X

Moyen Orient et Monde

Soutien américain à Israël : le fossé s’élargit entre républicains et démocrates

Éclairage

Malgré des évolutions, la sympathie des Américains pour les Israéliens reste largement majoritaire.

26/01/2018

Le conflit israélo-palestinien est devenu un nouveau sujet de polarisation entre républicains et démocrates américains. C’est ce que révèle un rapport du PEW Research Center, à Washington, sorti le 23 janvier. Selon ce rapport, le fossé s’est élargi entre les deux partis depuis 2001 quant au soutien à l’État hébreu dans le conflit.

Côté républicain, le document montre une hausse de 29 points par rapport à 1978 des sympathisants d’Israël, passant de 50 % à 79 %. Durant la même période, la part des démocrates soutenant l’État juif dans le cadre de son conflit avec les Palestiniens a diminué de 11 points, passant de 38 à 27 %. « Dans la rhétorique publique et la façon d’approcher le problème, les démocrates ont toujours été plus aptes à critiquer Israël alors que la position républicaine a toujours été une rhétorique de soutien (…), un soutien renforcé depuis les années 1990 par une forte présence évangéliste au sein du parti », explique à L’Orient-Le Jour Michael Young, rédacteur du blog Diwan au centre Carnegie de Beyrouth. « Plus le discours des républicains était à droite, plus celui des démocrates a viré à gauche », ajoute-t-il.


(Lire aussi : Mike Pence, les sionistes chrétiens et les contradictions de la politique étrangère US)


L’administration Trump est probablement la plus favorable à Israël depuis la création de l’État hébreu. Le 6 décembre 2017, le président américain a ainsi reconnu officiellement Jérusalem comme capitale de l’État hébreu, revenant sur des décennies de diplomatie américaine. Lundi, le vice-président américain Mike Pence, lors d’une récente visite à Jérusalem, a également réaffirmé l’engagement de son pays aux côtés d’Israël en mêlant des versets bibliques au discours idéologique. Mais la politique menée par le président américain semble refléter la vision de son parti sur le sujet, si l’on en croit l’enquête du PEW Research Center. Celle-ci vise à connaître le degré de sympathie des citoyens américains pour les Israéliens et / ou les Palestiniens. Elle étudie en premier lieu l’évolution de l’opinion publique entre 1978 et 2018, puis se concentre sur la période allant de 2001 à 2018. L’analyse réalisée dans ce document est basée sur des entretiens téléphoniques menés entre les 10 et 15 janvier 2018 auprès de 1 503 adultes de dix-huit ans ou plus vivant dans les cinquante États américains et dans le district de Columbia.

Plusieurs thèmes sont abordés dans ce rapport : la préférence des citoyens envers l’une et / ou l’autre ou aucune des deux parties (Israéliens et Palestiniens) du côté républicain et démocrate ; la politique de Barack Obama et de Donald Trump à propos de ce conflit ; le regard américain sur la politique menée par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.


(Lire aussi : Pence se recueille au Mur des Lamentations et repart sans voir les Palestiniens)


« Problème culturel »
Le rapport insiste dès le début sur l’un des éléments-clés de l’enquête : l’évolution de la sympathie des citoyens américains pour les Israéliens et / ou les Palestiniens. Après quatre décennies, le niveau d’appréciation en faveur d’Israël n’a quasiment pas évolué, passant de 45 % à 46 %. La courbe concernant les Palestiniens a également peu évolué, passant de 15 % à 16 % aujourd’hui, malgré un léger pic atteignant les alentours de 20 % suite aux accords d’Oslo de 1993 qui avaient suscité un fort espoir pour le processus de paix. « Je crois qu’il y a un problème culturel entre les Américains et les Palestiniens. Les Américains ont toujours davantage sympathisé avec un peuple qui semble occidentalisé, libéral, plutôt qu’un peuple difficile à comprendre culturellement », précise M. Young. « Dans la tête des Américains, il y a toujours ce souvenir de ce que les juifs ont subi pendant la Seconde Guerre mondiale et que c’est un peuple qu’il faut protéger », ajoute-t-il. Seulement 31 % des citoyens américains approuvent néanmoins la politique de Benjamin Netanyahu. À noter que si 70 % des juifs américains ont voté en faveur d’Hillary Clinton à l’élection présidentielle de 2016, le principal lobby pro-israélien, l’Aipac (American
Israel Public Affairs Committee) est très satisfait de la politique menée par le président Trump.


Lire aussi

Encensé à Jérusalem, Pence enfonce le clou

Abbas exhorte les Européens à reconnaître « rapidement » la Palestine

Jérusalem, « cause des causes » du monde arabo-musulman    


Pour mémoire
L'ambassade américaine pourrait être à Jérusalem d'ici un an, affirme Netanyahu

Abbas « n’ira pas jusqu’à se tirer une balle dans le pied »

Trump et le conflit du Proche-Orient : un appui sans faille à Israël

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants