Liban

Démission de Hariri : le sursis va-t-il s’éterniser ?

La situation
Fady NOUN | OLJ
25/11/2017

Dans quel sens le sursis accordé au gouvernement par le Premier ministre Hariri, à la demande du chef de l'État, va-t-il évoluer ? Ce sursis va-t-il se transformer en attentisme ? La question est sur toutes les lèvres, et l'impatience grandit.

Dans les hautes sphères de l'État, on assure que l'attente, quoique indéfinie, ne s'éternisera pas et qu'un Conseil des ministres ne devrait pas tarder à se tenir. Ces milieux jugent difficile, mais pas impossible, qu'il se tienne la semaine prochaine, et le situent plus volontiers dans les deux semaines qui viennent.
En tout état de cause, le Premier ministre, recevant jeudi soir les muftis du Liban, a affirmé au mufti de Tripoli Malek Chaar que « la décision de surseoir à la démission est limitée dans le temps ». Ces propos ne signifient pas, toutefois, que la démission aura lieu, mais que la période d'incertitude ne saurait durer, et qu'une décision sera prise dans les semaines qui viennent.

À quoi tient cette décision ? Aux concertations en cours, loin des regards, entre les diverses forces politiques présentes, et dont on ne peut que deviner qu'elles engagent les principaux acteurs politiques. Certes, le chef de l'État s'est dit hostile à une conférence de dialogue classique, qui engagerait toutes les forces politiques. C'est une structure trop lourde pour la crise actuelle, pense-t-il. Il lui préfère les concertations bilatérales et multilatérales avec les principales forces concernées, à savoir le Hezbollah et le courant du Futur, puisque c'est leur opposition qui a provoqué la cristallisation de la crise interne.

Peut-on définir une politique de « distanciation » acceptable de tous, un « juste milieu » tel que le souhaite le président de la Chambre ? Ce n'est pas impossible, encore que des accidents de parcours peuvent être quotidiens. Ainsi en est-il de la déclaration du chef des pasdaran iraniens selon laquelle « les armes du Hezbollah ne sont pas négociables ». Une déclaration qui laisse croire que le véritable patron du Hezbollah, ce n'est pas Hassan Nasrallah, mais lui.

 

(Lire aussi : De quoi cette fameuse « distanciation » est-elle le nom ?)

 

Curieusement, presque au même moment, c'est une ingérence de l'autre camp que le Liban doit encaisser, sous la forme d'une déclaration du prince héritier saoudien, Mohammad ben Salman, affirmant au New York Times que « Saad Hariri (...) ne va plus continuer à accorder une couverture politique à un gouvernement essentiellement contrôlé par le Hezbollah, qui à son tour est contrôlé par l'Iran ». Encore une fois, peut-on se demander, est-ce au prince héritier saoudien d'en juger, ou au Premier ministre libanais ?

Autre pierre d'achoppement, la remise au président Bachar el-Assad de ses lettres de créance par le nouvel ambassadeur libanais en Syrie, Saad Zakhia. Cette démarche, entourée de discrétion à Beyrouth, a soulevé les protestations de ceux qui souhaitaient voir le diplomate résider à Beyrouth, et non à Damas. En face, on brandit le principe de la réciprocité pour justifier la nomination de M. Zakhia, et l'on rappelle qu'un ambassadeur de Syrie est toujours en poste à Beyrouth. On rappelle aussi que le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, estime que la lutte pour l'instauration des relations diplomatiques entre le Liban et la Syrie a été suffisamment âpre pour qu'on ne la brade pas aujourd'hui. De la sorte, ajoutent des sources bien informées, les intérêts des Libanais en Syrie seront surveillés de Damas même, par M. Zakhia, qui relèvera enfin de ses fonctions la chargée d'affaires Faraj Berry, qui assurait un intérim après le départ à la retraite du précédent ambassadeur du Liban, Michel Khoury.

Aux impatients, du reste, quelques signaux ont été envoyés hier laissant espérer que les choses rentrent dans l'ordre. Ainsi, la signature par le président des décrets de nominations d'une trentaine d'attachés diplomatiques ; ainsi la circulaire de Saad Hariri recommandant la rationalisation de l'utilisation du courant électrique dans les administrations et la surveillance de l'éclairage public, et annonçant le congé du Maouled, jeudi prochain.

De toute évidence, ni le chef de l'État ni le Premier ministre ne veulent avoir les mains liées par une date fixe pour la relance des institutions. À cette relance, le président de la République substitue pour le moment l'accueil des organismes constitués, et hier du gouverneur de la Banque du Liban, pour rassurer ceux qui s'inquiètent des répercussions de la crise, notamment sur la monnaie nationale. Entre-temps, les appuis de l'Europe et des États-Unis au Premier ministre, ainsi que ceux de la Russie et de l'Égypte, touchée au cœur par un effroyable massacre, continuent d'abonder. Le dernier en date est venu hier du général H.R. McMaster, conseiller à la Sécurité nationale du président américain Donald Trump, qui a apporté dans un appel téléphonique « son attachement à la stabilité du Liban et son appui à ses institutions légitimes ».

 

Lire aussi

Du clair, du net, du précis, l’éditorial de Issa Goraieb

Le choc de la démission de Hariri, positif ou temporaire ?

Les propos de Jaafari qualifiés de « plus grave atteinte à la souveraineté du Liban »

Floué !, le billet d'Anne-Marie el-Hage

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI ON LACHE TROP DE LEST ON SERAIT LACHÉ ! ATTENTION ... DISTANCIATION ! ARMES ILLEGALES EN APPLICATION DE LA 1701 INTEGRALEMENT ! SINON, LA DEMISSION !

Sarkis Serge Tateossian

Le peuple libanais est en sursis. Soit il profite de cette occasion pour remettre de l'ordre dans les affaires de l'État, soit il continue à accompagner...l'État des faits...sans espoir de reconquête du pouvoir, le pouvoir qui appartient au peuple, à l'État libanais.

L'avenir du Liban se joue maintenant.

Henrik Yowakim

Le dernier en date est venu hier du général H.R. McMaster, conseiller à la Sécurité nationale du président américain Donald Trump, qui a apporté dans un appel téléphonique « son attachement à la stabilité du Liban et son appui à ses institutions légitimes

POUR LES AMÉRICAINS LA STABILITÉ DU LIBAN PASSE DONC AVANT SA SOUVERAINETÉ

ET DONC PAR CONSÉQUENT SI LE DÉSARMEMENT DU HEZBOLAH PEUT METTRE EN DANGER CETTE STABILITE MIEUX VAUDRAIT OUBLIER CE DÉSARMEMENT

SURTOUT QUE DEPUIS LA RÉSOLUTION 17O1 LES ARMES DU HEZBOLLAH NE MENACENT AUCUNEMENT ISRAËL LA GRANDE ALLIÉE DES USA

SAUF ÉVIDEMMENT AU NIVEAU RHÉTORIQUE ET DANS LES MEETINGS FOLKLORIQUES

Henrik Yowakim

« Saad Hariri ne va plus continuer à accorder une couverture politique à un gouvernement essentiellement contrôlé par le Hezbollah, qui à son tour est contrôlé par l'Iran ».

CE QUE BENN SALMAN FAIT COMPRENDRE C'EST QUE LES PRÉTENDUS ALLIÉS OU PROTÉGÉS DE L'ARABIE SAOUDITE COMME HARIRI NE PEUVENT PLUS CONTINUER A SE CACHER DERRIÈRE LE MYTHE DE LA STABILITÉ OU DE L'INTÉRÊT SUPÉRIEUR DU LIBAN

POUR CAUTIONNER LES ACTIVITÉS CRIMINELLES DU HEZBOLLAH DANS LES PAYS ARABES

Antoine Sabbagha

Le Liban petit pays on finit vite par oublier et reprendre normalement le train de vie .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DISTANCIATION ! 1701 ! DESARMEMENT DE LA MILICE DES PASDARANS !

Ma Fi Metlo

Cet article feint d'ignorer qui est véritablement en sursis.

Assad Fakhouri

“La victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline.”
de John Fitzgerald Kennedy
Extrait de Conférence de presse du 21 avril 1961

Yves Prevost

"Une déclaration qui laisse croire que le véritable patron du Hezbollah, ce n'est pas Hassan Nasrallah, mais lui".
L'expression "qui laisse croire" est mal choisie. Il allait écrire "qui confirme".

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

La double peine des Syriennes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.