X

Liban

Le Premier ministre s’explique sur ses propos au sujet des armes du Hezbollah

Polémique
OLJ
02/12/2017

Le Premier ministre, Saad Hariri, a tenté jeudi soir de déminer une polémique née de ses propos sur les armes du Hezbollah dans un entretien à l'hebdomadaire français Paris Match qui a publié, jeudi matin, une interview titrée : « Je suis toujours en danger de mort ».
« À ceux qui font de la surenchère, je dis : ce que j'ai dit à Paris Match est clair comme de l'eau de roche. Nous sommes liés à un conflit avec le Hezbollah, de la même façon qu'ils sont liés à un conflit avec nous », a écrit M. Hariri sur son compte Twitter. « Ce qui s'est fait dans le passé est fait. Aujourd'hui, nous construisons pour protéger la stabilité du Liban pendant que d'autres construisent pour la sédition dans le pays », a-t-il ajouté.
Par cette déclaration cinglante, M. Hariri répondait à ceux qui ont contesté ses propos concernant les armes du Hezbollah qui, a-t-il dit, « a des armes, certes, mais ne les utilise pas sur le sol libanais ».
Dans cet entretien à l'hebdomadaire français, le Premier ministre a indiqué qu'il fallait différencier entre le rôle politique du parti chiite et son rôle militaire. « Il faut bien faire la distinction. Au Liban, le Hezbollah a un rôle politique. Il a des armes, certes, mais il ne les utilise pas sur le sol libanais. L'intérêt du Liban est de faire en sorte que ces armes ne soient pas utilisées ailleurs. De là vient le problème », a-t-il déclaré. « Trop de sang a coulé dans la région. Je redoute que l'ingérence du Hezbollah à l'extérieur finisse par coûter très cher au Liban, a-t-il ajouté. Je n'accepterai pas qu'un parti politique libanais participe à des manœuvres qui servent les intérêts de l'Iran. »

« Insulte »
« La position de MM. Aoun et Hariri sur les armes du Hezbollah constitue une insulte à la mémoire des Libanais », a réagi l'ancien ministre de la Justice Achraf Rifi. « C'est oublier les martyrs de la révolution du Cèdre et ceux du 7 mai (2008) », a-t-il déclaré, ajoutant qu'il fallait refuser de « capituler face à la tutelle iranienne ». « Que ceux qui veulent capituler le fassent en assumant leurs responsabilités. Mais personne n'a le droit de faire des compromis sur les sacrifices des Libanais qui se sont révoltés pour la liberté et la souveraineté », a ajouté M. Rifi. « Avec eux, nous continuerons à agir en faveur du retour de l'État retenu prisonnier », a lancé l'ancien ministre.
« Saad Hariri a tout simplement dit que les armes du Hezbollah ne seront pas utilisées sur le territoire libanais », a déclaré de son côté à la chaîne locale LBCI le ministre de la Culture, Ghattas Khoury, regrettant que « certains l'attendent au tournant ». « Si certains veulent provoquer la sédition et le chaos, des procédures légales et judiciaires seront engagées », a affirmé pour sa part l'ancien ministre druze Wi'am Wahhab.
Le chef du gouvernement qui avait annoncé le 4 novembre sa démission depuis Riyad, avant de la geler au lendemain de son retour au Liban, le 22 novembre, a également affirmé qu'il reprendra son rôle de Premier ministre comme si de rien n'était. « Je souhaitais que le monde comprenne que le Liban ne peut plus tolérer les ingérences d'un parti comme le Hezbollah dans les affaires des pays du Golfe, où vivent 300 000 Libanais. Ils sont très importants pour notre économie », a-t-il affirmé avant d'ajouter : « Nous ne devons pas payer pour les agissements du Hezbollah. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET QU,EN EST-IL DU SORT DES ARMES P.M. HARIRI ? TOUS SAVENT QU,ELLES JOUENT UN ROLE DE DISSUATION POLITIQUE MEME SI VOUS VOULEZ A DESSEIN EVITER DE LE DIRE !

Henrik Yowakim

« Ce qui s'est fait dans le passé est fait. Aujourd'hui, nous construisons pour protéger la stabilité du Liban pendant que d'autres construisent pour la sédition dans le pays »

CHER HAHARIRI

VOTRE FORMULE PROTÉGER LA STABILITÉ CONSTITUE UN CHANTAGE A LA GUERRE CIVILE .

ELLE SIGNIFIE QUE CETTE STABILITÉ NE PEUT ÊTRE PROTÉGÉE QUE PAR LA SOUMISSION AU DIKTAT ET A L'OCCUPATION TERRORISTE DU PARTI DU DIABLE IRANIEN .

CE CHANTAGE NE MARCHE PLUS ÉTANT DONNÉ QUE

TOUTE STABILITÉ A L'OMBRE DE L'OCCUPATION DE LA BOTTE DE LA MILICE DU DIABLE IRANIENNE RESTE FICTIVE ET FACTICE

LA SECURITE DES GENS RESTERA A TOUT MOMENT MENACEE COMME LE PROUVE L'INVASION IMPUNIE DE BEYROUTH LE 7/5/2OO8

TOUTE ÉLECTION A L'OMBRE DU FUSIL DU HEZBOLA EST ET SERA TRUQUÉE

TOUT DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE BLOQUÉE
LE SYMPTÔME EN ÉTANT LE FLEURON DE TON CENTRE VILLE SOLIDERE TRANSFORMEE EN DESERT

EN DÉPIT DE VOTRE PARALOGISME IL FAUT RECONNAÎTRE QUE LA STABILITÉ DU LIBAN ET L'OCCUPATION BAASSYRO/IRANIENNE DU PAYS SONT TOUT SIMPLEMENT DES TERMES ET DES RÉALITÉS ANTINOMIQUES



Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué