les femmes qui ont tenu avec dignite pendant les temps de guerre, avec les moyens de bord...a toutes ces femmes qui ont perdu leurs hommes, enfants, grands et petits, au nom de qui et de quoi ? A toutes ces femmes qui luttent au quotidien dans un milieu ou c est encore la voix de l'homme qui compte...a toutes ces femmes qui se donnent corps, ame et coeur a diriger et se porter volontaires pour diriger des associations pour aider enfants, vieux, drogues, malades, deplaces...a ces femmes qui ne sont pas encore autorisees a donner leur nationalite de sang a leurs enfants...a ces femmes qu'on rejette, qui se retrouvent du jour au lendemain avec 3 piastres et aucun support legal...et j'en passe...a toutes ces magnifiques femmes...a ma maman et toutes les autres, c'est vous aussi a qui le Liban doit tant !

Sarkis Serge Tateossian

Erratum: belles, géniales

Charly Delta

Zalfa Chamoun a Baabda? Cela reste à prouver!

Bustros Mitri

Que le monde qu’elles ont connu, enrichi ,marqué à leur manière, a changé !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HONNEUR A CES FEMMES LIBANAISES QUI ONT LAISSE LEURS EMPREINTES BIEN GRAVEES DANS LE SOUVENIR DE LEUR PAYS ET DE LEURS COMPATRIOTES !

George Khoury

je ne sais pas ce que Nazira Joumblatt a faire pour le Liban mais je sais que sa descendance n'a rien fait de reluisant, son fils et petit-fils ont prefere s'allier l'un avec les palestinien et l'autre avec les syriens, juste pour garder la main haute sur leur communaute...quand a sa petite fille, c'est pas parcequ'on est une mini-celebrite sur instagram qu'on peut lui tresser une couronne de laurier...chaway chaway ya l'OLJ, vous faites du marcel ghanem, nous perpetuer l'emprise de nos politiciens et de leur descendence a force de leur croquer des portraits stakanovistes alors qu'ils n'ont rien fait de bon

Dounia Mansour Abdelnour

Une belle galerie de femmes qui ont beaucoup donné d’elles-mêmes, en effet! Nos pensées, en ce jour de La Femme, volent vers les assistantes sociales et les infirmiéres qui pratiquent des métiers extraordinaires de de dévouement et de don de soi de tous les instants! Nous leur rendons hommage aujourd’hui!

Sarkis Serge Tateossian

Toutes elles sont remarquables, belles, génitales, et mille mercis à leur contribution. Mais si une devrait sortir du lot ... Pour moi ce sera le chant, la mémoire populaire, c'est allô Bayrouth min fadlkak ya 3eneyi .... Ce serra SABAH

Jean Michael

J'avoue sans honte avoir eu les larmes aux yeux. Ou sommes-nous a present. Quelle honte et quelle malediction a cause de TOUS nos politiciens pourris jusqu'a la moelle. Mais je veux croire qu'il y a parmis la jeunesse libanaise d'aujourd'hui une Zalfa, une Alia, une Nadia en attente.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Formation du gouvernement : tendance à l’optimisme...

Les matchs d’aujourd’hui

  • Brésil
    Costa Rica

    22/06

    15h00 (GMT+3)

  • Nigeria
    Islande

    22/06

    18h00 (GMT+3)

  • Serbie
    Suisse

    22/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué