Rechercher
Rechercher

Liban - Diplomatie

« Tant que Macron sera au pouvoir, il ne laissera pas le Liban se faire déstabiliser », affirme Foucher

Dans son intervention au cours d’un déjeuner-débat organisé hier en son honneur par le président de la Chambre de commerce franco-libanaise, Gaby Tamer, au restaurant Le Maillon, l’ambassadeur de France, Bruno Foucher, a souligné l’attachement de Paris à la stabilité du Liban, qu’il a présenté comme étant un « modèle de savoir-vivre ».
 « Tant que le président (Emmanuel) Macron sera au pouvoir, il ne laissera pas le Liban se faire déstabiliser », a insisté le diplomate, en minimisant l’importance du report de la visite du président français qui était prévue le mois prochain à Beyrouth. Il a réaffirmé que l’Élysée l’a différée « pour des raisons propres au calendrier présidentiel », avant de donner sa lecture des événements qui s’accélèrent dans la région et de leur impact sur le Liban, qui devrait, selon lui, indépendamment de l’actualité régionale, parachever « sa construction politique à travers les élections législatives », et la consolidation de son armée et de ses forces de sécurité. Estimant que le pays « se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins », Bruno Foucher a énuméré les nombreux enjeux auxquels celui-ci est confronté (voir aussi page 5).
Côté sécurité, il a ainsi donné en exemple la porosité des frontières est du pays et jugé nécessaire un contrôle rigoureux à ce niveau, pour barrer la voie à la circulation d’éléments armés et au trafic d’armes. Au niveau politique et économique, le diplomate a plaidé en faveur de la réalisation de réformes et de la lutte contre la corruption, deux entreprises indispensables, selon lui, pour un assainissement de la situation au plan local. Bruno Foucher n’a pas manqué de rappeler dans ce cadre que le Liban avait été épinglé l’an dernier par l’ONG anticorruption Transparency International. Il avait été en effet classé au 136e rang des 176 pays du monde où la perception de la corruption a été la plus forte, selon le classement annuel de Transparency International en janvier 2017, au même niveau que le Guatemala, le Kirghizistan, le Myanmar, le Nigeria et la Papouasie-Nouvelle-Guinée.
L’ambassadeur de France a abordé indirectement le dossier du Hezbollah, à travers son analyse de la situation en Syrie où la guerre, a-t-il dit, « est entrée dans une nouvelle étape depuis février, sans qu’on ne sache sur quoi celle-ci pourrait déboucher ». Il a exposé les factions en présence sur le terrain, plaçant le Hezbollah dans la catégorie de celles qui « ne sont pas autorisées ». Et si Bruno Foucher a jugé que le Liban peut se prévaloir de plusieurs atouts, il a estimé que le pays a quand même certaines fragilités, notamment « la coexistence entre un État légal et un État milicien », en allusion à la formation chiite.
Le diplomate a considéré en substance que « l’Iran applique dans la région une politique impériale », sous le couvert « d’une solidarité religieuse », qu’Israël « observe tout cela avec vigilance et voit non sans une certaine inquiétude le panorama évoluer » et que la Russie, « cet empire qui n’existe plus, cherche à se faire respecter par des vecteurs de puissance ». Quant aux États-Unis, ils n’ont pas, pour M. Foucher, de politique claire dans la région. Idem pour l’Union européenne qui a, à son avis, du mal aussi à trouver les vecteurs sur lesquels elle peut intervenir, en dehors de l’humanitaire.
Bruno Foucher a constaté en même temps une crise de leadership arabe. Les principaux pays sunnites forts (l’Égypte, l’Arabie saoudite et l’Irak) sont affaiblis face à deux autres puissances régionales « non arabes » en allusion à l’Iran et à Israël. « Il n’y a plus de leaders arabes », a commenté le diplomate, qui a souligné parallèlement « une véritable crise existentielle en Turquie ».
Et le Liban dans tout cela ? M. Foucher a comparé le pays du Cèdre à un « petit bateau au milieu de supertankers dans une mer grosse ». Il a cependant considéré que le pays a réussi à tenir le cap puisqu’en dépit des crises qu’il a connues, les institutions fonctionnent « même doucement », l’économie a résisté, les taux de croissance restent positifs, et les systèmes éducatifs et sociaux fonctionnent plutôt bien malgré certains mouvements de protestation sociaux.
Il s’est surtout félicité de la « manifestation de patriotisme » qu’il a qualifiée de rassurante, apparue, indépendamment des rivalités, lors de la crise de la démission du Premier ministre, Saad Hariri, ainsi que de « modération », dont font preuve toutes les parties en temps de crise.


Dans son intervention au cours d’un déjeuner-débat organisé hier en son honneur par le président de la Chambre de commerce franco-libanaise, Gaby Tamer, au restaurant Le Maillon, l’ambassadeur de France, Bruno Foucher, a souligné l’attachement de Paris à la stabilité du Liban, qu’il a présenté comme étant un « modèle de savoir-vivre ».  « Tant que le...

commentaires (4)

UN pasteur africain disait un jour , quand les colons sont venus chez nous , ils avaient une bible et nous la terre Et ses richesses. Aujourd'hui, nous avons la bible et eux la terre Et les richesses de chez nous . Continuez à nous abreuver de belles paroles les français, notre attention est dorénavant FIXÉE SUR NOS BIENS , AVEC LE LIBAN NOUVEAU QUI NAIT SOUS NOS YEUX.

FRIK-A-FRAK

12 h 11, le 02 mars 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • UN pasteur africain disait un jour , quand les colons sont venus chez nous , ils avaient une bible et nous la terre Et ses richesses. Aujourd'hui, nous avons la bible et eux la terre Et les richesses de chez nous . Continuez à nous abreuver de belles paroles les français, notre attention est dorénavant FIXÉE SUR NOS BIENS , AVEC LE LIBAN NOUVEAU QUI NAIT SOUS NOS YEUX.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 11, le 02 mars 2018

  • L'Ambassadeur de France, Bruno Foucher, plagie le général de Gaulle : Tant que Macron sera au pouvoir, il ne laissera pas le Liban se faire déstabiliser.

    Honneur et Patrie

    10 h 52, le 02 mars 2018

  • ON NOUS A FARCI DE PAROLES ! QUAND AUX ACTES...

    OLJ, LA CENSURE EST UNE HUMILIATION A VOS ABONNES

    09 h 08, le 02 mars 2018

  • Pour le moment il n'a qu'énoncer que des promesses à la mode Hollande, des paroles, des souhaits. Le Liban a besoin autres choses que des intentions. Face à HN il ne fait pas le poids

    FAKHOURI

    05 h 25, le 02 mars 2018

Retour en haut