Rechercher
Rechercher

Diplomatie

Bassil : Certains Libanais sont impliqués dans la démission de Hariri

Depuis Moscou, le ministre libanais des Affaires étrangères dénonce "une tentative d'instaurer le chaos dans la région".

Le chef de la diplomatie libanaise, Gebran Bassil, le 16 novembre 2017 à Ankara. Photo AFP / ADEM ALTAN

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, en visite vendredi à Moscou pour s'entretenir avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, au sujet de la crise à laquelle fait face le Liban depuis la démission de son Premier ministre, Saad Hariri, a affirmé que "certains Libanais sont impliqués" dans cette crise dans le but de "déloger le chef de l’État libanais", Michel Aoun. Il a également dénoncé une "tentative d'instaurer le chaos" au Moyen-Orient.

"Il y a une tentative de semer le chaos dans la région, et ce à quoi fait face le Liban aujourd'hui en est une preuve", a prévenu M. Bassil, dans des propos à la chaîne télévisée russe Russia Today. "Ce qui se passe au Liban relève de la sécurité internationale, nous n'exagérons pas en disant cela, et plusieurs chefs de diplomatie que j'ai rencontrés m'ont dit que la stabilité du Liban est un intérêt stratégique pour l'Europe ", a-t-il ajouté. "Toute atteinte à la stabilité du Liban aura des répercussion sur la stabilité de l'Europe".

Saad Hariri avait annoncé sa démission depuis Riyad, le 4 novembre, et n'est plus retourné au Liban depuis. Il devrait quitter la capitale saoudienne pour Paris vendredi soir, à l'initiative du président français Emmanuel Macron, puis rejoindre Beyrouth dans quelques jours pour, selon divers milieux, présenter officiellement sa démission. L'initiative française pour débloquer ainsi la crise est intervenue après que Michel Aoun ait haussé le ton contre l'Arabie saoudite, affirmant que le Liban considérait M. Hariri "en captivité et détenu" à Riyad. La démission de M. Hariri a provoqué une crise aiguë au Liban, où la classe politique réclame unanimement son retour, mais reste divisée entre partisans et détracteurs de l'Arabie saoudite.

 

(Lire aussi : Désescalade, dans la perspective d'une arrivée de Hariri en France)

 

"Acculés à nous défendre"
"Si le Premier ministre libanais a commis des erreurs, c'est au peuple libanais de le juger et de le remplacer, cela ne doit pas se faire à l'étranger", a insisté M. Bassil. Il a ensuite révélé que "certains Libanais sont impliqués dans ce qui arrive aujourd'hui". Le chef de la diplomatie a ainsi accusé certaines parties qu'il n'a pas nommées de chercher à "déloger le chef de l’État libanais", élu avec le soutien actif du Hezbollah, qui a des ministres au gouvernement, dans le cadre d'un compromis politique qui avait conduit Saad Hariri à la présidence du Conseil.

"Le but est de porter atteinte à la stabilité du Liban. Ce genre de tentatives a eu lieu par le passé et pourrait se reproduire", a-t-il prévenu.

Gebran Bassil a ensuite insisté sur la volonté du Liban "de garder des liens fraternels avec l'Arabie saoudite" et son refus de s'ingérer dans les affaires internes du royaume. "Mais si nous sommes acculés à nous défendre, nous le ferons", a prévenu le ministre des Affaires étrangères.



"Tentative d'intimidation"
Gebran Bassil a plus tard dans la journée rencontré Sergueï Lavrov, une rencontre qui conclut sa tournée européenne entamée mardi. A l'issue de la réunion, M. Lavrov a affirmé que Moscou est "concerné par le rétablissement de la sécurité au Liban et par le bon fonctionnement de ses institutions gouvernementales".

"Le Liban est victime d'une tentative d'intimidation visant à le détourner du chemin positif qu'il avait emprunté dernièrement", a de son côté estimé M. Bassil. Il a souligné que "le pays est victime de tentatives d'affaiblir les points forts qui lui avaient permis de faire face au terrorisme". Et d'insister : "L'affaire (la crise gouvernementale, ndlr) est liée à la stabilité au Liban et dans la région".

"Nous réclamons le retour de Saad Hariri au Liban sans la moindre restriction afin qu'il puisse prendre la décision qu'il souhaite depuis Beyrouth", a encore déclaré M. Bassil. "La stabilité du Liban, qui constitue l'une de nos priorités absolues, est bâtie sur l'unité nationale, même si cela impliquait de neutraliser les Libanais qui tenteraient d'y porter atteinte", a-t-il ajouté. "Je m'attends à ce que M. Hariri rentre au Liban vendredi prochain", a également annoncé M. Bassil. "S'il rentre au Liban libre, nous aurons clos un chapitre de cette crise, et le Liban aura prouvé devant tous les pays du monde qu'il est souverain".

Dans une interview accordée à la télévision turque et diffusée dans la journée, M. Bassil a déclaré que la question des armes du Hezbollah était "une question interne qui se règle par le dialogue national". M. Hariri avait annoncé sa démission, en invoquant la "mainmise" du Hezbollah soutenu par l'Iran sur la vie politique au Liban et des craintes pour sa vie.

M. Bassil effectuait depuis plusieurs jours une tournée des capitales européennes à la lumière de cette crise gouvernementale. M. Bassil était jeudi en Allemagne où il s'est entretenu avec son homologue allemand, Sigmar Gabriel, avant de s'envoler pour la Turquie où il a été reçu par le président Recep Tayyip Erdogan. Il avait entamé sa tournée mardi à Paris où il a été reçu par Emmanuel Macron. Mercredi, le chef de la diplomatie libanaise s'était entretenu avec ses homologues italien, Angelino Alfano, et britannique, Boris Johnson.

 

Lire aussi

Hariri demain à Paris, le début d'un processus qui devra être consolidé

Aoun : La crise est en voie de dénouement

Riyad cherche à faire condamner le Hezbollah

Bassil : Un règlement est nécessaire pour éviter une escalade diplomatique

Bou Saab tente d'adoucir l'effet des déclarations de Aoun

Deriane appelle à préserver les relations avec l'Arabie saoudite


Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, en visite vendredi à Moscou pour s'entretenir avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, au sujet de la crise à laquelle fait face le Liban depuis la démission de son Premier ministre, Saad Hariri, a affirmé que "certains Libanais sont impliqués" dans cette crise dans le but de "déloger le chef de l’État libanais", Michel...

commentaires (10)

Heureusement que le ridicule ne tue pas! Voila une semaine que le grand Bassil est en vadrouille pour se reunir avec les grands de ce monde. Pourquoi tant de gesticulations? Pour montrer qu'il fait qq chose? Mais il aurait pu aussi convoquer les Ambassadeurs a Beyrouth et leur faire passer son message. Non, il veut faire croire aux libanais que en fait si Hariri qui l'Arabie c'est bien grace alui et a son BeauPere. Quelle rigolade quelle betise....

IMB a SPO

17 h 43, le 17 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Heureusement que le ridicule ne tue pas! Voila une semaine que le grand Bassil est en vadrouille pour se reunir avec les grands de ce monde. Pourquoi tant de gesticulations? Pour montrer qu'il fait qq chose? Mais il aurait pu aussi convoquer les Ambassadeurs a Beyrouth et leur faire passer son message. Non, il veut faire croire aux libanais que en fait si Hariri qui l'Arabie c'est bien grace alui et a son BeauPere. Quelle rigolade quelle betise....

    IMB a SPO

    17 h 43, le 17 novembre 2017

  • "...les armes du Hezbollah sont une question interne qui se règle par le dialogue national..." Ah oui, Monsieur Gebran BASSIL ? Combien de séances de dialogue national ont déjà été tenues et avec quels résultats ? Le Hezbollah se vante à qui veut l'écouter du nombre de ses missiles installés où...?...ici au Liban ! Et cela continue...pourquoi faire au juste ? Soi-disant pour "résister" à Israël... Allez, Monsieur Gebran BASSIL, cessez de prendre les Libanais et ceux que vous rencontrez lors de vos voyages pour des demeurés ! Irènen Saïd

    Irene Said

    17 h 06, le 17 novembre 2017

  • Il se mêle de tout ! Il connait tout ! le superman de la diplomatie ! Et son beau père accepte ce comportement ????? Ils sont encore excités par la démission de Hariri Silence radio , par contre, du côté de HN, le pourfendeur des saouds !!!! quand fait-il son métier de ministre des AE , Hariri a bien de démissioner et de sortir de ce panier à crabe

    FAKHOURI

    16 h 30, le 17 novembre 2017

  • ILS SONT DIVINEMENT VOS AMIS ET PARTENAIRES ! HARIRI LES A NOMMÉ !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 27, le 17 novembre 2017

  • mais bien entendu tu dis vrai gebran . ces libanais que tu accuses tu les connais tous . nasrallah, psns,baath,toi-meme , wiaam, et la liste est un peu plus longue.

    gaby sioufi

    16 h 19, le 17 novembre 2017

  • Mercredi, le chef de la diplomatie libanaise s'était entretenu avec ses homologues italien, Angelino Alfano, et britannique, Boris Johnson DOMMAGE QUE LA REINE ELIZABBETH AIT RATÉ L'OCCASION HISTORIQUE DE RENCONTRER CE METTERNICH DU MOYEN ORIENT COMME L'ONT FAIT BIZARREMENT LE MARCHEUR MACRON ET LE SULTAN NEOOTTOMAN ERDOGAN

    Henrik Yowakim

    15 h 35, le 17 novembre 2017

  • Bassil : Certains Libanais sont impliqués dans la démission de Hariri ET CERTAINS BAAASSYRIENS SONT IMPLIQUÉS DANS TES DÉCISIONS ET LES DÉCLARATIONS DE TON BO PÈRE DE TOUS LES LIBANAIS?????

    Henrik Yowakim

    15 h 25, le 17 novembre 2017

  • sans blague des libanais responsables de la démission ? Vous les connaissez bien vous les fréquentez! cherchez bien c'est facile à trouver

    yves kerlidou

    15 h 17, le 17 novembre 2017

  • "La menace vient des grands comme la Russie, la Chine et l'Iran... Ce n'est pas fini en Syrie, cela va reprendre au Liban". Qui écrit cela ? Jean Daniel, fondateur de L'OBS (Le Nouvel Observateur) dans le numéro du 16/11/2017.

    Honneur et Patrie

    15 h 06, le 17 novembre 2017

  • J’aime bien qusnd les gens pensent que c’est Grâce a eux que hariri pourra quitter l’arabie Saoudite pour Paris

    Bery tus

    14 h 42, le 17 novembre 2017