Rechercher
Rechercher

iran-arabie saoudite

Rohani dénonce "l'ingérence flagrante" de Riyad au Liban

"Ce comportement tend à montrer que les gens qui dirigent ce pays (l'Arabie saoudite, ndlr) sont immatures", martèle le président iranien.

Le président iranien, Hassan Rohani, a dénoncé mercredi ce qu'il a qualifié d'ingérences saoudiennes dans les affaires internes libanaises. Photo d'archives/AFP

Le président iranien, Hassan Rohani, a dénoncé mercredi ce qu'il a qualifié d'ingérences saoudiennes dans les affaires internes libanaises, plus de dix jours après la démission du Premier ministre libanais, Saad Hariri. Ce dernier avait créé la surprise le 4 novembre en annonçant sa démission soudaine depuis la capitale saoudienne, dénonçant la "mainmise" de l'Iran et de son allié libanais, le Hezbollah, sur le Liban.

"Une ingérence aussi flagrante dans un pays comme le Liban, en poussant son Premier ministre à démissionner, est sans précédent", a déclaré M. Rohani, s'adressant au gouvernement iranien.
"Il est choquant qu'un pays musulman demande à Israël de bombarder le Liban", a-il également déclaré en référence à certaines informations faisant état d'un rapprochement entre l'Arabie saoudite et Israël. "Ce comportement tend à montrer que les gens qui dirigent ce pays (l'Arabie saoudite, ndlr) sont immatures", a-t-il ajouté.

Téhéran et Riyad ont rompu leurs relations diplomatiques en janvier 2016 après le saccage de l'ambassade saoudienne à Téhéran lors d'une manifestation de colère contre l'exécution d'un dignitaire religieux chiite en Arabie saoudite. Les deux pays, gros producteurs d'hydrocarbures, soutiennent des camps opposés dans les principaux conflits au Moyen-Orient (Syrie, Yémen, Irak) et s'opposent aussi sur la situation au Liban et à Bahreïn. 

Dans ce contexte, la démission de M. Hariri a très rapidement été perçue comme un nouveau bras de fer entre Riyad et Téhéran. Le chef du gouvernement démissionnaire, protégé de Riyad, a plusieurs fois dénoncé les ingérences de l'Iran et du Hezbollah dans les conflits qui ravagent le Moyen-Orient, notamment en Syrie et au Yémen. Dimanche, dans une première interview télévisée depuis sa démission, M. Hariri avait évoqué la possibilité de revenir sur sa démission, à condition que le Hezbollah cesse d'intervenir dans les conflits régionaux.

Mercredi, le chef de l'Etat libanais, Michel Aoun, a durci le ton en accusant l'Arabie saoudite de détenir Saad Hariri, qualifiant cette détention d'"acte d'agression" contre le Liban.

 

(Lire aussi : Téhéran espère que Hariri restera Premier ministre)

 

"Commettre des crimes, sans regrets"
Le président iranien a par ailleurs dénoncé l'intervention saoudienne, à la tête de la coalition militaire arabe, au Yémen, où les forces saoudiennes luttent depuis mars 2015 contre les rebelles chiites houthis, soutenus par Téhéran. "Celui qui se qualifie de 'Gardiens des deux Mosquées' continue de commettre des crimes contre le peuple yéménite et ce sans états d'âme".

Depuis le tir d'un missile balistique des rebelles houthis, début novembre, en direction de l'aéroport de Riyad, l'Arabie saoudite et l'Iran se livrent à une violente passe d'armes au sujet du Yémen.

Le 8 novembre dernier, le président iranien avait déjà adressé une sérieuse mise en garde à Riyad, lui conseillant de ne pas jouer avec le feu. "Si vous pensez que l'Iran n'est pas votre ami et que les États-Unis et le régime sioniste sont vos amis, vous faites une erreur stratégique et de calcul", avait lancé le président iranien, faisant écho à de récents propos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu selon qui la "menace" iranienne contribuait à un rapprochement inédit entre l'Etat hébreu et ses voisins arabes.

 

 

Pour mémoire
Une nouvelle politique saoudienne au Liban

Les Houthis menacent d'étendre le conflit yéménite à l'Arabie et aux Emirats

Israël va-t-il s'inviter dans la danse de mort régionale ?

L’Iran, ou la nostalgie de l’Empire perse


Le président iranien, Hassan Rohani, a dénoncé mercredi ce qu'il a qualifié d'ingérences saoudiennes dans les affaires internes libanaises, plus de dix jours après la démission du Premier ministre libanais, Saad Hariri. Ce dernier avait créé la surprise le 4 novembre en annonçant sa démission soudaine depuis la capitale saoudienne, dénonçant la "mainmise" de l'Iran et de son...

commentaires (6)

L,INGERENCE QUI EST AUSSI LA CAUSE ACCUSE LES AUTRES D,INGERENCE... RIDICULE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

18 h 40, le 15 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • L,INGERENCE QUI EST AUSSI LA CAUSE ACCUSE LES AUTRES D,INGERENCE... RIDICULE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 40, le 15 novembre 2017

  • "Rohani dénonce "l'ingérence flagrante" de Riyad au Liban." Personne n'a jamais entendu l'Arabie saoudite prétendre que le Liban fait partie de sa zone d'influence et que rien ne sera décidé au Liban sans passer par Riyad...

    Honneur et Patrie

    18 h 01, le 15 novembre 2017

  • 3 hommes , en plus de notre Phare Aoun sont à écouter. Vladimir Hassan and Hassan . Tous les autres. .......

    FRIK-A-FRAK

    16 h 36, le 15 novembre 2017

  • et votre fameux discours ou vous disiez haut et fort et au monde entier qu'aucune decision strategique ne pouvez etre prise sans l'accords de l'iran ... ca c'est quoi !!?!

    Bery tus

    16 h 34, le 15 novembre 2017

  • On rêve là!

    Je partage mon avis

    16 h 14, le 15 novembre 2017

  • Mr Rouhani, take it easy et occupez vous de vos affaires pour vous éviter une crise cardiaque. Vos ingérences dans nos affaires sont 1000 fois (Hassan assuré d ailleurs que c est 100mille fois) plus important et flagrant Je l Arabie...

    Wlek Sanferlou

    15 h 49, le 15 novembre 2017