X

Liban

Mariages et armes à feu : la campagne choc du Mouvement permanent pour la paix

Société

Depuis le mois de novembre, l’association cherche à sensibiliser sur les risques des « tirs de célébration ».

31/01/2018

Tout a commencé avec cette étrange Eleguns, une compagnie qui prétend « offrir les services de tireurs professionnels pour un mariage époustouflant ». Sur le site de cette entreprise, le client se voit proposer tout un panel de services destinés à lui offrir « un spectacle de tirs sur mesure », ce qu’il se fait de mieux en matière de tirs de célébration. L’internaute peut choisir son tireur, le modèle de son arme, et même le look de son tireur. À première vue, Eleguns semble être on ne peut plus sérieux. Mais au moment de payer pour les services choisis, le client se voit redirigé vers une page où s’affiche le message suivant : « Le prix réel de ce service peut être la vie de vos amis et de votre famille. » Un peu plus bas, il est proposé au client de signer une promesse de ne pas tirer de coups de feu lors de son mariage afin d’aider à « mettre fin à l’utilisation des armes à feu lors des célébrations, une tradition illégale causant la mort de dizaines d’innocents chaque année. »

À l’origine de ce site, l’antenne libanaise du Mouvement permanent pour la paix a également tenu un stand lors du Salon du mariage, au BIEL, en novembre dernier. Au milieu des stands proposant robes de mariée, services de traiteurs ou encore arrangements floraux, l’association proposait aux couples des services de tireur professionnel.

La réaction de certains des couples s’étant présentés au stand laisse songeur... Plutôt que d’être surpris par le fait que soient proposés de tels services, ils répondent qu’ils préfèrent « tirer eux-mêmes », que « le frère d’un des futurs mariés a déjà offert ses services » ou encore qu’ils comptent « sur les invités ». Dans la plupart des cas, ils ont « évidemment » prévu les « tirs de célébration ». Face à ces couples, les « tireurs professionnels » engagent la conversation ; de fil en aiguille, ils expliquent aux couples le danger que représente le simple fait de tirer lors de leur mariage. Comme sur leur site, ils finissent par leur présenter la promesse de ne pas tirer. En l’espace de 3 jours, plus de 1 000 signatures ont été récoltées. Sur leur site, ce sont 3 000 visites qui ont été répertoriées les deux premiers jours. Une vidéo des rencontres a également été postée sur YouTube.



Une pratique culturelle

Lutter contre l’utilisation intempestive des armes au Liban est le nouvel objectif que s’est fixé l’ONG. En cause ? Le nombre de morts causés chaque année par les armes à feu dans le pays du Cèdre. « Il est difficile de donner un chiffre précis car les faits sont étouffés », déclare à L’Orient-Le Jour Jean Azar, membre du Mouvement permanent pour la paix. « Ce que nous savons, c’est que le nombre de morts causés par l’utilisation intempestive des armes à feu ne diminue pas. Mariages, enterrements, remises de diplômes, sport… Chaque occasion semble bonne pour des “tirs de célébration”, quels que soient les risques. » Selon l’ONG, 90 personnes ont été tuées en l’espace de 120 jours en 2007. Dix ans plus tard, durant l’été 2017, les tirs de célébration ont fait plus de 25 morts pour le seul mois de juin. Un enfant de 9 ans tué par une balle perdue, une enseignante de 24 ans atteinte par une balle en pleine rue, un jeune homme tué par son propre père qui tirait pour célébrer les résultats du baccalauréat… La liste des drames est longue.

En juillet 2017, Fady Abi Allam, président du Mouvement permanent pour la paix, et la Fondation allemande Friedrich Ebert avaient obtenu du gouvernement libanais la modification de l’article 71 de la loi sur le port des armes. Alors qu’auparavant, l’utilisation d’armes à feu lors de cérémonies était passible d’une amende d’un dollar, elle peut désormais envoyer tout droit en prison pour une durée de 6 mois à 3 ans selon les conséquences de l’acte, la peine étant accompagnée d’une amende. En cas d’homicide, l’accusé encourt 10 ans de prison.

Mais les chiffres le montrent bien : la modification de la loi ne permet pas encore de changer les faits. Les tirs de célébration sont en effet encore trop souvent considérés comme une pratique culturelle. « Ce sont les mentalités qu’il faut changer, indique Jean Azar, pas seulement la loi. Il n’y a qu’en faisant prendre conscience aux gens des risques qu’ils font encourir à leur entourage que nous pouvons espérer changer leur comportement. »
Engendrer une prise de conscience, c’est ce que cherche à faire le Mouvement permanent pour la paix à travers cette campagne. Celle-ci a d’ailleurs rapidement fait réagir sur les réseaux sociaux autour du hashtag #eleguns. Le Premier ministre Saad Hariri s’est également exprimé sur Twitter pour fustiger l’utilisation intempestive des armes.

Le mouvement ne compte pas s’arrêter là. Il s’apprête en effet à être présent dans la Békaa, l’une des régions les plus concernées par les morts accidentelles par arme à feu, lors du Salon du mariage qui s’y tiendra du 2 au 4 février. Plus tard, il espère pouvoir élargir sa campagne au reste du monde arabe car, comme l’explique Jean Azar, « si l’utilisation intempestive des armes à feu est bien présente au Liban, le pays du Cèdre n’est malheureusement pas une exception sur la scène internationale ».


Pour mémoire

Quand l’incivilité tue : un mort par jour, ou presque, en juin au Liban

Un photographe blessé par balles lors d’un mariage, l’hôpital qui l’accueillait saccagé

Machnouk promet des mesures sévères contre la prolifération des armes individuelles


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué