X

À La Une

Le régime syrien dit avoir repris un aéroport militaire clé à Idleb

Syrie

Cette province est la seule à échapper entièrement au pouvoir syrien.


OLJ/AFP
21/01/2018

Le régime syrien aidé de ses alliés a repris aux jihadistes un aéroport militaire stratégique dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest du pays en guerre, deux ans après l'avoir perdu, a annoncé dimanche l'armée.

Soutenues par l'aviation de l'allié russe, les troupes prorégime livrent depuis fin décembre de violents combats au groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, dominé par l'ex-branche d'el-Qaëda, pour le chasser de cette base située dans le sud-est de la province d'Idleb.

Cette province, la seule à échapper entièrement au pouvoir syrien, est contrôlée par ce groupe jihadiste. Les forces prorégime ont perdu le contrôle de l'aéroport d'Abou Douhour en septembre 2015.

"Après une série d'opérations spéciales, des unités de nos forces armées, en coordination avec des combattants alliés, ont réussi à reprendre le contrôle de l'aéroport d'Abou Douhour", a indiqué l'armée dans un communiqué."La zone est en train d'être nettoyée des  mines, engins explosifs et bombes laissés par les terroristes", a-t-elle ajouté. 

Dans un communiqué, le ministère de la Défense russe a confirmé la reprise d'Abou Douhour par les troupes syriennes.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un vaste réseau de sources dans le pays depuis le début de la guerre en mars 2011, a lui affirmé que l'aéroport avait été repris samedi.


(Lire aussi : Laminé dans ses fiefs syriens, l'EI tente un retour dans la province d'Idleb) 


Outre le groupe jihadiste, des groupes rebelles maintiennent également une présence dans la province d'Idleb, et malgré leurs différends, les deux camps se sont alliés pour lutter contre le régime.

Dans son offensive sur Idleb, le pouvoir s'est emparé de dizaines de villages et cherche à "sécuriser" une route qui relie Alep, deuxième ville du pays, à la capitale Damas, deux fiefs du régime.

Des dizaines de milliers de personnes ont fui depuis début décembre les combats aux limites d'Idleb puis dans le sud-est de la province.

Frontalière de la Turquie, Idleb est l'une des quatre "zones de désescalade" décidées par les parrains internationaux des belligérants pour obtenir des cessez-le-feu dans le pays.

La guerre en Syrie a coûté la vie depuis mars 2011 à plus de 340.000 personnes et déclenché une grave crise humanitaire avec des millions de déplacés et de réfugiés.


Lire aussi
La Turquie a aidé la contre-offensive rebelle à Idleb, dit Damas

Les jihadistes résistent férocement à l’offensive du régime dans Idleb

L’entente russo-turque mise à mal par l’offensive à Idleb

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre menaces de « date butoir » et « lenteur prudente », le gouvernement piétine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué