X

À La Une

MBS entame en Egypte sa première tournée à l'étranger

Diplomatie

Cette première offensive de charme diplomatique de Mohammed ben Salmane, "est un moment symbolique pour le jeune prince saoudien qui va essayer de présenter le meilleur visage de son pays".

OLJ/AFP
04/03/2018

Mohammed ben Salmane entame dimanche en Egypte sa première tournée à l'étranger en tant que prince héritier d'Arabie saoudite, une entreprise de séduction diplomatique qui doit conforter son statut de nouvel homme fort du pays. Sa visite de deux jours au Caire précèdera des déplacements chez deux autres grands alliés de Riyad: au Royaume-Uni à partir de mercredi et aux Etats-Unis du 19 au 22 mars.

Ces déplacements interviennent alors que, sur le plan domestique, Mohammed ben Salmane, nommé prince héritier en juin 2017 par son père, le roi Salmane, en écartant ses rivaux, cherche à consolider son pouvoir dans le royaume, premier exportateur mondial de pétrole.
Après une vaste purge inédite présentée comme une opération anticorruption et l'arrestation fin 2017 de dizaines de personnalités du régime, c'est la direction de l'institution militaire qui a été chamboulée cette semaine sur recommandation du prince héritier.
Dans le même temps, ce dernier âgé de 32 ans veut offrir un visage de modernisateur et cherche à façonner une image moins conservatrice pour son pays, qui applique une version rigoriste de l'islam. Il compte attirer les investisseurs étrangers en leur présentant une Arabie saoudite moins fermée, notamment sur le plan sociétal, afin de bâtir une économie désormais moins dépendante du pétrole.


(Lire aussi : Egypte: une cour lève les obstacles juridiques au transfert de deux îlots à Riyad)

'Incertitude et turbulence' 
Mohammed ben Salmane arrive au Caire moins de trois semaines avant la réélection attendue du président Abdel Fattah al-Sissi, sans rival sérieux. "Sa visite sera interprétée comme la preuve que Riyad continuera de soutenir Sissi pendant le prochain mandat", explique à l'AFP Mostafa Kamel al-Sayed, professeur de Sciences politiques à l'université du Caire.
Riyad et Le Caire collaborent sur d'importants dossiers régionaux, notamment la guerre au Yémen et le blocus du Qatar, dans le but notamment de contrer l'influence de l'Iran, grand rival de l'Arabie saoudite, au Moyen-Orient. Selon une source gouvernementale saoudienne, les discussions porteront aussi sur la lutte contre le "terrorisme" et la coopération énergétique.

Cette première offensive de charme diplomatique de Mohammed ben Salmane, "est un moment symbolique pour le jeune prince qui va essayer de présenter le meilleur visage de son pays", assure à l'AFP Andrew Bowen, chercheur à l'American Enterprise Institute.
Ce déplacement "arrive à un moment d'incertitude et de turbulence sur le plan intérieur. Le prince héritier se trouve face au défi de démontrer aux investisseurs potentiels que l'Arabie est stable et qu'il a la haute main sur la politique étrangère malgré (les problèmes avec) le Qatar et le Yémen", ajoute M. Bowen. "Ce ne sera certainement pas facile à leur vendre", prédit-il.

(Lire aussi : Hariri et le prince héritier d'Arabie ont évoqué les relations bilatérales et les développements dans la région)

Nucléaire, économie 
Des manifestations pourraient ainsi émailler son déplacement en Grande-Bretagne, au sujet des ventes d'armes par des pays européens à l'Arabie saoudite qui intervient militairement au Yémen pour aider le pouvoir face aux rebelles, selon Mohamed Abdelmeguid, expert à l'Economist Intelligence Unit. 
Sa visite aux Etats-Unis s'inscrit principalement dans le cadre des efforts de l'administration de Donald Trump de signer avec l'Arabie saoudite un accord de coopération nucléaire. Riyad doit annoncer cette année qui construira les deux premiers de ses possibles 16 réacteurs nucléaires et des négociations sont en cours avec les Américains pour un transfert de technologie.
Alliés historiques, les Etats-Unis et l'Arabie saoudite se sont considérablement rapprochés depuis l'élection de Donald Trump dont la position ferme envers l'Iran plaît à Riyad. M. Trump avait d'ailleurs choisi l'Arabie saoudite pour son premier voyage présidentiel à l'étranger.

Durant les visites du prince héritier, il devrait également être question de l'introduction en bourse d'une petite partie d'Aramco, le géant public saoudien du pétrole, prévue au deuxième semestre 2018. "Le prince Mohammed pourrait chercher à mettre en compétition économique ses hôtes américains et britanniques, notamment sur cette introduction en bourse", analyse Kristian Ulrichsen, chercheur à l'université Rice aux Etats-Unis. Présentée comme la plus importante de l'histoire, cette introduction devrait générer d'immenses revenus pour Riyad.


Lire aussi

MBS compare la corruption à un cancer

Purges, réformes, ruptures : l'Arabie saoudite sous le règne du roi Salmane

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants