Rechercher
Rechercher

À La Une - Anniversaire de l'Indépendance du Liban

La stabilité, l'indépendance et la souveraineté du Liban au cœur des vœux des dirigeants étrangers

Lors de la parade militaire organisée dans le centre-ville de Beyrouth marquant le 74e anniversaire, mercredi, de l'indépendance du Liban. REUTERS/Mohamed Azakir

Alors que le Liban est au centre d'une nouvelle saga lancée avec la démission surprise, annoncée depuis Riyad le 4 novembre dernier, de Saad Hariri, qui a suspendu ladite démission mercredi, à l'occasion des cérémonies marquant l'anniversaire de l'Indépendance du Liban, plusieurs dirigeants étrangers ont adressé leurs bons voeux au pays du Cèdre, insistant sur l'indispensable préservation de sa stabilité.

A l'occasion du 74e anniversaire de l'Indépendance du Liban, le chef de la diplomatie américaine a offert, "au nom du peuple américain", ses "plus chaleureuses félicitations" au pays du Cèdre. "Les Etats-unis veulent renforcer l'amitié et la coopération avec le Liban dans le cadre de nos efforts pour la réussite d'objectifs communs, et pour l'avancement de la souveraineté, de la stabilité et de l'indépendance du Liban", a déclaré le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, dans un communiqué publié sur le site du Département d'Etat. "Nous réaffirmons notre soutien aux institutions étatiques libanaises et soulignons notre partenariat face aux défis régionaux, et surtout dans le cadre de la lutte contre le terrorisme". L'engagement américain auprès du peuple libanais "restera fort", a encore souligné M. Tillerson.

"Le Liban est un partenaire fort des Etats-Unis dans la lutte face à la menace du terrorisme et de l'extrémisme violent", avait indiqué, dès mardi, le président Donald Trump dans un message au président Aoun, affirmant que son pays "se tient résolument aux côtés du Liban et continuera à soutenir les efforts de ce pays pour préserver sa stabilité, son indépendance et sa souveraineté". Le président américain s'est en outre félicité des relations "culturelles, familiales, politiques et économiques entre (les deux) peuples et (les deux) pays".

 

 

Dans un message posté sur Twitter, l'ambassade américaine au Liban a, elle, réaffirmé son "fort soutien à l'indépendance, à la souveraineté et à la stabilité libanaises".

Plusieurs diplomates et chancelleries ont twitté en direct les célébrations officielles, à l'instar de l'ambassade britannique qui a notamment salué, dans un message, le contingent féminin des FSI.

 

 

 

L'ambassadeur Hugo Shorter a également retransmis les bons voeux de la reine Elizabeth au Liban à l'occasion de l'anniversaire de son indépendance :

 

 

 

 L'ambassadeur de France, Bruno Foucher, a lui aussi, twitté la cérémonie.

 

 

Sur son compte Twitter en arabe, le Quai d'Orsay a souhaité au Liban une joyeuse fête de l'Indépendance aux Libanais en présence de Saad Hariri. "Nous resterons prêts à soutenir la stabilité et la souveraineté de ce pays ami", indique également ce tweet.

 

 

Dans un communiqué publié mardi, l'Elysée avait indiqué que le président Macron avait dit au président iranien, Hassan Rohani, et au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, la nécessité à ses yeux de "préserver la stabilité et la souveraineté du Liban". Lors de ces entretiens téléphoniques, il a également "souligné l'importance pour les pays de la région de travailler collectivement à une baisse des tensions", selon le communiqué de l'Elysée.

Quant à l'Union européenne, elle a souligné son engagement pour la paix, l'unité et la prospérité du Liban, via le compte Twitter de la délégation européenne au Liban.

 

 

 

Dès mardi, le chef de l'Etat, Michel Aoun, avait reçu plusieurs messages de vœux et de soutien de ses homologues étrangers.
Le président syrien, Bachar el-Assad, avait ainsi affirmé son souci de "renforcer les liens fraternels entre les deux pays frères, dans l'intérêt (des) deux peuples et de la nation arabe". Quant au roi Salmane, il a souhaité au chef de l'Etat "santé et bonheur", et au peuple libanais, "progrès et prospérité".
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan a, quant à lui, formulé le vœu que "la paix et la stabilité se renforcent" sous le mandat du président Aoun, souhaitant "davantage de coopération dans tous les domaines, fondée sur l'amitié et la fraternité qui lient (les) deux peuples". Les rapports fraternels, le président tunisien s'en est également félicité, évoquant "les relations privilégiées de coopération qui unissent la Tunisie et le Liban".

 

 

Lire aussi

Contacts intensifs de Macron en faveur de la stabilité au Liban

Le Quai d'Orsay condamne les activités militaires du Hezbollah, pas le parti


Alors que le Liban est au centre d'une nouvelle saga lancée avec la démission surprise, annoncée depuis Riyad le 4 novembre dernier, de Saad Hariri, qui a suspendu ladite démission mercredi, à l'occasion des cérémonies marquant l'anniversaire de l'Indépendance du Liban, plusieurs dirigeants étrangers ont adressé leurs bons voeux au pays du Cèdre, insistant sur l'indispensable...

commentaires (3)

vous ne vous rendez pas compte n'est ce pas que l'iran en tire profit a 100% , que le hezb n'en est que plus puissant que le hezb n'en est que plus omnipresent POURQUOI ? parce que justement , tout comme l'iran et le hezb- tt le monde TIENT a la stabilite du Liban . conclusion a en tirer : l'iran pourra poursuivre sa politique dominatrice en paix. non je n'oublie pas que quelqu'un DEVRA payer un prix . PAS DIFFICILE A DEVINER QUI !

Gaby SIOUFI

10 h 51, le 23 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • vous ne vous rendez pas compte n'est ce pas que l'iran en tire profit a 100% , que le hezb n'en est que plus puissant que le hezb n'en est que plus omnipresent POURQUOI ? parce que justement , tout comme l'iran et le hezb- tt le monde TIENT a la stabilite du Liban . conclusion a en tirer : l'iran pourra poursuivre sa politique dominatrice en paix. non je n'oublie pas que quelqu'un DEVRA payer un prix . PAS DIFFICILE A DEVINER QUI !

    Gaby SIOUFI

    10 h 51, le 23 novembre 2017

  • INCHALLAH ET DANS LES COEURS DES NOTRES...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    17 h 04, le 22 novembre 2017

  • Tout cela est bien agréable, faudra seulement qu'une partie de "nos responsables libanais" réalisent enfin que c'est eux et personne d'autre qui peuvent assurer l'indépendance complète du Liban ! Et que ceux qui les achètent le font toujours pour leur propre profit, jamais pour celui du Liban ! La preuve: la crise que vient de traverser notre pays. Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 04, le 22 novembre 2017

Retour en haut