X

Liban

Israël vs Hezbollah : qui mettra le feu aux poudres ?

Éclairage
18/11/2017

L'ennemi de mon ennemi est mon ami. Jamais auparavant tel adage n'aura été aussi justifié depuis le rapprochement, encore en gestation, entre l'Arabie saoudite et Israël. Même si ce dernier, selon de nombreux experts, ne serait pas prêt à faire la guerre pour les Saoudiens.

Partageant un ennemi commun, l'Iran, Riyad et Tel-Aviv, qui n'ont pas de relations diplomatiques, voient leurs intérêts géostratégiques converger depuis que la « menace iranienne » dans la région est devenue, à leurs yeux, réelle et inquiétante. Ainsi, jeudi, Israël s'est dit prêt à coopérer et à échanger des renseignements avec l'Arabie saoudite, « pour faire face à l'Iran », comme l'a déclaré le chef d'état-major israélien Gadi Eisenkot dans un rare entretien avec le site d'information Elaph, un média arabe indépendant, fondé par un homme d'affaires saoudien et basé en Grande-Bretagne.

Depuis le cataclysme provoqué par la démission de Saad Hariri depuis Riyad, le 4 novembre, précédée par des déclarations en flèche et des menaces proférées par le ministre d'État saoudien pour les Affaires du Golfe, Thamer al-Sabhane, contre le Hezbollah et son parrain iranien, une question taraude les esprits : comment l'Arabie saoudite envisage-t-elle de mettre ses menaces à exécution ? Les yeux sont aujourd'hui rivés sur Israël, le seul pays susceptible de « couper les ailes » du parti chiite, du fait de sa puissance militaire et de sa longue expérience avec un adversaire de la taille du Hezbollah.

 

(Lire aussi : Israël poursuit son forcing pour se rapprocher de l’Arabie saoudite contre l’Iran)

 

Il reste à voir si le nouveau rapprochement – aussi récent que circonstanciel – entre l'État Hébreu et le royaume wahhabite pourra effectivement se concrétiser dans une guerre par procuration que Tel-Aviv dit n'être pas disposé à mener. Israël « n'a aucune intention de lancer une offensive contre le Hezbollah au Liban », a pris soin de préciser le général Eisenkot. « Mais nous ne pouvons pas accepter les menaces stratégiques venues de là-bas », a-t-il sitôt ajouté. De son côté, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a également laissé entendre qu'il n'initierait pas une attaque contre l'État hébreu, mais qu'il réagirait violemment à toute agression contre le Liban. Quant au ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, il a indiqué, il y a deux jours, que l'Arabie saoudite consulte actuellement ses alliés afin d'identifier la manière de mettre un frein ou un terme à la domination du Hezbollah au Liban. « Nous prendrons une décision quand le moment viendra », a-t-il dit.

Autant de déclarations de part et d'autre qui laissent croire pour l'instant à une simple guerre psychologique. Le risque de dérapage n'est toutefois pas à exclure, même si nombreux sont les analystes qui n'y croient pas. Selon un stratège militaire libanais qui a requis l'anonymat, « rien n'indique à ce jour que les adversaires de l'Iran sont prêts à une offensive au Liban ». « Or, dans ce genre de situation, personne ne sait qu'est-ce qui pourrait mettre le feu aux poudres », a-t-il commenté pour L'Orient-Le Jour, dans une allusion à la guerre déclenchée en 2006 par Israël, suite à l'enlèvement de trois soldats israéliens par le Hezbollah à la frontière. À l'époque, Hassan Nasrallah avait lui-même reconnu « avoir été surpris par la réaction de Tel-Aviv », soulignant que s'il l'avait su, il aurait revu ses comptes.

 

(Lire aussi : Israël va-t-il s'inviter dans la danse de mort régionale ?)

 

« C'en était trop »
L'axe formé par les États-Unis et l'Arabie saoudite, consolidé par ailleurs par une alliance objective avec l'État hébreu, ne cache plus ses objectifs, à commencer par la lutte contre l'expansionnisme iranien, pour en finir avec ce qu'ils considèrent être « une autre forme de terrorisme », incarnée par Téhéran.
Selon un ancien officier de l'armée, l'administration US « a décidé de prendre le risque d'une déstabilisation du Liban pour contrer l'Iran et le Hezbollah ». Pour atteindre son but, le président américain Donald Trump, qui a claironné son intention d'éradiquer le terrorisme dans ses deux représentations, sunnite et chiite (l'État islamique et le Hezbollah, qu'il a mis sur un pied d'égalité), a tablé sur une stratégie en trois volets : politique, financier et militaire. « La démission-surprise de Saad Hariri le 4 novembre était l'un des épisodes du volet politique », souligne-t-il. Quant au volet financier, ce sont les États-Unis qui s'en sont chargés en adoptant de nouvelles sanctions contre le Hezbollah, par le biais de la loi intitulée Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act of 2017 (HIFPA 2017). Il reste à voir comment se manifestera le volet militaire.
Car par-delà la mise en scène de l'épisode de cette démission et du feuilleton énigmatique qui l'a entouré, c'est en définitive le fond et la portée du message envoyé par Saad Hariri ce jour-là, depuis la capitale saoudienne, qui sont à retenir : à savoir que le retour à la situation ante est désormais impossible, Riyad et Washington étant déterminés à en découdre avec l'Iran et son bras armé, le Hezbollah.

L'administration américaine et le nouveau régime saoudien ont fait savoir à plus d'une reprise qu'il était temps que la distanciation proclamée mais jamais appliquée au Liban devienne une réalité.
« Pour ces deux alliés, il s'agit de remettre le navire entre deux eaux, c'est-à-dire d'extirper le Liban de la crise régionale », commente le stratège militaire. Ce dernier souligne que la politique de non-ingérence officiellement proclamée au début du sexennat « a fini par mettre l'État à la remorque du Hezbollah empêtré dans son périple militaire dans la région et de tous ceux qui le soutiennent et lui confèrent une légitimité, entraînant ainsi tout le pays dans la guerre des axes ».

Pour cet expert, la visite du ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Velayati, à Beyrouth le 3 novembre et ses déclarations « avancées » signifiant que le Liban est désormais dans l'orbite iranienne ont été la goutte qui a fait déborder le vase. « Pour Trump et pour l'Arabie saoudite, c'en était trop. »

 

Lire aussi

L'autoroute chiite sera-t-elle brisée, et, si oui, par qui ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES NAIFS DU SI JE SAVAIS ?

Fredy Hakim

Israël est désormais une puissance
sunnite????
Curieux tandem "sioniste-wahabite"!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IRONS-NOUS POUR UN NOUVEAU SI JE SAVAIS ?

Gebran Eid

TROIS PAYS DIABOLIQUES ET PAS DEUX.

Henrik Yowakim

Israël vs Hezbollah : qui mettra le feu aux poudres ?

DANS TOUS LES CAS C'EST LE LIBAN QUI PAIERA LE PRIX
ET DU FEU ET DES POUDRES AUX YEUX

CAR ISRAËL ET LE HEZBOLLAH SONT TOUJOURS SORTIS GAGNANTS DE CES GUERRES ARRANGÉES

ISRAËL RECEVANT TOUJOURS PLUS D'AIDES ÉTRANGÈRES ET D'ARMEMENTS SOUS PRÉTEXTE DE FAIRE FACE AU TERRORISME ET AU DANGER IRANIENS

ET LE HEZBOLLAH RENFORÇANT TOUJOURS PLUS SON EMPRISE TERRORISTE ET TOTALITAIRE SUR LE LIBAN SOUS PRÉTEXTE DE LE PROTÉGER DU DANGER ISRAÉLIEN

ISRAEL @ HEZBOLLAH MÊME COMBAT :FOUTRE LA MERDE AU LIBAN ET L'EMPÊCHER DE SE RELEVER ET DE PROSPERER

Fredy Hakim

Pauvre Israel qui ne sait plus comment faire pour gagner au Liban! Peut-être quelques conseils saoudiens ou de Geagea aideront Netanyahu...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

J,AI A MAINTES REPRISES DIT QU,IL FAUT SAVOIR LES DETAILS DE CE QUE VELAYATI A DIT A HARIRI POUR POUSSER CE DERNIER A QUITTER DANS LES HEURES QUI SUIVIRENT ET A DEMISSIONNER !

Saliba Nouhad

En effet, le volet militaire n’est plus du domaine de l’improbable, mais plutôt du quand il aura lieu!
Pour sûr qu’on va travailler les volets politiques et économiques déjà enclenchés en les poussant à l’extrême et entraînant les iraniens via le Hezbollah à l’erreur stratégique qui ne pourrait aboutir qu’au déclenchement des hostilités militaires financées par les Saoudiens et les E-U...
La balle est dans le camp du Hezbollah: mais HN a démontré qu’il pouvait être un fin renard et stratège pour ne pas tomber dans ce piège et tourner parfois ces situations à son avantage s’il ne veut pas la destruction du Liban!
À moins que je me trompe grossièrement...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.