X

À La Une

Hariri et Rifi dénoncent une tournée d'un responsable milicien irakien au Liban-Sud

Polémique

Le Premier ministre libanais contacte les autorités militaires et sécuritaires leur demandant de prendre les mesures adéquates.

OLJ
09/12/2017

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, et l'ex-ministre de la Justice Achraf Rifi ont dénoncé samedi une tournée effectuée par un responsable milicien irakien au Liban-Sud.

"La tournée sponsorisée par le Hezbollah et effectuée par Kaïs Khazaali à la frontière est un message de défi et une atteinte à la souveraineté du Liban et des décisions internationales. Elle torpille le principe de distanciation et les effets de la réunion de Paris, et montre que l'autorité est en fait entre les mains du Hezbollah et du projet iranien. Le Liban est-il devenu une République du Hachd el-Chaabi sous couverture officielle? Quelle est la position du président de la République, Michel Aoun, et du Premier ministre, Saad Hariri ?", a écrit M. Rifi sur Twitter.

La réponse du chef du gouvernement est venue sous forme d'un communiqué publié par son bureau de presse :

"La tournée en tenue militaire d'un responsable milicien irakien dans des localités frontalières au Liban-Sud est une atteinte flagrante aux lois libanaises qui ont poussé M. Hariri à contacter les autorités militaires et sécuritaires compétentes afin de prendre les mesures adéquates", peut-on lire dans le communiqué.

Le président Aoun n'a toujours pas réagi à ces informations.

Kaïs Khazaali est le chef de la milice Asaïb Ahl al-Haq (Ligue des vertueux), financée et entraînée par l'Iran. Cette milice fait partie du Hach al-Chaabi, les mouvements de mobilisations populaires chiites qui combattent les jihadistes du groupe État islamique.

Il n'était pas clair où exactement Kaïs Khazaali a effectué sa tournée au Liban-Sud. Selon le communiqué du bureau de presse de M. Hariri, la vidéo dans laquelle apparaît le responsable milicien irakien a été tournée il y a six jours.

Cette polémique intervient le jour même où le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, a annoncé "la fin de la guerre" menée depuis trois ans par les forces gouvernementales contre l'EI en Irak.

Achraf Rifi est un virulent détracteur du Hezbollah et de l'Iran. Il était proche de M. Hariri, avant de s'en éloigner, estimant que ce dernier ne fait pas assez contre l'Iran et le parti chiite libanais.

Saad Hariri avait démissionné le 4 novembre en Arabie saoudite, accusant l'Iran et le Hezbollah de mainmise sur le Liban. Il est revenu sur sa démission le 5 décembre, après avoir obtenu des garanties de la part des formations politiques concernant la distanciation du Liban par rapport aux conflits régionaux. 

Vendredi, le Groupe international de soutien au Liban (GISL), réuni à Paris en présence notamment de M. Hariri, du président français Emmanuel Macron, et du chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a, entre autres, appelé à l'application de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l'Onu qui prévoit le désarmement des milices libanaises.

 

Lire aussi

Un vaste soutien international au Liban, mais sous condition

La communauté internationale met à l'épreuve Hariri et le Hezbollah

Les États-Unis et le Royaume-Uni insistent sur la mention de la 1559 dans le communiqué final

Le Hezbollah soucieux de maintenir une stabilité politique jusqu’en mai

Ce qui protège le nouveau compromis...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE LIBAN EST COMME UN CHAMP OUVERT A TOUT VENANT...
OU SONT LES TENORS QUI ATTAQUAIENT LA SAOUDIE POUR AU MOINS PROTESTER POUR LA FORME !

Le Faucon Pèlerin

L'Etat libanais interdit toute présence militaire étrangère au sud de fleuve Litani et ce, conformément à la résolution 1701 de l'ONU. Ladite zone est entièrement réservée uniquement à l'armée libanaise.
Avis à tous les pays du monde.

Bery tus

Voila Mr Hariri ... maintenant on fait quoi !? car la visite est de nature de provocation faite envers le gouvernement et la distanciation

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VOILA QUE LA MILICE DES PASDARANS AU LIBAN INVITE LES MILICIENS D,AUTRES ORGANISATIONS AFFILIEES AUSSI AUX PASDARANS AU SUD EN RENONCEMENT ET EN PROVOCATION DE LA DISTANCIATION AGREEE ET REPUDIEE DANS L,IMMEDIAT ! QUE FERAIT L,ETAT ? OU EST LA REACTION DU CHEF DE L,ETAT SUPPOSE GARANT DES DECISIONS AGREEES ?

Antoine Sabbagha

Le Liban semble de plus en plus un pays bien lié par ses dirigeants à d'autres pays et le peuple impuissant assiste à toute cette mascarade . Triste .

Remy Martin

Et voilà ce que donne cette chère distanciation. Sitôt écrite et acquiécée à l'unanimité, sitôt foulée aux pieds par les mêmes. Nous n'apprenons vraiment RIEN de nos échecs passés. Ainsi vogue la galère ...

Le Faucon Pèlerin

Tous ceux qui croient ou qui avaient cru que la milice iranienne Hezbollah respecterait les accords de distanciation de la Déclaration de Baabda et de la résolution 1559 de l'ONU sont ou des niaiseux ou des malades mentaux.
Merci Emmanuel Macron.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué