À La Une

Raï à Riyad, une visite historique et hautement symbolique

Liban

Le patriarche a été accueilli par le ministre d'État saoudien pour les Affaires du Golfe, Thamer al-Sabhane, l'ambassadeur sortant du Liban à Riyad, Abdel Sattar Issa, ainsi que le député Farès Souhaid.

13/11/2017

C'est une visite doublement historique que le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, entame en Arabie saoudite. D'abord parce qu'il s'agit de la première visite d'un chef religieux chrétien au royaume wahhabite, depuis sans doute le Prophète, ensuite parce qu'elle intervient dans un contexte local et régional hautement agité et inquiétant.

Le patriarche est arrivé à 18h, heure de Riyad, 17h, heure de Beyrouth. Un accueil officiel lui a été réservé. Mgr Raï a notamment été accueilli par le ministre d'État saoudien pour les Affaires du Golfe, Thamer al-Sabhane, l'ambassadeur sortant du Liban à Riyad, Abdel Sattar Issa, ainsi que le député Farès Souhaid. Il se rendra ensuite à l'ambassade du Liban pour une rencontre avec les Libanais d'Arabie.

Nombreux sont ceux qui soutiennent, non sans regret depuis que la date du voyage patriarcal a été confirmée, que la visite de Mgr Raï - qui s'inscrit dans le prolongement du processus d'ouverture enclenché par le roi Salmane ben Abdel Aziz et le prince héritier Mohammad ben Salmane - a été pratiquement éclipsée par la démission impromptue du Premier ministre Saad Hariri, samedi 4 novembre, et la tornade politique et diplomatique qui lui a succédé. Mais ce serait trop banaliser ses objectifs. Car avant tout, cette visite, de par sa dimension inter-religieuse, transcende les considérations purement locales ou mêmes régionales dans la mesure où ses résultats ne peuvent pas ne pas avoir une résonance internationale au moment où la montée de l'extrémisme et la violence qui y est associée a fortement perturbé les relations christiano-islamiques. Le message libano-saoudien provenant des assises de Riyad, où Mgr Raï est attendu en fin d'après-midi, se veut celui de paix et d'ouverture, une ouverture inhérente au processus de modernisation lancé par le prince héritier.

Le dossier libanais sera bien entendu au cœur des entretiens prévus demain au palais royal, au même titre que celui de la situation dans la région au encore de la paix en Terre Sainte. Il est prématuré de dire avec précision sur quoi les discussions porteront, mais ce qui est presque sûr c'est qu'il ne faudrait pas s'attendre à ce que le patriarcat joue, au sens technique du terme, le rôle de médiateur dans la crise née entre Beyrouth et Riyad, après la démission de Saad Hariri, que le Liban officiel, notamment le camp du 8 Mars, considère comme l'« otage » de l'Arabie saoudite.

 

(Lire aussi : Raï aujourd'hui en Arabie saoudite, « au nom de tous les Libanais »)

 

Dialogue entre le christianisme et l'islam
« La visite du patriarche ne relève pas de la politique interne libanaise », commente à ce sujet l'ancien député Farès Souhaid, qui se trouve également à Riyad, en sa qualité de l'une des personnalités qui avaient contribué à l'organisation du voyage. « Elle vise essentiellement à établir une politique de dialogue entre le christianisme et l'islam dans la mesure où d'un côté, le monde musulman, en crise, accuse les chrétiens de ne pas soutenir ses causes, notamment la cause palestinienne, et de l'autre, les chrétiens, de par la montée du radicalisme, considèrent les musulmans comme une source de tracas », souligne M. Souhaid.

L'importance de la visite, selon les explications fournies par M. Souhaid, réside dans le fait qu'elle imprime une nouvelle politique à même d'impacter positivement la coexistence et la convivialité islamo-chrétiennes dans la région et de contribuer ainsi à combler le fossé que les épouvantables guerres régionales et les agissements des groupuscules extrémistes avaient creusé entre chrétiens et musulmans. « Devant la montée du fondamentalisme et la peur qu'elle a engendrée, les chrétiens du Liban et de la région s'étaient tournés il y a quelques années vers l'Occident, en quête de protection et de garanties. Aujourd'hui, en 2017, c'est le patriarche maronite qui effectue le parcours inverse. A travers sa visite en Arabie saoudite, il montre que les garanties requises par ses coreligionnaires ne peuvent pas provenir de l'Occident, mais d'un dialogue de fond entre l'islam et le christianisme. Les chrétiens d'Orient ne représentent pas une communauté étrangère pour se tourner vers l'Occident. Les chrétiens réalisent désormais que c'est seulement à travers cet espace commun de dialogue qu'il peuvent avoir les garanties souhaitées », explique l'ancien député dont les propos répercutent la stratégie suivie par le patriarcat maronite.

L'une des principales conséquences des assises de Riyad sera ainsi la fondation d'un Centre international permanent de dialogue inter-religieux, au sein duquel les questions conflictuelles seraient discutées et qui véhiculera surtout un message de paix. « En 1919, le patriarche Elias Howayek s'était tourné vers un des architectes internationaux, Georges Clémenceau, pour réclamer le Grand-Liban. Cent ans plus tard, le patriarche Raï se tourne vers un des architectes de la région pour demander la création d'un centre permanent de dialogue inter-religieux. L'Eglise maronite redonne encore une fois sa raison d'être à notre pays », affirme Farès Souhaid.

 

 

Lire aussi

Mortelles distances, l'édito d'Elie Fayad

Un patriarche chez le custode de la Kaaba, l'article d'Antoine Courban

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

REÇU À L'AEROPORT PAR .....ET HARIRI SUREMENT A PRIS L'AVION POUR LES ÉMIRATS COMME IL A FAIT AVEC MACRON.....MON OEIL OUI.

wayzani jamal

Prions mes frères, prions afin que Mgr puisse rencontrer Hariri afin que ce dernier lui confirme qu'il était venu juste visiter la kaaba, juste un voyage touristique et que la lettre de démission il l'a écrite croyant qu'on était le 1 ER avril. Merci mon dieux, c’était un poisson d'avril.

L'Orient-Le Jour

Merci Monsieur pour votre commentaire, l'erreur a été corrigée.
Bien à vous

Sarkis Serge Tateossian

Historique, symbolique, certes ... attendons quelques jours pour voir plus clair ...
Il est regrettable que cette visite arrive au moment d'une crise majeure entre les deux pays et la mise en résidence de notre premier ministre libanais.
Car ce qu'elle va retenir l'histoire, est ce double événements (l'un lié à l'autre), alors qu'elle aurait pu être un jour festif.

Car tôt ou tard le royaume wahhabite a la charge et le devoir de s'ouvrir au monde chrétien ...et au monde en général.

Bonne Chance Monseigneur Raï

Le Faucon Pèlerin

Georges Clemenceau, homme d'Etat français, ancien président du Conseil, ancien député, ancien sénateur surnommé "le Tigre".
Georges Clemenceau, n'avait jamais exercé le métier de militaire, donc, il n'a jamais été Général Clemenceau.

Bery tus

UNE VISITE HAUTEMENT SYMBOLIQUE ET HISTORIQUE ... BONNE CHANCE AU PATRIARCHE .. REVENEZ NOUS AVEC LA CONFIRMATION QUE HARIRI EST LIBRE ET PAS DETENUE NI ENLEVER NI ASSIGNER A RESIDENCE

Wlik Sanferlou

on souhaite à Monseigneur Raii kel el tawfic!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BONNE CHANCE !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

Les obligations de la classe politique libanaise

Décryptage de Scarlett HADDAD

La récente crise a renforcé les liens entre les responsables...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.