L'impression de Fifi ABOU DIB

Quelques bandes de tôle

IMPRESSION
30/11/2017

Parfois on a l'impression que ça recommence. La vérité est que cela n'a jamais cessé. De nouveau on ne se regarde plus dans les yeux. On fuit cette conversation qu'on n'a plus envie d'avoir. La situation, tout ça. Où va le pays ? Mais où voulez-vous qu'il aille? Imaginerait-on qu'il puisse se détacher et qu'il prenne la mer ? C'est tout de même curieux que ce petit territoire ait si rarement connu la paix. On dirait que chacun y voit la pièce de puzzle qui lui manque pour compléter sa propre image, mais la pièce ne s'encastre nulle part et change malicieusement de forme au moment même où l'on croit pouvoir la placer. Tel est le pouvoir de la diversité dont s'enorgueillit le Liban. Elle le rend protéiforme et inaccessible aux projets hégémonistes de ses voisins, cousins et autre parentèle. Mais il n'en souffre pas moins.

À la moindre secousse du calibre de celle que nous venons de vivre à travers la pseudo-démission de notre Premier ministre, accompagnée de la maudite formule adressée par certains pays à leurs ressortissants leur interdisant de se rendre sur notre territoire, le frêle édifice de notre économie subit une lézarde supplémentaire. Les bombardements, les enlèvements, les tireurs embusqués, les villages rasés, les populations déplacées, l'exil forcé, soit, tout cela semble derrière nous, même si nombre d'entre nous, une génération entière, continuent à vivre avec ces terrifiants souvenirs. Les seigneurs et les protagonistes de ce temps-là ont vieilli. Avec l'âge on expie. La cruauté et la haine, la douleur comme la rancune s'estompent, les angles s'arrondissent. Pour autant, ces « anciens » -là ne devraient pas aujourd'hui se trouver au pouvoir. Avec leur vision, leurs projets, leurs aspirations et leurs outils obsolètes, ils ne sont pas équipés pour gouverner une jeunesse dont les sépare non pas un siècle, mais tout un millénaire au regard de l'accélération exponentielle des technologies ces dernières années. Loin de leurs mentalités sclérosées, cette jeunesse incarne à elle seule l'identité de ce pays et la certitude de son avenir.

Qu'est-ce qui pourrait rendre au Liban la prospérité et la stabilité auxquelles il ne cesse de rêver ? Pourquoi ne parvenons-nous pas à renouer avec la croissance ? Quelqu'un en haut lieu se pose-t-il ces questions avec l'intention d'y apporter une solution ? Est-il si difficile de gouverner sainement un pays de la taille d'un département ? Ce matin, un camion a déversé, place des Martyrs, quelques bandes géantes de tôle perforée vaguement brunâtre. Des ouvriers ont entrepris de souder les plaques. Le montage a été effectué à la grue. Plus la forme montait, plus on se sentait misérable. Ce sapin de Noël, le même cône sans esprit qu'on appose d'année en année à la mosquée al-Amine pour souligner lourdement la convivialité islamo-chrétienne, est la chose la plus hideuse et la plus triste que l'on puisse imaginer.

Ce sapin-là, précisément, n'est pas un sapin mais un symptôme. Sa présence machinale et sans charme indique bien que le cœur n'est pas à la fête et que la ville n'a aucune intention de se mettre en frais « par les temps qui courent ». C'est pourtant précisément dans ces circonstances incertaines qu'il serait bon de réinventer la joie.

À la une

Retour à la page "Impression"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Zaarour Beatriz

Car aux âmes bien nées, la valeur ne devrait pas attendre le nombre des années!
Et les ainés si avancés en âge, devraient se permettre par dignité ou honte, de se retirer une fois pour toutes avant leur rappel à Dieu... Seule les jeunes de bonne foi pourraient sortir ce pauvre pays du gouffre????. Quelle tristesse????
En plus, vous excellez, chère Fifi, dans vos descriptions!! Quel plaisir de vous lire! Un grand Merci!

Wlek Sanferlou

Très bel article surtout par sa sincérité! Merci.

gaby sioufi

Loin de leurs mentalités sclérosées, cette jeunesse incarne à elle seule l'identité de ce pays et la certitude de son avenir.

ce qui n'est pas dit ici est que cette meme jeunesse saluee dans cet article est ELLE composee de plusieurs- au moins 2 - a l'image des aines......
situation sombre ? par ce que ...... ELLE EST QUOI ? rouge et verte , aux couleurs de Noel ?

Hitti arlette

Votre imagination galopante nous donne une image bien sombre de la situation . C'est pas gentil d'autant plus qu 'on se prépare à fêter la nativité avec un peu plus d'optimisme que les années précédente . Plizzzzz ne faites l'oiseau de mauvais augure .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué