X

Liban

Le conseil stratégique de l’USJ tient sa réunion à Paris

Francophonie

Les contacts des responsables universitaires comprendront l'Élysée, le Sénat, les ministères de l'Enseignement supérieur et des Affaires étrangères, ainsi que l'Unesco.

Fady NOUN | OLJ
30/11/2017

Le conseil stratégique de l'USJ, un organe consultatif de soutien à l'université composé d'un nombre restreint de personnalités libanaises, françaises et francophones, se tient cette année à Paris, où le recteur de l'USJ et les vice-doyens membres du conseil restreint de l'université se rendront jeudi et vendredi. Quelle en est donc la raison et la plus-value ? Le recteur de l'USJ, le Pr Salim Daccache s.j., souligne pour L'Orient-Le Jour les enjeux de ce déplacement.

« À travers cette réunion, explique le Pr Daccache, l'université cherche à entrer en contact direct avec ses partenaires français. La réunion du conseil stratégique, en tant que telle, prendra quelques heures. C'est ce qui va se passer autour qui va compter. C'est ainsi que nous aurons une bonne journée pour des contacts qui vont toucher l'Élysée, le Sénat, les ministères de l'Enseignement supérieur et des Affaires étrangères, et l'Unesco, où nous prenons part à une conférence sur le numérique. En fait, je dirais que cette démarche amicale est normale et qu'on a même tardé à la faire. »

« Nous allons vers la France, précise le recteur de l'USJ. Généralement, nous les accueillons, mais cette fois, nous allons vers nos partenaires. Je pense aussi qu'il y a un autre enjeu à ce déplacement, c'est que 43 ans après l'adoption de la charte de 1975, qui a défini l'identité libanaise de l'université – et qui continue d'être notre boussole aux plans aussi bien libanais que des relations internationales et interculturelles –, il était bon de faire le point, d'imaginer l'Université Saint-Joseph des décennies à venir. Ce sera donc un moment de réflexion sur notre vie universitaire sur laquelle, d'ailleurs, se penchera aussi le conseil stratégique. Nous établirons donc un état des lieux et tracerons des perspectives d'avenir avec nos partenaires français. À l'occasion, ce sera aussi une manière de les remercier pour les innombrables services que la France – laïque, Dieu merci – rend à l'université. »

 

Mobiliser les anciens
« Par ailleurs, ajoute le recteur, le voyage aura une dimension proprement universitaire. Il s'agira de renouer le contact avec les anciens, qui forment une communauté d'au-delà de 1 500 à 2 000 personnes, mais qui, à la limite, n'existe pas encore comme communauté. On aimerait qu'elle se mobilise et devienne consciente qu'elle existe par les valeurs et les compétences acquises à l'USJ. »

« Je pense en effet que si une université existe par ses étudiants et sa communauté enseignante, enchaîne le recteur de l'USJ, elle existe tout autant par ses anciens, comme au-delà d'elle-même, au-delà de ses frontières. Il y a là une immense vitalité non seulement pour l'université, mais aussi pour la francophonie. Car la francophonie, ce ne sont pas seulement les cours que nous donnons au Liban, mais aussi ces milliers d'anciens qui sont engagés dans la vie professionnelle et sont éparpillés ici et là, et souvent à des postes importants. Il y a là une intuition à approfondir. Il faut que l'université joue dans ce domaine son rôle de vecteur, mais aussi de levier. Et pour que ce soit possible, une université francophone comme la nôtre a besoin d'être appuyée, moralement et matériellement. C'est pourquoi nous sortons, cette année, du Liban. »

« Certes, il ne s'agit pas de répéter l'histoire ni de reproduire les temps de la fondation. Nous avons notre identité culturelle libanaise, nous sommes une université libanaise, francophone, à vocation sociale, et nous continuons à privilégier ces dimensions. Mais à travers notre identité, notre ouverture culturelle à la francophonie, nous voudrions continuer à réfléchir, avec les Français, sur les meilleurs moyens d'appuyer, dans cet espace du Proche-Orient, la langue française, qui souffre d'un rétrécissement de son espace. »
« Certes, l'OIF et l'AUF s'y mettent aussi, conclut le recteur. Mais, de notre point de vue, si la France investit au niveau de l'enseignement public – et nous ne sommes pas contre –, il faut qu'elle sache que la vitalité n'est dans le public qu'en partie. C'est le privé qui est le lieu de la vitalité véritable et qui, à notre avis, a une mission publique dans le monde francophone, qu'il remplit depuis bien longtemps et qu'il doit pourvoir continuer à remplir. »

 

Conseil stratégique

Créé en mai 1998, le conseil stratégique de l'USJ est un organe consultatif de soutien à l'université, de mise en relation avec les entreprises, d'aide à l'extension méditerranéenne et régionale et de contribution au rayonnement de la francophonie. Présidé par le recteur de l'USJ, le conseil stratégique est composé d'un nombre restreint de personnalités libanaises, françaises et francophones. Le conseil se réunit au moins deux fois par an. Chaque réunion est précédée ou suivie d'une conférence portant sur un des problèmes cruciaux du Liban ou de la région et prononcée par une personnalité compétente invitée par le recteur.

 

Lire aussi

Dîner annuel de l’Association des anciens de l’USJ

Les droits de l’homme à l’honneur à l’USJ

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wakim Marie Therese

Excellente initiative et approche.
Merci

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué