Liban

Le ministre estonien des A.E. se félicite de la situation « stable » au Sud

Coopération
22/02/2018

En visite au Liban depuis lundi dernier, le ministre estonien des Affaires étrangères, Sven Mikser, a choisi le Liban pour célébrer le 100e anniversaire de l’indépendance de l’Estonie.
Au cours de son séjour, le ministre s’est d’abord rendu au Sud pour inspecter le contingent estonien de la Finul. Il s’est également entretenu avec le président de la Chambre Nabih Berry, le Premier ministre Saad Hariri et le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil. Il a rencontré en outre les organisations d’aide des Nations unies pour évoquer la situation des réfugiés syriens au Liban.
La visite a été clôturée hier par un concert consacré au 100e anniversaire de l’indépendance de l’Estonie, donné à l’église Saint-Joseph des pères jésuites à la rue Monnot.
Dans une interview accordée à L’Orient-Le Jour, le ministre Mikser a justifié le choix du Liban pour la célébration des 100 ans de l’indépendance de son pays par la « parfaite occasion » qui a permis de rappeler l’amitié qui lie les deux pays, mais aussi et surtout par la nécessité de faire le point avec les leaders libanais et le contingent estonien de la situation dans la zone d’opération de la force internationale. Concernant son entrevue avec Nabih Berry, le ministre indique qu’il a mis l’accent sur l’évolution des relations bilatérales, particulièrement au niveau de la coopération sur les plans technologique et de l’e-gouvernement, ainsi que dans le domaine commercial. Sven Mikser et Nabih Berry ont également évoqué la question de l’accueil des réfugiés syriens au Liban. Le ministre a « salué l’effort » libanais à ce sujet, précisant avoir discuté avec les interlocuteurs libanais de la possibilité à moyen terme du retour des réfugiés en Syrie.
Au sujet du contingent estonien présent au Sud, le ministre a exprimé sa confiance à cet égard, évoquant la situation « stable » qui règne dans la zone de la Finul et mettant l’accent sur le cas des soldats estoniens « à l’écoute de la population et des différentes communautés présentes dans la région ».
M. Mikser a ensuite abordé le problème en rapport avec le conflit syrien. « Si les enquêtes menées confirment que Bachar el-Assad est à l’origine des attaques à l’arme chimique et de toutes les atrocités commises contre son peuple, je m’opposerai à ce que l’Estonie participe à la reconstruction du pays aux frais du contribuable », a-t-il déclaré, avant d’indiquer que l’Estonie a accordé jusqu’ici 900 000 euros aux Nations unies pour contribuer à l’accueil et la prise en charge des réfugiés syriens sur le sol libanais.

Le concert à l’église Saint-Joseph
Il convient d’indiquer dans ce cadre que le consul honoraire d’Estonie au Liban, Fouad Fadel, a offert une réception, suivie du concert à l’église Saint-Joseph, en l’honneur du ministre estonien. La réception a eu lieu dans la crypte de l’église en présence, notamment, aux côtés de M. Mikser, de l’ambassadrice d’Estonie au Liban (basée à Ankara), Marin Mõttus, du ministre César Abi Khalil, représentant le chef de l’État, Michel Aoun, et des députés Ghassan Moukheiber et Bassem Chab, représentant respectivement les présidents de la Chambre et du Conseil.
Le concert a été donné par le chœur estonien « Collegium Musicale », formé de 22 choristes et accompagné par le « Corelli baroque orchestre » comptant 34 musiciens qui ont interprété la Missa en B mineur de Johan Sébastian Bach dans le cadre du Festival international d’al-Bustan.
Dans une allocution qu’il a prononcée pour l’occasion, M. Fadel a souligné « les liens forts entre l’Estonie et le Liban, caractérisés par la présence de Casques bleus estoniens dans le cadre de la Finul ». Il a par ailleurs mis l’accent sur la nécessité de « continuer à promouvoir les échanges culturels bilatéraux » et de veiller à ce que « davantage d’événements se déroulent sur ce plan à l’avenir dans les deux pays ».
Prenant à son tour la parole, M. Mikser a relevé le soutien que son pays apporte « aux nations qui s’efforcent d’obtenir ou de conserver leur indépendance ». « C’est la raison pour laquelle nous participons depuis des années à l’opération de maintien de la paix dans le cadre de la Finul », a-t-il ajouté, en rappelant l’effort que son pays a fourni pour obtenir son indépendance au cours du siècle dernier. « Nous savons ce que cela peut coûter », a encore dit le ministre qui s’est félicité de l’organisation du concert, « un grand événement qui symbolise les liens croissants entre nos deux pays ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants